Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

TAVERNIER Bertrand

France

Lune pâle (Actes Sud, 2018)

Véritable monument du cinéma français, il est également un admirateur passionné des grands westerns américains. Sa série “L’Ouest le vrai” veut faire redécouvrir des auteurs aujourd’hui oubliés ou méconnus (du moins en France), dans des traductions inédites, car nombre de films qui sont de purs chefs-d’œuvre ont pour origine des romans non moins excellents. Mais la plupart furent ignorés par les critiques de cinéma. En tant qu’encyclopédie vivante du septième art, il revient cette année à Saint-Malo pour nous expliquer comment l’Amérique a construit sa légende, au travers de l’haletant western Lune pâle, dont il signe la post-face.

Bertrand Tavernier est réalisateur, scénariste et producteur. Un monument du cinéma !

Né en 1941 à Lyon, fils de l’écrivain et résistant lyonnais René Tavernier, il fait ses débuts au cinéma comme assistant de Jean-Pierre Melville (Léon Morin, prêtre) et réalise plusieurs courts-métrages. À cette époque, il collabore également à deux grandes revues rivales, les Cahiers du Cinéma et Positif. C’est en 1973, dans le Lyon de son enfance, qu’il tourne son premier long-métrage, L’Horloger de Saint-Paul, adapté du roman de Georges Simenon. Le film sera récompensé par le Prix Louis-Delluc et l’Ours d’argent à Berlin.

Affichant une prédilection pour les sujets de société, il alterne ensuite œuvres contemporaines et films d’époque. Au gré de ses films, Bertrand Tavernier exprime son aversion pour les injustices, son engagement contre la guerre, le racisme, les ravages du colonialisme ainsi que les dangers de notre société contemporaine : délinquance, violence, chômage, drogue… Grand cinéphile, sa filmographie aborde des sujets très divers, mais il reste partagé entre défense d’un cinéma français fort et indépendant et fascination pour le grand cinéma américain. Bertrand Tavernier co-signe même un dictionnaire de référence sur le cinéma d’outre-Atlantique : (50 ans de cinéma américain).

Ses films ont été récompensés par de nombreux prix, dont le Prix de la mise en scène à Cannes pour Un dimanche à la campagne et, en 1995, l’Ours d’or à Berlin pour L’Appât. Bertrand Tavernier exerce également des activités associatives, notamment en tant que président de l’Institut Lumière à Lyon. En 2008, Bertrand Tavernier a publié un titanesque et passionnant recueil d’entretiens avec la fine fleur des cinéastes hollywoodiens. Amis américains est probablement le plus bel hommage rendu au cinéma américain. En avril 2009 sort en salle Dans la brume électrique, long-métrage adapté du génial roman de James Lee Burke, Dans la brume électrique avec les morts confédérés, dont Tommy Lee Jones tient le rôle principal.

Après être venu nous présenter, entre autres, les nouveautés de la collection qu’il dirige chez Actes Sud : L’Ouest, le vrai, une collection de livres-western qui nous font redécouvrir les légendes, évènements historiques et paysages du Grand Ouest à travers ces romans choisis d’auteurs aujourd’hui oubliés ou méconnus.

En 2018, il signe la post-face de Lune pâle, aux croisements de la fable politique, de l’histoire criminelle et du roman d’amour, c’est avant tout un western rythmé par les amitiés fidèles et la passion amoureuse, où l’Ouest américain dévoile ses deux visages – politicien et aventureux.


Bibliographie sélective

  • Lune pâle (Actes Sud, 2018)
  • Collection de westerns “L’Ouest, le vrai” (Actes Sud, 2015)
  • Amis Américains : Entretiens avec les grands Auteurs d’Hollywood (Actes Sud, 2008)
  • Les Leçons de cinéma, collectif (Éditions du Panama, 2007)
  • La Guerre sans nom : Les appelés d’Algérie 54-62, avec Patrick Rotman (Seuil, 2001)
  • Ça commence aujourd’hui, avec Dominique Sampiero et Tiffany Tavernier (Mango, 1999)
  • 50 ans de cinéma américain, avec Jean-Pierre Coursodon (Omnibus, 1995)
  • Qu’est-ce qu’on attend ? (Seuil, 1993)

Filmographie

  • Voyage à travers le cinéma français (2016)
  • Quai d’Orsay (2013)
  • La princesse de Montpensier (2010)
  • Dans la brume électrique (2009)
  • Holy Lola (2004)
  • Laissez-passer (2002)
  • Histoires de vies brisées : les double peine de Lyon (2001)
  • Ca commence aujourd’hui (1999)
  • De l’autre côté du periph’ (1998)
  • Capitaine Conan (1996)
  • L’Appât (1995)
  • La Fille de d’Artagnan (1994)
  • L. 627 (1992)
  • La Guerre sans nom (1992)
  • Contre l’oubli (1991)
  • Daddy Nostalgie (1990)
  • Lyon, le regard intérieur (1988)
  • La Vie et rien d’autre (1988)
  • La Passion Béatrice (1987)
  • Autour de minuit (1985)
  • Un dimanche à la campagne (1983)
  • Mississippi Blues (1983)
  • Philippe Soupault (1982)
  • Coup de torchon (1981)
  • Une Semaine de vacances (1980)
  • La Mort en direct (1980)
  • Des enfants gâtés (1977)
  • Le Juge et l’Assassin (1976)
  • Que la fête commence (1975)
  • L’Horloger de Saint-Paul (1974)
  • La Chance et l’amour (1964)
  • Les Baisers (1963)
Lune pâle

Lune pâle

Actes Sud - 2018

Vers 1890, près de la frontière mexicaine, à l’époque où le Far West sauvage se transforme peu à peu en une société démocratique, se joue le destin d’une famille puissante aux origines mêlées – mexicaines, indiennes et américaines –, dont le patriarche, Jake Starr, règne sur la petite ville de San Miguel grâce à un féodalisme autoritaire mais bienveillant.

Quand Doan Packer, un Américain au passé trouble et au fort charisme, arrive et s’éprend d’Opal, la fille de Jake, le conflit entre les anciens et les progressistes se trouve exacerbé.

W. R. Burnett réussit le coup de maître d’imposer un héros loyal, tourmenté et obstiné tout en le faisant évoluer dans la so­ciété équivoque et captivante dirigée par la famille Starr.

Fable politique, histoire criminelle et roman d’amour, Lune pâle est un western haletant, rythmé par les amitiés fidèles et la passion amoureuse, où l’Ouest américain dévoile ses deux visages – politicien et aventureux.

La traduction française parue dans les années 1950 a été entière­ment révisée et actualisée pour la présente édition.

Voyage à travers le cinéma français

Voyage à travers le cinéma français

Bertrand TAVERNIER (Little Bear/Gaumont/Pathé Films/2016/195’) -

Ce travail de citoyen et d’espion, d’explorateur et de peintre, de chroniqueur et d’aventurier qu’ont si bien décrit tant d’auteurs, de Casanova à Gilles Perrault, n’est-ce pas une belle définition du métier de cinéaste que l’on a envie d’appliquer à Renoir, à Becker, au Vigo de l’Atalante, à Duvivier, aussi bien qu’à Truffaut ou Demy. A Max Ophuls et aussi à Bresson. Et à des metteurs en scène moins connus, Grangier, Gréville ou encore Sacha, qui, au détour d’une scène ou d’un film, illuminent une émotion, débusquent des vérités surprenantes. Je voudrais que ce film soit un acte de gratitude envers tous ceux, cinéastes, scénaristes, acteurs et musiciens qui ont surgi dans ma vie. La mémoire réchauffe : ce film, c’est un peu de charbon pour les nuits d’hiver.


Round Midnight

Round Midnight

Miné par la pauvreté et l’alcool, Dale Turner, l’un des plus grands saxo-ténors de son époque revient s’installer à Saint-Germain-des-prés à la fin des années 1950 et se lie d’amitié avec un jeune mélomane éperdu d’admiration. Hommage amoureux de Bertrand Tavernier à deux monstres sacrés du jazz, Lester Young et Bud Powell et au destin tragique des étoiles filantes du jazz.


La chevauchée des bannis

La chevauchée des bannis

André DE TOTH (D.R.M Productions/1959/92’) -

Dans un village montagneux du Wyoming, l’arrivée soudaine de sept bandits, quémandant secours suite à une blessure lors d’un braquage, met fin aux querelles entre fermiers et éleveurs. Contraints de s’unir face au danger, ils imaginent un piège capable d’égarer Jack Bruhn et ses hors-la-loi plus qu’indésirables...
Le dernier film hollywoodien d’André de Toth, un western atypique classé parmi les grands classiques du genre.


Dans la brume électrique

Dans la brume électrique

Bertrand Tavernier (Little Bear, 2009, 117’) -

Le polar de James Lee Burke revisité par un Tavernier inspiré et diablement américain !

New Iberia, Louisiane. Le détective Dave Robicheaux est sur les traces d’un tueur en série qui s’attaque à de très jeunes femmes. De retour chez lui après une investigation sur la scène d’un nouveau crime infâme, Dave fait la rencontre d’Elrod Sykes. La grande star hollywoodienne est venue en Louisiane tourner un film, produit avec le soutien de la fine fleur du crime local, Baby Feet Balboni. Elrod raconte à Dave qu’il a vu, gisant dans un marais, le corps décomposé d’un homme noir enchaîné. Cette découverte fait rapidement resurgir des souvenirs du passé de Dave. Mais à mesure que Dave se rapproche du meurtrier, le meurtrier se rapproche de la famille de Dave...


Coup de torchon

Coup de torchon

Bertrand Tavernier (1981, 128’) -

On se demandera peut-être pourquoi un film situé en Afrique est programmé dans le cadre d’un hommage au Bertrand Tavernier « américain ». Mais justement : c’est le coup de génie de Tavernier que d’avoir placé dans le Sénégal de 1938 cette adaptation magistrale du chef d’oeuvre de Jim Thomson : 1275 âmes, ce qui lui permet de retrouver l’atmosphère poisseuse des bayous de Louisiane, mais aussi les équivalences sociales et politiques du livre : le riche colon, les fonctionnaires, les Noirs, le racisme. L’Afrique lui apportait, dit-il, ce sentiment de bout du monde, de désolation, ce coin « à peu près aussi proche du trou de balle de la création qu’on peut se le permettre sans se faire mordre le doigt »... Un film exceptionnel, où passe un souffle célinien, servi par des acteurs comme transcendés par la force du sujet, où Philippe Noiret campe génialement un justicier psychopathe.


Holy Lola

Holy Lola

Bertrand Tavernier (TFM distribution, 2003, 128’) -

HOLY LOLA, c’est le récit d’un désir d’enfant qui entraîne un jeune couple,
Pierre et Géraldine, au cœur d’un voyage initiatique au bout du monde, dans un pays martyrisé par l’Histoire : le Cambodge. Pour eux, commence une aventure éprouvante et formidable : ronde des orphelinats, confrontation avec les autorités françaises et cambodgiennes, menaces de trafics. Sans oublier la méfiance et la jalousie mais aussi l’entraide de la petite communauté des adoptants réunie par le hasard.

A travers cette quête, le couple fait face à ses peurs, ses égoïsmes.
Il se déchire, se rapproche et en sort à jamais transformé.

Le site officiel de Holy Lola


Mississippi Blues

Mississippi Blues

Bertrand Tavernier et Robert Parrish (Little Bear, France 2, 1984, 107’) -

Mississippi Blues est une balade ; une ballade dans un pays accroché à son histoire, à ses racines, à son passé... mais aussi, désireux de bouger, de changer, de bouleverser ses structures et ses préjugés. Un pays mythique pour nous, Français : le vieux Sud, Mississippi.

Mississippi Blues
D.R.

Avec l’ami américain, Robert Parrish, et grâce à lui, nous sommes entrés dans des églises, où au bout de quelques minutes, les fidèles nous avaient complètement oubliés et chantaient plus pour eux que pour nous. Nous sommes entrés dans les "bistrots", dans les maisons, dans les fermes, pour entendre les gens, pour capter la musique du Sud, en dehors du show business, dans les endroits où elle est née, où elle respire.

Cette musique où l’on sent à la fois la violence, la misère, la dignité... et l’humour.

De ces rencontres chaleureuses est né un film : Mississippi Blues.

Mississippi Blues
D.R.

De l'autre côté du Périph' : le meilleur de l'âme

De l’autre côté du Périph’ : le meilleur de l’âme

Bertrand Tavernier (France 2, Little Bear, 1997, 60’) -
De l’autre côté du Périph’
D.R.

Le 11 février 1997, à l’initiative de Pascale Ferran et d’Arnaud Desplechin, 66 cinéastes, pour protester contre la loi Debré et notamment contre l’article Premier, appellent à la désobéissance civique.

Le 12 février, Bertrand Tavernier reçoit, comme tous les signataires de cet appel, une lettre d’Eric Raoult l’invitant à passer un mois dans une cité, en l’occurrence celle des GRANDS PÊCHERS à Montreuil.

Quelques jours plus tard, certains habitants de la cité contactent le cinéaste et l’invitent à les rencontrer. Il se retrouve alors face à 250 personnes offensées et blessées par la lettre du ministre. Naît alors l’idée du film qui donnera aux habitants de la cité la possibilité de répondre, de parler de leurs problèmes, de leur vie et d’exprimer leur colère.

Primé au festival de Jérusalem
Bertrand Tavernier


De l'autre côté du Périph' : le coeur de la cité

De l’autre côté du Périph’ : le coeur de la cité

Bertrand Tavernier (France 2, Little Bear, 1997, 90’) -
De l’autre côté du Périph’
D.R.

Primé au festival de Jérusalem

Le 11 février 1997, à l’initiative de Pascale Ferran et d’Arnaud Desplechin, 66 cinéastes, pour protester contre la loi Debré et notamment contre l’article Premier, appellent à la désobéissance civique. Le 12 février, Bertrand Tavernier reçoit, comme tous les signataires de cet appel, une lettre d’Eric Raoult l’invitant à passer un mois dans une cité, en l’occurrence celle des GRANDS PÊCHERS à Montreuil. Quelques jours plus tard, certains habitants de la cité contactent le cinéaste et l’invitent à les rencontrer. Il se retrouve alors face à 250 personnes offensées et blessées par la lettre du ministre. Naît alors l’idée du film qui donnera aux habitants de la cité la possibilité de répondre, de parler de leurs problèmes, de leur vie et d’exprimer leur colère.
Bertrand Tavernier

Le vent de la plaine

Actes Sud - 2018

Alan Le May, l’auteur de La Prisonnière du désert, raconte dans ce western puissant et violent l’histoire des Zachary, une famille de ranchers du Texas. En 1874, alors que les habitants de la région et les Indiens s’affrontent pour les terres, un vieil ennemi des Zachary répand la rumeur selon laquelle leur fille ne serait pas leur enfant biologique mais une Kiowa volée à sa tribu.

Bientôt, les Zachary sont rejetés par leur propre communauté et doivent se préparer à une âpre bataille contre les Kiowas, venus réclamer leur enfant… Grâce à sa connaissance de la culture indienne, l’auteur nous immerge dans une situation extrême tout en évitant les clichés.

Un roman noir et haletant, porté à l’écran en 1960 par John Huston et dans lequel Burt Lancaster et Audrey Hepburn incarnent Ben et Rachel Zachary. La mise en scène remarquable et les thèmes abordés – la famille, le racisme, l’intolérance – ont fait de ce western un film très apprécié.


Collection de westerns “L’Ouest, le vrai”

Actes Sud - 2015

DES ROMANS "WESTERN" CHOISIS ET PRÉSENTÉS PAR BERTRAND TAVERNIER
THE BIG SKY, UNE SÉRIE LÉGENDAIRE
Après Terreur apache de W. R. Burnett et Des clairons dans l’après-midi d’Ernest Haycox, voici maintenant les deux premiers tomes de The Big Sky, la série légendaire d’Alfred Bertram Guthrie, Jr., à paraître dans la collection de westerns “L’Ouest, le vrai” dirigée par Bertrand Tavernier.
« L’histoire de l’Ouest américain et de sa conquête a suscité la plupart des grands mythes fondateurs de l’imaginaire américain et inspiré des milliers de films d’un genre fameux – le western – qui célèbrent les vastes espaces et la présence de “La Frontière”, font revivre les affrontements entre les Blancs et les “Sauvages” (avec leurs déclinaisons religieuses, raciales, génocidaires), entre la Loi et l’Ordre, l’Individu et la Collectivité. Ajoutons à cela une guerre civile d’une rare sauvagerie dont l’Amérique paie encore les conséquences…

Nombre de ces films qui sont de purs chefs-d’oeuvre ont pour origine des romans non moins excellents. Mais la plupart furent ignorés, méprisés par les critiques de cinéma, et rarement publiés en français.

La série “L’Ouest, le vrai” veut faire redécouvrir ces auteurs aujourd’hui oubliés ou méconnus (du moins en France), dans des traductions inédites. Tout à la fois films et livres, j’ai choisi ces romans pour l’originalité avec laquelle ils racontent cette époque, pour leur fidélité aux événements historiques, pour leurs personnages attachants, le suspense qu’ils créent… mais aussi pour leur art d’évoquer des paysages si divers dont leurs auteurs sont amoureux : Dakota, Oregon, Texas, Arizona, Utah, Montana… l’Ouest, le vrai, quel irrésistible dépaysement ! »

B. T.
 


Le cinéma dans le sang - Entretiens avec Noël Simsolo

L’Archipel - 2011

Dans la constellation des passionnés de cinéma devenus metteurs en scène, Bertrand Tavernier se distingue par une cinéphilie sans oeillères et un constant désir de saisir le monde par l’exploration de l’Histoire, passant du polar au film en costumes et au documentaire avec une égale curiosité. Eclectisme qui le rend inclassable... Spectateur insatiable, auteur autant que cinéaste, le réalisateur de Coup de torchon et de La Vie et rien d’autre a marqué cinquante ans de cinéma sans jamais perdre son enthousiasme. Interrogeant sans cesse son art, il est un agitateur d’images et d’idées. Il se raconte dans ces entretiens, évoquant son enfance lyonnaise, sa découverte du jazz, la Nouvelle Vague et la fondation de l’Institut Lumière, le temps des ciné-clubs et celui de l’engagement citoyen, l’art difficile du scénario et celui de la direction d’acteurs, qu’ils se nomment Philippe Noiret, Isabelle Huppert, Philippe Torreton ou Tommy Lee Jones. Un parcours balisé de rencontres, de Louis Aragon à Quentin Tarentino, en passant par Claude Sautet, Volker Schlôndorff, Jean-Luc Godard, Agnès Varda, Jean Gabin, John Ford, Alexandre Trauner ou Clint Eastwood...


La Princesse de Montpensier suivi de Histoire de la Princesse de Montpensier

Flammarion - 2010

"Dès que l’on refuse de porter sur elle un jugement moralisateur, Marie de Montpensier s’impose comme un personnage d’une extrême modernité que j’ai adoré, et qui trouve en Mélanie Thierry une actrice exceptionnelle. Forte et vulnérable, rebelle et victime, assumant ses choix jusqu’à se mettre en péril. On peut dès lors donner à son histoire un sens tout à fait féministe : ce sont les hommes et l’organisation sociale de son temps qui la placent dans cette situation intenable. En cela, la nouvelle me semble plus audacieuse que La Princesse de Clèves, où le personnage n’est pris qu’entre son amour et le devoir de fidélité envers son mari. Marie vit dans une époque plus violente, les hommes qui l’entourent l’exposent davantage, la poussent sans cesse vers le danger. Ce sont ces dangers que nous avons voulu éclairer, pour mieux raconter la force des passions et la manière dont les personnages peuvent se brûler à leur contact, à trop vouloir les vivre. "


Pas à pas dans la brume électrique

Flammarion - 2009

« Avant d’écrire le moindre mot, je veux explorer la ville, New Iberia, les paroisses voisines, la Louisiane où vit Dave Robicheaux et qui joue un rôle si déterminant chez James Lee Burke : importance de la lumière, des odeurs, de l’humidité qui transperce le sol, imbibe la végétation. Je veux m’imprégner du pays, de ses traditions, de son Histoire, de sa musique, de son âme. Découvrir sa violence et sa beauté, les faire miennes. » Page après page, Bertrand Tavernier décrit les sensations et les impressions qui ont dessiné les jours pendant lesquels il a réalisé Dans la brume électrique. Le cinéaste est comme envoûté par la Louisiane au lendemain du désastre Katrina, où terres et eaux troublent le regard, où le passé capture le présent, où fantômes et ombres se mêlent à la danse. Par ce récit de tournage, il nous entraîne au coeur de la création, donne à lire ce que son oeil a distingué dans la brume qui noie les lieux, il éclaire le jeu de ses acteurs, dévoile les mystères du cinéma et exalte la magie de la culture cajun. Portée par une langue précise et vibrante, c’est une oeuvre vivante qui se découvre, avec ses heures inquiètes et ses instants de grâce. Bertrand Tavernier a réalisé Dans la brume électrique avec Tommy Lee Jones, John Goodman, Peter Sarsgaard, d’après le roman de James Lee Burke ; le film est sorti en France en avril 2009.


Amis américains

Actes Sud - 2008

Exploration passionnée au coeur même de la création, mais aussi reflet d’une manière de vivre la cinéphilie, Amis américains est un livre album qui offre l’autopsie méticuleuse et fragmentée du cinéma américain de 1945 à nos jours. “Etre attaché de presse était une manière de continuer un travail de critique et d’historien du cinéma. Nous ne choisissions que des films que nous aimions.” Somme des entretiens effectués pour le compte de différentes revues, Amis Américains est le carnet de bord du critique et attaché de presse que fut Bertrand Tavernier, et son échange fructueux avec quelques grands d’Hollywood : John Ford, pour Un dernier voyage à Paris, et aussi William Wellman, Budd Boetticher, John Huston, Jacques Tourneur, John Berry, Elia Kazan, Robert Altman… Avec plus de 400 photos, Amis Américains revient sous la forme de livre album. Cette nouvelle édition 2008 comportera aussi de nouveaux chapitres sur son ami André de Toth ou encore ses dialogues foisonnants et passionnants avec les grands cinéastes américains actuels : Quentin Tarentino, Joe Dante ou Alexander Payne. Au total, Bertrand Tavernier salue avec passion vingt-huit auteurs ayant marqué de leur griffe le cinéma mondial. Prix 1993 du meilleur livre français sur le cinéma attribué par le Syndicat français de la Critique. Bertrand Tavernier est un cinéaste lyonnais. Il a réalisé des films tels que L’Horloger de Saint-Paul, Que la fête commence, Coup de torchon, La Fille de d’Artagnan, Ça commence aujourd’hui. En parallèle de sa carrière de réalisateur, il n’a eu de cesse d’écrire et d’interroger des cinéastes, scénaristes et techniciens. Sa passion pour le cinéma américain s’est déclarée très tôt, quand il était attaché de presse à Paris. Aujourd’hui, il termine un film aux Etats-Unis avec Tommy Lee Jones : Dans la brume électrique.

Dans la lignée du Billy Wilder de Camerone Crowe, Bertrand Tavernier enrichit son édition d’Amis américains par des entretiens inédits - notamment avec Alexander Payne, Quentin Tarantino et Joe Dante - et de prestigieux documents iconographiques.

"Amis américains est un livre de spécialiste, un ouvrage d’érudition, un volume de mémoires. Cela dit, prenez-le comme il vous plaira. Vous n’êtes pas obligé de commencer par la première page, ni d’obéir à la logique du chapitrage adopté par l’auteur. Vous pouvez regarder d’abord les illustrations, choisies souvent parce qu’elles incarnent le cœur même du fétichisme cinéphilique (affiches, calicots publicitaires, couvertures de magazine, etc..). Vous pouvez vous promener d’un cinéaste à l’autre, sans souci chronologique ou stylistique. Vous remarquerez alors combien d’entre eux obsèdent les autres, toutes générations confondues : John Ford, Roger Corman ou même Edgar G.Ulmer, pour ne citer que ces quelques noms. Vous pouvez parcourir les paragraphes introductifs, complétés ces derniers mois par Bertrand Tavernier depuis une salle de montage, une chambre d’hôtel ou le fauteuil d’un avion. Ce sera une première manière de survoler ce continent qu’il vous propose d’explorer plus en détail. Quoiqu’il en soit, pour atteindre la fin du voyage, pour en saisir l’intense nécessité, des jours de lecture vous seront nécessaires, peut-être plusieurs mois. Et ce livre, à coup sûr, vous accompagnera de nombreuses années. D’ici là, le plaisir de lecture se sera mêlé au vertige des filmographies. A moins que ce ne soit le contraire."

Introduction part II par Thierry Frémaux, extrait des « Amis américains »


Les Leçons de cinéma

Panama (Ed du...) - 2007

En 1991, le Festival de Cannes crée dans son déroulement rituel un nouveau rendez-vous : la "Leçon de cinéma", proposant à un cinéaste majeur de venir s’expliquer en public sur son goût du cinéma et ses propres films. Depuis, cette rencontre est devenue, année après année, un événement que nombre de festivaliers ne veulent rater pour rien au monde. Seize cinéastes s’y sont succédé, et, s’il existait une université du cinéma quelque part sur la planète cinéphile, ils formeraient une belle équipe. Comment parler des films ? Comment faire comprendre et aimer le cinéma ? La parole des artistes se confronte ici à ces défis et tente de les relever sur le mode de la confession, parfois intime. Le cinéma y devient un atelier, le cinéaste un magicien, les acteurs des complices, les spectateurs des élèves, les paroles un acte de connaissance, mais les œuvres demeurent au cœur du mystère. Et ces seize leçons souvent pleines d’humour ou d’ironie, aussi magistrales qu’intrigantes, proposent ainsi une forme de récit initiatique irremplaçable : le processus de création éclairé par les créateurs eux-mêmes.


La Guerre sans nom : Les appelés d’Algérie 54-62

Seuil - 2001

Ils ont été appelés ou rappelés. Et, de gré ou de force, ils sont partis. Les uns ont manifesté leur dégoût devant cette « opération de maintien de l’ordre » qu’on exigeait d’eux. Les autres ont embarqué vers une sorte d’aventure, la fleur au fusil, ou presque. Au bout du fusil, sur l’autre rive de la méditerranée, il y avait la guerre. Une vraie guerre avec des vraies peurs et de vrais morts, de vraies lâchetés et de vrais courages, de vraies tortures et de vrais héroïsmes. Et, par là-dessus, un silence hypocrite. Un silence qui dure. Pour les besoins d’un film, Patrick Rotman et Bertrand Tavernier ont rencontré, dans l’Isère, un groupe d’ « anciens combattants » (le terme ne leur est pas appliqué puisque cette guerre demeure sans nom) d’Algérie. Ils parlent. Les une furent paras, les autres planqués. Les uns avaient des opinions, comme on dit, les autres pas. Tous ont vécu cette bataille sans issue comme une déchirure absolue, définitive et imprononcée. Les auteurs de ce livre ? qui n’est pas le script du film, mais une œuvre originale reposant sur les mêmes sources ? ne jugent pas. Ils recueillent, ils écoutent. Ce doit être cela, la guerre à vingt ans.


Ça commence aujourd’hui

Mango - 1999

Un album né de la rencontre entre le cinéaste Bertrand Tavernier, son équipe et les éditeurs de la revue "Dada" à propos de son film Ca commence aujourd’hui. Contient le scénario et les dialogues du film.


50 ans de cinéma américain

Omnibus - 1995

Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier avaient commencé par publier 20 ans de cinéma américain, revu et augmenté, c’est devenu 30 ans de cinéma américain ; revu, augmenté, corrigé, cela devient désormais 50 ans de cinéma américain. Cette accumulation par couches successives, cette lente sédimentation donne à l’ouvrage son originalité. C’est 1200 pages captivantes de savoir et de passion. (Le Figaro littéraire) Ce voyage au pays des films américains sous la conduite de deux dévoreurs de pellicule, érudits et bons vivants, fournit à la fois un indispensable ouvrage de référence et un point de vue très personnel sur un demi-siècle d’industrie hollywoodienne comme sur les créateurs qui l’ont fait vivre. (Le Monde) Une histoire monumentale du cinéma américain : entreprise délirante, mais résultat dépassant toutes les prévisions : l’ouvrage est grand, définitif. (Le Film français) La masse d’informations et l’éducation du regard sur le cinéma offerts ici sont un cadeau somptueux à la cinéphilie. (Première) Un livre neuf, indispensable. Mieux qu’une référence, un modèle absolu de littérature critique. (Présences du cinéma) Prix du livre Art et Essai 1991 décerné par le Centre national de la cinématographie Prix Simone Genevois du meilleur ouvrage littéraire sur le cinéma


Qu’est-ce qu’on attend ?

Seuil - 1993

True West : l’Ouest américain est un roman

Avec Kim Zupan et Bertrand Tavernier. - Saint-Malo 2015

Avec Kim Zupan et Bertrand Tavernier. Rencontre animée par Marie-Hélène Fraïssé.


Quand les artistes annonçaient le monde qui vient

Avec Michel Le Bris, Bertrand Tavernier et Fabrice Bourland - Saint-Malo 2015


Avec Michel Le Bris, Bertrand Tavernier et Fabrice Bourland, une rencontre animée par Yann Nicol


Western : une littérature à découvrir

Avec Bertrand Tavernier - Saint-Malo 2015


Avec Bertrand Tavernier, une rencontre animée par Jean-Paul Arif


Série Noire : elle mord toujours ?

Avec Aurélien Masson, Bertrand Tavernier, Dominique Manotti, Chantal Pelletier et DOA. Débat animé par Hubert Artus - Saint-Malo 2015

Avec Aurélien Masson, Bertrand Tavernier, Dominique Manotti, Chantal Pelletier et DOA. Débat animé par Hubert Artus


Enfin Malherbe vint : argot, invention langagière

Avec Alain Dugrand, Bertrand Tavernier - Saint-Malo 2015

Avec Alain Dugrand, Bertrand Tavernier, rencontre animée par Hubert Artus.


L’invention de la Série Noire

Avec Aurélien Masson, Bertrand Tavernier, Alain Dugrand - Saint-Malo 2015

Avec Aurélien Masson, Bertrand Tavernier, Alain Dugrand, rencontre animée par Hubert Artus


Passion western

Bertrand Tavernier - Saint-Malo 2013

Avec Bertrand Tavernier.
Animé par Patrice Blanc-Francard


Le Far-West de Bertrand Tavernier

Bertrand TAVERNIER. Animé par Patrice BLANC-FRANCARD - Saint-Malo 2013

Avec Bertrand TAVERNIER. Animé par Patrice Blanc-Francard


Gloire du western

Bertrand TAVERNIER, Patrick DEWITT, Lance WELLER, Percival EVERETT, Ariane DREYFUS, Christophe BLAIN - Saint-Malo 2013

Avec Bertrand TAVERNIER, Patrick DEWITT, Lance WELLER, Percival EVERETT, Ariane DREYFUS, Christophe BLAIN. Animé par Damien AUBEL


Hollywood, usine à rêve

Avec Kevin BROWNLOW, Bertrand TAVERNIER, Michel LE BRIS - Saint-Malo 2013

Avec Kevin BROWNLOW, Bertrand TAVERNIER, Michel LE BRIS. Animé par Damien AUBEL


L’Amérique de Tavernier (2)

Saint-Malo 2009
Dimanche : 15h45 - L’Amérique de Tavernier
François Guérif, Bertrand Tavernier

L’Amérique de Tavernier

Saint-Malo 2009

Première partie d’un fascinant voyage à travers l’histoire culturelle, sociale et politique des Etats-Unis en compagnie de Bertrand Tavernier, grand passionné d’Amérique qui revient lors d’un entretien avec Patrice Blanc-Francard, sur l’histoire de certains de ses tournages marquants et sur quelques rencontres marquantes. Impossible de résister à la fièvre qui s’empare de Bertrand Tavernier lorsqu’il se lance sur le sujet : retrouvez sans attendre Tavernier l’américain.

Dimanche : 11h00 - L’Amérique de Tavernier
François Guérif, Bertrand Tavernier

Cinéma, photographie, littérature : l’exigence du réel

Saint-Malo 2008
10h00 : Cinéma, photographie, littérature : l’éxigence du réel
Bertrand TAVERNIER, Boualem SANSAL, Christian POVEDA, Sebastião SALGADO, Olivier JOBARD.

Programme


Samedi

10h30
(Film) John Ford, l’homme qui inventa l’Amérique
Théâtre Chateaubriand

Invités : TAVERNIER Bertrand, MICOL Hugues, CIMENT Michel


11h30
Western
Théâtre Chateaubriand

Invités : TAVERNIER Bertrand, MICOL Hugues, CIMENT Michel


15h00
L’aventure de la revue Positif - N°700
La Grande Passerelle - Salle 1 (143 places)

Invités : TAVERNIER Bertrand, CIMENT Michel


16h30
Signatures
 

Dimanche

15h00
Signatures

17h30
2001 L’Odyssée de l’espace, l’héritage de Stanley Kubrick
Cinéma Vauban – Salle 1 (300 places)

Invités : TAVERNIER Bertrand, LEOURIER Christian, LANDRAGIN Frédéric, LEHOUCQ Roland, CIMENT Michel

 

Lundi

10h00
Signatures

14h00
Rencontre hommage à Agnès Varda
La Grande Passerelle - Salle 2 (234 places)

Invités : TAVERNIER Bertrand, ELKIN Lauren, CIMENT Michel