HOCHET Stéphanie

France

Pacifique (Rivages, 2020)

Charlotte Jolly de Rosnay

Depuis 15 ans, l’autrice offre un imaginaire éclectique qui aborde sujets, périodes et genres divers : réalisme historique, fable ou fantastique, chacun de ses romans renouvelle sa plume. Du roman post-victorien au conte explorant la mythologie locale, en passant par un essai littéraire faisant l’éloge du chat, Stéphanie Hochet questionne la fiction, la représentation et l’illusion et explore les failles de la nature humaine avec une douce ironie enrobée d’érudition et de sensualité. Après un roman troublant, L’animal et son biographe, son dernier ouvrage nous embarque avec une profonde acuité aux côtés d’un kamikaze japonais empli de doutes et placé dans l’impossibilité d’accomplir son destin.

Bibliographie :

Romans

  • Pacifique (Rivages, 2020)
  • L’animal et son biographe (Rivages, 2017)
  • Un roman anglais (Rivages, 2015)
  • Sang d’encre (Les Busclats, 2013)
  • Les Éphémérides (Rivages, 2012)
  • La distribution des lumières (Flammarion, 2010)
  • Combat de l’amour et de la faim (Fayard, 2009)
  • Je ne connais pas ma force (Fayard, 2007)
  • Les Infernales (Stock, 2005)
  • L’apocalypse selon Embrun (Stock, 2004)
  • Le Néant de Léon (Stock, 2003)
  • Moutarde douce (Robert Laffont, 2000)

Essais

  • Éloge du chat (Rivages, 2016)
  • Dictionnaire des séries Télé (Philippe Rey, 2011)
Pacifique

Pacifique

Rivages - 2020

En nous plongeant dans l’intimité d’un kamikaze de la guerre du pacifique, Stéphanie Hochet nous livre un roman surprenant d’une intensité rare.

Dans le chaos de la Seconde Guerre mondiale, le soldat japonais Kaneda s’apprête à mourir. Il a l’insigne honneur de devenir un chrysanthème ottant, il a pour mission de s’écraser avec son avion contre un croiseur américain. Contrairement à son voisin de dortoir qui s’exalte de la gloire qui rejaillira sur lui, Isao Kaneda doute. Il pressent que la guerre est perdue et que leur sacri ce ne sauvera pas le pays. Le matin du départ, Isao exécute les ordres et monte à bord de son chasseur Zero. Seulement, en plein vol, une avarie l’oblige à atterrir en urgence sur une petite île de l’archipel. Après avoir tenté en vain de faire redécoller son engin, désespéré de ne pouvoir accom- plir son destin, Isao parcourt les environs, traverse une jungle épaisse et découvre un village de paysans. Il est accueilli par Ishikawa, le chef de la petite communauté qui habite l’île. À ses côtés, le pilote apprend à vivre au rythme de la nature, à l’abri du monde tonitruant qui les entoure. Chaque jour, Isao s’immerge plus profondé- ment dans un Japon archaïque dont les mœurs l’apai- seront. Alors, loin de la guerre, le mot paci que prendra tout son sens...

L'animal et son biographe

L’animal et son biographe

Rivages - 2017

Une romancière est invitée à un festival littéraire dans le sud de la France. Elle parcourt l’arrière-pays de Cahors et présente ses livres dans des campings. Après un séjour étrange dans une maison isolée en pleine campagne, elle finit par rencontrer un personnage important de la région : le maire de la ville de Marnas, Vincent Charnot. Plus qu’un maire, Charnot est une sorte de gourou, un illuminé qui voudrait marquer son époque avec des projets culturels transgressifs. Il commande alors à la romancière un texte sur un sujet saugrenu : la « biographie » d’une espèce disparue depuis plusieurs siècles, l’aurochs, animal préhistorique emblématique des chefs-d’œuvre de l’art pariétal, qui a fasciné les nazis, lesquels tentèrent en vain de le « ressusciter ». Vaincue par les arguments du maire et les aurochs qui lui sont donnés à voir dans le plus grand secret, l’écrivain se met à écrire. Elle devient vite le rouage d’une machination qui la dégoûte autant qu’elle la fascine.

Revue de presse :

  • « Il faut arrêter tout de suite de comparer entre eux ses romans, car Stéphanie Hochet développe un imaginaire changeant, sensuel, puissant, mâtiné de fantastique » (Christine Ferniot Publié, 19/04/2017, Telerama)
  • « Une écrivaine doit inventer la mythologie d’un bourg du Sud-Ouest. « L’Animal et son biographe » est une subtile fable politique » (Nils C. Ahl, 13/04/2017, Le Monde)