TEARNE Roma

Sri-Lanka - Grande-Bretagne

Retour à Brixton Beach (Albin Michel, 2011)

Biographie

© Alistair Tearne

Roma Tearne est une artiste et auteur née au Sri-Lanka. Elle vit en Grande Bretagne, où elle est arrivée avec ses parents quand elle avait dix ans. Diplômée d’un master en art de la Ruskin School of Drawing and Fine Art d’Oxford, elle travaille depuis une vingtaine d’année sur la question de l’empreinte de l’histoire et de la mémoire dans les lieux publics et intimes à travers des peintures, des installations, des films et des romans. Elle dirige par ailleurs un cycle d’ateliers d’écriture à Brooks University (Oxford).

En 1998, Roma Tearne se fait connaître grâce à l’exposition d’une de ses toiles (Watching the Procession) à la Royal Academy of Arts de Londres.
En 2000, elle expose au Arts Council of England des toiles et des photographies sous le titre "The House of Small Things" qui traitent des souvenirs d’enfance et fondent ce qui deviendra un questionnement récurrent dans l’ensemble de son oeuvre sur l’immigration et la perte.
En 2003, elle réalise l’exposition Nel Corpo delle città au prestigieux MLAC (Museo Laboratorio Arte Contemporanea ) de Rome et décroche en 2006 une bourse d’étude à la Brookes University d’Oxford pour travailler sur le lien entre le récit et la mémoire dans les musées à travers l’Europe.
De ce travail de recherche naît en 2008 Watermuseum, un film qui se déroule à Venise, ville qui fascine Roma Tearne pour son mélange de banalité et de grandeur dramatique.
La même année, elle reçoit une aide de l’Arts council of England pour réaliser un film sur le souvenir et l’immigration.

Entre temps, elle se consacre plus spécifiquement à l’écriture, activité qu’elle a commencé à pratiquer en 2002, et publie en 2007 Mosquito, son premier roman, puis suivront Bone China en 2008, Brixton Beach en 2009 et The Swimmer un an plus tard en Grande-Bretagne.

Retour à Brixton Beach est son premier roman traduit en français.
Il s’est vendu à plus de 70 000 exemplaires en Grande-Bretagne.
Des plages du Sri-Lanka dans les années 60 au Londres d’aujourd’hui, ce roman raconte l’impact de la guerre civile sur les individus et explore les thèmes du lien entre les cultures et de l’attachement à la terre natale à travers la vie de la famille Fonseka.


Bibliographie :

  • Retour à Brixton Beach (Albin Michel 2011)
  • The Swimmer (Harper Press, 2010)
  • Brixton Beach (Harper Press, 2009)
  • Bone China ( Harper Collins 2008)
  • Mosquito (Harper Collins 2007)

Présentation de Retour à Brixton Beach

spip_logo

Alice Fonseka est une petite fille de dix ans, sensible et rêveuse, très attachée à son grand-père, un artiste-peintre chez qui elle passe chaque année ses vacances sur la petite île de Brixton Beach. Lorsqu’ éclate la terrible guerre civile qui opposera Tamouls et Cinghalais pendant plus de trente ans, la famille d’Alice quitte le Sri Lanka pour la Grande- Bretagne.
Là, dans un univers urbain froid et désincarné, Alice grandit, s’inventant une vie bien à elle : l’art devient le support de ses passions et l’horizon de son bonheur. Mais il y a tant de choses qu’elle ne parvient pas à vraiment comprendre : la tragédie qui semble s’acharner sur sa famille ; la paix ; la permanence de l’amour. Elle aurait presque définitivement renoncé à percer le secret de la passion quand, subrepticement, l’amour bouleverse sa vie.
Mais au matin du 7 juillet 2005, la violence croise à nouveau son chemin.

Retour à Brixton Beach

Albin Michel - 2011

Alice Fonseka est une petite fille de dix ans, sensible et rêveuse, très attachée à son grand-père, un artiste-peintre chez qui elle passe chaque année ses vacances sur la petite île de Brixton Beach. Lorsqu’ éclate la terrible guerre civile qui opposera Tamouls et Cinghalais pendant plus de trente ans, la famille d’Alice quitte le Sri Lanka pour la Grande-Bretagne. Là, dans un univers urbain froid et désincarné, Alice grandit, s’inventant une vie bien à elle : l’art devient le support de ses passions et l’horizon de son bonheur. Mais il y a tant de choses qu’elle ne parvient pas à vraiment comprendre : la tragédie qui semble s’acharner sur sa famille ; la paix ; la permanence de l’amour. Elle aurait presque définitivement renoncé à percer le secret de la passion quand, subrepticement, l’amour bouleverse sa vie. Mais au matin du 7 juillet 2005, la violence croise à nouveau son chemin…

Des mots pour le dire

Les cafés littéraires
Saint-Malo 2011

Avec Marie-Célie Agnant, Louis-Philippe Dalembert, Sami Tchak et Roma Tearne

Une vidéo réalisée par Cap7Média.

Ecritures migrantes, pensée en mouvement

Saint-Malo 2011

Ils disent le douloureux télescopage des cultures, le fait d’avoir à vivre en soi ces multiples appartenances et ces déracinements — en un temps de basculement, qui semble exiger non plus comme jadis une pensée du stable, mais du mouvant, où tout ce qui était perçu jusque-là comme barrage, outil de régulation (état, frontière, identité, famille, etc) paraît sans plus d’efficacité devant la puissance des flux d’images, d’argent, d’information, de personnes. Car n’est-ce pas le pouvoir de la littérature, que de « mettre en musique » à travers des fictions ces voix multiples autour de soi, en soi — n’est-ce pas la définition même du roman ? Le promesse, dès lors, d’un « âge d’or » du roman pour le XXIe siècle naissant ?

Avec : Dany LAFERRIERE, Marie-Célie AGNANT, CHIKWAVA Brian, TEARNE Roma,
animé par Hubert Artus


En fuite

Saint-Malo 2011

Avec Sherko FATAH, Malika MOKEDDEM, TEARNE Roma, animé par Margot Loizillon