HEARN Lian (RUBINSTEIN Gillian)

Grande-Bretagne

Le clan des Otori Volume 5, Le fil du destin (Gallimard Jeunesse, 2008)


Biographie

L’intensité du récit, l’élégance de l’écriture, la force et la grâce des personnages forment une incroyable saga fantastique dans le Japon médival. Un best seller international à lire de tout urgence.

Née en Angleterre, Gillian Rubinstein a grandi à la campagne et passé une partie de son adolescence au Nigeria. Ses rêves d’enfants ? Parler plusieurs langues et devenir écrivain. Après des études de langues à l’Université d’Oxford, elle voyage en Europe, devient éditeur, journaliste freelance et critique de cinéma à Londres avant d’émigrer en Australie en 1973. En 1986 elle publie son premier roman pour enfants qui rencontre un succès immédiat et devient un auteur pour la jeunesse reconnu. Fascinée par la civilisation japonaise depuis des années elle se plonge dans son histoire, dévore ses films et sa littérature, décide même d’apprendre la langue. C’est lors d’un séjour solitaire de plusieurs semaines au Japon que peu à peu l’univers des Otori prend forme : un monde imaginaire nourri d’alliances secrètes, de guerres, de clans, d’honneur exacerbé, d’amour, de désir et de courage. Elle écrit sans relache de septembre 1999 à avril 2001, pour s’apercevoir que le livre en contient en fait trois. En 2001, Gilian Rubinstein décide de publier le premier tome de la saga sous le pseudonyme de Lian Hearn en hommage à Lafcadio Hearn, auteur irlandais du XIXè siècle qui émigra au Japon et finit même par obtenir la nationalité japonaise. Le Clan des Otori est une grande fresque se déroulant dans un pays imaginaire mais faisant nettement référence au Japon médiéval. Mêlant récit initiatique et conte fantastique, les personnages entraînent le lecteur dans un monde foisonnant où aventure, poésie, légendes, pouvoirs étranges, destin tourmenté et amour fou se côtoient dans une écriture fluide et élégante. La force de la narration est telle qu’on ne peut que difficilement s’arracher à ses pages. Le succès est foudroyant.


Bibliographie :

  • Le clan des Otori Volume 5, Le fil du destin (Gallimard Jeunesse, Paris, 2008 ; Gallimard, Paris, 2009)
  • Le clan des Otori Volume 4, Le vol du héron (Gallimard Jeunesse, Paris, 2007
 ; Gallimard, Paris, 2008)
  • Le clan des Otori Volume 3, La clarté de la lune (Gallimard Jeunesse, Paris, 2004 ; Gallimard, Paris, 2005)
  • Le clan des Otori Volume 2, Les neiges de l’exil (Gallimard Jeunesse, Paris, 2003 ; Gallimard, Paris, 2004)

  • Le clan des Otori Volume 1, Le silence du rossignol (Gallimard Jeunesse, Paris, 2002 ; Gallimard, Paris, 2003)

Présentation de Le clan des Otori Volume 5, Le fil du destin

Complots, trahisons, vengeances, mais aussi amitiés loyales et amours passionnées.... Shigeru grandit dans l’atmosphère oppressante du château de Hagi, fief du Clan des Otori dont il est l’héritier. Il a l’étoffe d’un chef, un caractère noble et droit, une éducation accomplie qui le portent à régner. Mais il doit faire face aux appétits de conquêtes de son voisin, l’ambitieux Iida, et aux machinations et traîtrises de ses propres oncles.
À la sanglante bataille de Yaegahara, son destin semble scellé. Pourtant, préparant dans le secret sa revanche, Shigeru attend son heure - lorsqu’il apprend qu’un jeune garçon vivant dans les montagnes lui ressemble étrangement...
Le Fil du Destin s’achève ainsi là où commence Le Silence du Rossignol

Le cycle du Clan des Otori trouve son accomplissement avec Le Fil du Destin.
Comme un regard porté en arrière, ce livre éclaire de façon saisissante toute l’histoire qui va suivre. Il est le dernier - et le premier - tome...

Revue de presse :

EN FRANCE...

  • « Otori : la saga des ados qui réjouit les adultes » L’Express
  • « Otori a tout du classique. Fluidité de l’écriture, élégance des descriptions et virilité des combats, héros vulnérables et familiers, art du récit à plusieurs niveaux de lecture, de l’épopée à la fable philosophique en passant par le conte de fées. »
    « Lian Hearn crée la surprise avec un quatrième tome époustouflant. Dès le 15 février, vous dévorerez la suite inattendue des aventures de Takeo et Kaede. »
    Lire, février 2007
  • « Une grande saga fantastique et historique, fortement recommandée aux adultes, signée Lian Hearn. »
    Livres Hebdo, 5 septembre 2003
  • « Le miracle, car miracle il y a, c’est la fluidité et l’intensité du récit, c’est l’élégance de l’écriture, la force et la grâce des personnages, le merveilleux talent de conteuse de Lian Hearn en un mot, qui font de la lecture de ces deux romans un pur moment de ravissement. »
    Le Monde des livres, 19 septembre 2003
  • « Aventure, sentiments et suspense sont au rendez-vous. À dévorer à volonté ! » L’Hebdo, Le Monde des Ados, 02 avril 2003
  • « Intrigue parfaitement maîtrisée, écriture riche et limpide. Rien ne manque dans ce conte fantastique à la Shogun qui captivera aussi bien les adolescents que les adultes. »
    Lire, novembre 2002
  • « Le Silence du Rossignol réunit les enchantements de l’ailleurs, de l’action, et des figures contrastées, qu’éclaire une poésie troublante. L’écriture élégante et le sens dramatique font preuve d’une constante efficacité. […] Le feu d’artifice littéraire étonne d’abord, bientôt il charme, puis il captive par le mouvement, la beauté des cadres naturels ou conçus par un peuple industrieux et raffiné, par les destins entrecroisés de personnages que l’auteur nous donne à plaindre, haïr ou vouloir aimer. »
    Le Magazine Littéraire, novembre 2002

À L’ÉTRANGER...

  • « Universal Studio a acheté les droits et placé ce projet entre les mains les plus talentueuses d’Hollywood : celles de Kathleen Kennedy et de Frank Marshall, un couple marié dont la combinaison des c.v. est incroyablement impressionnante. Ils ont produit des films tels que Les aventuriers de l’Arche Perdue, Retour vers le futur, Le sixième sens et d’autres films plus littéraires comme La couleur pourpre… »
    BOOK, magazine littéraire, USA, octobre 2002
  • « Hearn envoûte son lecteur en décrivant d’une prose calme et claire les codes de la société japonaise médiévale et les pouvoirs surnaturels de son héros. Elle a créé un monde que j’ai hâte de retrouver. »
    New York Times, USA, 13 octobre 2002
  • « Un conte fantastique (dans les deux sens du terme) au cœur d’un mythique Japon féodal… Une histoire originale et une aventure merveilleusement racontée. »
    Robert McCrum, The Observer
  • « Une intrigue palpitante et une écriture magnifique bourrée de détails authentiques et évocateurs. »
    Georgia Metcalfe, The Daily Mail
  • « Une histoire qui sera adorée par jeunes et adultes. […] Le roman le plus captivant de l’année. [...] La simplicité de la langue utilisée pour camper les paysages, les personnages, leurs actions, leurs tourments, est d’une efficacité impressionnante. »
    Amanda Craig, The Times
  • « Difficile d’imaginer que les volumes suivants puissent surpasser la beauté et la pureté de ces débuts. C’est une histoire aussi complexe qu’entièrement satisfaisante. »
    Suzy Feay, Independent on Sunday

La maison de l’Arbre joueur

Gallimard - 2013

Japon, 1857.Depuis des siècles, le Japon vit replié sur lui-même. Mais il sera contraint de s’ouvrir aux influences étrangères. Les Occidentaux forcent les portes de l’ancien monde. La révolution couve. L’époque des samouraïs est désormais révolue, le pays est à l’aube d’une ère nouvelle. La maison de l’Arbre joueur, dans le domaine du Chôshû, où habitent Tsuru et sa famille, n’est pas épargnée par le vent du changement. La jeune femme rêve de suivre les traces de son père, médecin, qu’elle assiste depuis son plus jeune âge. Quand celui-ci l’autorise à épouser l’homme qu’elle aime, lui aussi médecin, elle s’imagine que ses vœux sont exaucés : un mariage heureux, la possibilité d’exercer son métier à l’égal des hommes.Bientôt, la situation politique s’aggrave et le pays est au bord de la guerre. Le mari de Tsuru refuse cependant qu’elle l’accompagne pour soigner les soldats. Trop brillante pour être reléguée au second plan, la jeune femme décide de s’affranchir du poids des traditions ancestrales et de vivre librement sa destinée. Elle se trouve alors entraînée dans un monde de subversions, d’intrigues politiques et d’amours interdites. Autour d’elle agissent de jeunes hommes passionnés qui aspirent à écrire une nouvelle page de l’histoire du Japon. Hostiles au gouvernement féodal du shôgun, ils refusent que leur pays soit colonisé par l’Occident. Leur slogan est : « Sonnô jôi : vénérez l’empereur, expulsez les étrangers. » Leur méthode est la violence. À travers l’inoubliable destin de Tsuru, symbole de l’émancipation de son pays, Lian Hearn raconte une grande histoire d’amour et de guerre, d’hommes et de femmes, dans un Japon fascinant. Lian Hearn a effectué de fréquents séjours au Japon et a étudié la langue japonaise. Alors qu’elle constituait sa documentation pour l’écriture de sa saga best-seller Le clan des Otori , elle passa plusieurs mois dans la préfecture de Yamaguchi, l’ancien domaine féodal du Chôshû – point de départ de ce roman –, où elle s’intéressa à l’histoire de ces jeunes hommes ayant pris part à la restauration de Meiji. Mêlant habilement personnages fictifs et figures historiques, elle compose un roman plein d’atmosphère, aussi passionnant qu’envoûtant. 

Raconteurs d’histoires

Les cafés littéraires
Avec Lian HEARN, François BOURGEON, Boris AKOUNINE - Saint-Malo 2010

J’écris une légende

Saint-Malo 2010

Gros plan sur Lian Hearn

Saint-Malo 2010

Avec Lian Hearn. Une rencontre animée par Anne Chevrel.

Lian Hearn

Forgeurs d’univers

Saint-Malo 2010
Forgeurs d’univers
Avec Lian Hearn, Sebastian Peake, Béatrice Bottet et Patrice J. Gyger. Un débat animé par anne Chevrel.