Feuilleter le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger la grille
(Fichier PDF - 228.1 ko)

SKYHORSE Brando

Etats-Unis

Les Madones d’Echo Park (Olivier, mars 2011)

Biographie

© Eric Van

Brando Skyhorse, encore peu connu en France, est un nouveau romancier américain qui a publié un étonnant premier roman sur le thème des émigrés mexicains.

Lui même est né et a grandi à Los Angeles en 1973, dans le quartier d’Echo Park, un lieu de brassage culturel qui forme le pilier central de son livre. Fils de Mexicains, il a été élevé dans l’ignorance de ses origines : son véritable père l’ayant abandonné à l’âge de trois ans, il prend le nom de son beau père, "Skyhorse", un indien impliqué dans les mouvements de revendications pour les droits des Amérindiens aux Etats-Unis. Adolescent, encouragé par sa mère qui avait elle aussi adopté un nom et un style de vie "américain", il dissimule à son entourage sa généalogie. Cette préoccupation identitaire et sociale est aujourd’hui au coeur de son œuvre, qui met en scène des émigrés mexicains : son livre cherche à capter l’essence, le rythme et les rêves d’une communauté, celle du quartier d’Echo Park.
Le roman est bâti sur une structure singulière : il pourrait s’apparenter à un recueil de nouvelles puisque chaque chapitre est une histoire à part entière, traversée par des personnages récurrents qui se connaissent, sont voisins ou de la même famille. L’assassinat d’une jeune fille, et les réactions que l’événement suscite constituent le point de départ de la trame. Les préoccupations sociales et les aspirations de la communauté mexicaine à se glisser dans le "moule" américain pour ne plus subir les pressions quotidiennes constituent la toile de fond de son œuvre.

Avant de se lancer dans l’écriture, Brando Skyhorse entretenait déjà un lien profond avec la littérature : diplômé de l’Université de Stanford et du "MFA Writers’ Workshop program" à Irvine (écriture créative et arts), il travaille ensuite durant dix ans en tant qu’éditeur. Il devrait signer prochainement un nouveau livre autobiographique, Things my fathers taught me, évoquant ses relations avec ses différents beaux pères.


Bibliographie :

  • Les Madones d’Echo Park (Olivier, mars 2011)

Présentation de Les Madones d’Echo Park

spip_logoÀ Los Angeles, trois générations d’immigrés mexicains s’entremêlent. Dans ce roman construit à la manière des films d’Alejandro González Inárritu (Babel, 21 grammes), Brando Skyhorse s’intéresse aux invisibles. Femmes de ménage, membres de gangs ou adolescentes latino fascinées par le rêve américain, tous sont tiraillés entre deux cultures et portent les stigmates d’un pays qui refuse de les intégrer. La religion des anciens a été remplacée par d’autres idoles : Madonna ou Gwen Stefani sont les nouvelles icônes d’une communauté en quête de repères.
Loin des fantasmes hollywoodiens sur « la cité des anges », Brando Skyhorse retrace le destin d’une famille, les Esperanza, et l’histoire d’un quartier, Echo Park. Unité de lieu tragique, ces rues couvertes de graffitis ont l’énergie vitale des personnages qui les traversent. Ce premier roman émouvant est un mélange de violence et de poésie, dans la lignée de James Frey.

Les madones d’Echo Park

L’Olivier - 2011

Les madones d’Echo Park A Los Angeles, trois générations d’immigrés mexicains s’entremêlent. Dans ce roman construit à la manière des films d’Alejandro González Inárritu (Babel, 21 grammes), Brando Skyhorse s’intéresse aux invisibles. Femmes de ménage, membres de gangs ou adolescentes latino fascinées par le rêve américain, tous sont tiraillés entre deux cultures et portent les stigmates d’un pays qui refuse de les intégrer. La religion des anciens a été remplacée par d’autres idoles : Madonna ou Gwen Stefani sont les nouvelles icônes d’une communauté en quête de repères. Loin des fantasmes hollywoodiens sur la " cité des anges ", Brando Skyhorse retrace le destin d’une famille, les Esperanza, et l’histoire d’un quartier, Echo Park. Unité de lieu tragique, ces rues couvertes de graffitis ont l’énergie vitale des personnages qui les traversent. Ce premier roman émouvant est un mélange de violence et de poésie, dans la lignée de Los Boys de Junot Diaz.

Les bas-fonds

Les cafés littéraires en vidéo
Saint-Malo 2011

avec Jonas T. Bengtsson, Richard Lange, Brando Skyhorse, Makenzy Orcel

Une vidéo réalisée par Cap7Média.