JHA Radhika

Inde

Des lanternes à leurs cornes attachées (Picquier, 2011)

Biographie

Pour moi, une histoire c’est un voyage, à la fois pour le lecteur et l’auteur, dans un univers inconnu.

Jeune plume indienne cosmopolite au confluent de la littérature traditionnelle et le la culture occidentale, Radhika Jha manie la plume avec autant d’élégance et de précision qu’elle pratique l’odissi, une danse classique indienne aux mouvements complexes et raffinés.

Native de Delhi, Radhika Jha choisit l’université de Chicago pour suivre des études de sciences politiques et d’anthropologie avant de devenir journaliste pour L’Hindustan Times et Busisnessworld, où elle explore aussi bien à la culture, que l’environnement ou l’économie. Très vite, elle est amené à voyager en Europe, en France et en Suisse notamment, avant de regagner l’Inde et Bombay où elle œuvre pour la fondation Rajiv-Gandhi. Elle vit aujourd’hui à Tokyo, et partage son temps entre son métier de danseuse et d’écrivain.

Si les thèmes de l’exil et du "melting-pot" sont naturellement au centre de son premier roman L’Odeur (prix Guerlain 2002), c’est d’une façon totalement originale, toute de sensualité : à travers les senteurs piquantes des condiments et des mélanges d’épices qui suivent l’héroïne hindoue du Kenya à Londres, puis à Paris, pour son malheur et son bonheur. Car tout passe par le prisme de l’odorat, un sens que l’héroïne développe toujours davantage, un don pour apprendre le monde qui se révèle être aussi une malédiction. Un hymne aux sens qui fit dire à Elle : "Jamais depuis Le Parfum de Süskind, un écrivain n’avait réussi à explorer avec autant de maestria le monde méconnu des effluves ".

Deux ans plus tard, sort un second opus, de nouvelles cette fois-ci, 100% indiennes : L’Éléphant et la Maruti, trois histoires où se mêlent trois destins, liés par une force d’attraction, Dehli la gargantuesque et bouillonnante capitale indienne. "Radhika Jha raconte cette ville en pleine fermentation, où se condensent toutes les contradictions de l’Inde : aussi vivante et explosive que peut l’être la rencontre entre une petite Maruti 800, la voiture préférée des conducteurs de Delhi, et un éléphant. Beauté et cruauté, la formule secrète de Radhika Jha." (Le Monde) Son troisième ouvrage, un autre recueil de nouvelles, nous emmène à nouveau dans le monde cosmopolite cher à de Radhika Jha, de Genève à Bombay en passant par Turin.
Enfin, dans son second roman qui sort cette année en France, Des lanternes à leurs cornes attachées, elle peint le portrait soignée du village de Nandgaon, bouleversé par l’arrivée d’une héroïne des plus surprenantes : une vache.


Bibliographie :

  • Des lanternes à leurs cornes attachées (Picquier, 2011)
  • Le cuisinier, la Belle et les dormeurs (Picquier, 2005)
  • L’éléphant et la Maruti (Picquier, 2004)
  • L’Odeur (Picquier, 2002)

Présentation de Des lanternes à leurs cornes attachées

spip_logo
C’est à une Inde nouvelle que nous convie ce roman qui s’attache à
une héroïne originale et hautement symbolique : une vache.
Une vache surgit de la forêt. C’est le début d’une grande histoire
d’amour qui va faire de l’humble Ramu et de sa femme Lakshmi les
sauveurs de leur village.
Jusque-là le village de Nandgaon vivait à l’écart du monde, dans
une sorte de paradis soigneusement préservé. A l’insu de tous et en
rupture avec la coutume, Lakshmi va faire inséminer la génisse venue
de la jungle. La vie du village en sera bouleversée.
Dans cette composition soigneusement orchestrée, Radhika Jha
manifeste son amour pour son pays et les hommes simples qui
l’habitent, confrontés à une nature à la fois féroce et maternelle. Son
roman s’enracine dans la terre et le coeur de l’Inde, celle des fêtes, des
rites et des dieux, celle aussi des notables et des sous-préfectures,
évoqués avec humour lorsque germe en eux la graine de la cupidité.
Son roman résonne en nous comme une parabole, une de ces épopées
de vie et de mort qui se transmettront de génération en génération
pour expliquer comment le village de Nandgaon s’ouvrit un jour avec
délice aux joies et aux vices de la modernité.

Présentation de Le Cuisinier, la belle et les dormeurs

Un cuisinier italien établi à Genève, qui accomplit des prodiges d’art culinaire, sent monter autour de lui un climat de défiance, voire d’hostilité, au sein même de sa famille. Une jeune fille, éblouie par une camarade de classe, la regarde profaner sa beauté en posant pour un photographe. Un fonctionnaire tatillon, envoyé en mission au fin fond de la campagne indienne, découvre un village hagard, miné par des conflits entre hindous et chrétiens, et fait la connaissance d’un prêtre diaboliquement retors… Radhika Jha saisit les instants de vie à ce moment, comme en suspens, où les certitudes vacillent avant de basculer. Passant de la comédie à l’italienne, avec des conversations surprises derrière des paravents et quiproquos en cascade, à la sensualité d’un tableau de genre, ou au drame, dans des textes savoureux et brillants d’intelligence.


Présentation de L’éléphant et la Maruti

Trois fictions sur le Delhi d’aujourd’hui.
Trois histoires où s’entremêlent les destinées de Kishan l’électricien, Shibu le lépreux, la plantureuse et scandaleuse Barra, reine de toutes les fêtes, Kishore le gardien de parking et sa femme Sushila qui, en triant les ordures pour vivre, conserve précieusement chaque jour un papier d’une couleur inconnue, et bien d’autres encore. Et la force d’attraction qui les lie tous ensemble, c’est Delhi, la capitale étranglée par la circulation, étouffée de pollution, mais aussi la ville de tous les possibles, celle qui offre à chacun sa chance, une terre d’espoir pour ceux, innombrables, qui viennent s’y réfugier.


Présentation de L’Odeur

Après la mort de son père, la jeune Lîla découvre Paris et fait l’apprentissage de la vie, avec pour seul repère la singularité de son odorat qui, peu à peu, colorera les moindres moments et émotions de son existence. Ce don qui est aussi une malédiction deviendra la clé d’une révélation de soi et du monde. "Jamais depuis Le Parfum de Süskind, un écrivain n’avait réussi à explorer avec autant de maestria le monde méconnu des effluves." (Elle).

Des lanternes à leurs cornes attachées

Philippe Picquier - 2011

(roman autour des vaches sacrées)


L’odeur

Philippe Picquier - 2005

L’éléphant et la maruti

Philippe Picquier - 2004

Le goût des femmes

Les cafés littéraires
Saint-Malo 2011

Avec Radhika JHA, Chantal PELLETIER, Bulbul SHARMA

Une vidéo réalisée par Cap7Média.


La ville est un roman (1)

Les cafés littéraires
Avec : Ken BUGUL, Asli ERDOGAN, Radhika JHA, Yasmina TRABOULSI - Saint-Malo 2005

La littérature-monde est indienne

Saint-Malo 2011

« Ils chahutent les frontières géographiques, nationales, intellectuelles. Ils bousculent les certitudes [...] n’ont pas leur pareil pour dire le monde d’aujourd’hui, un monde de déplacements, un monde de mobilités et de résistances, à la fois géographiques et sociales. Ils parlent d’émigration, d’ambitions sociales, de fuite, de révolte, de survie, d’échappées. Ils parlent, mieux que personne, de mondialisation », écrivait à l’automne 2010 Ève Charrin sur la littérature indienne dans un numéro de la revue Esprit. Ce n’est pas nous qui la contredirons, qui depuis 17 ans, invitons des auteurs indiens à Saint-Malo — notre édition de 1993 était intitulée « world fiction » - littérature-monde, déjà ! Trois auteurs pour nous le dire.

Avec Radhika JHA, Bulbul SHARMA, Tishani DOSHI, Jaspreet SINGH, Eve CHARRIN, animé par Marc Parent.


Quand le roman se met à table

Saint-Malo 2011

Avec Chantal PELLETIER, Radhika JHA, Mathias ENARD, Jaspreet SINGH. Un débat animé par Christine Ferniot.


Plaisirs de langue, plaisirs de bouche

Saint-Malo 2011

Avec Olivier ROELLINGER et Radhika JHA. Un débat animé par : Christine Ferniot.