MONTERO Rosa

Espagne

5 avril 2016.
 
© Philippe Matsas

Biographie

Plume fameuse du grand quotidien El Pais, figure du "nouveau journalisme espagnol" dans les années 70, l’Espagnole Rosa Montero est aussi l’une des romancières les plus lues d’Espagne.

Condensant l’atmosphère confuse de la Transition espagnole, pleine de passion, de peurs et d’espoir, son premier roman, Cronica del desamor (1979, non traduit) avait rencontré à sa sortie un énorme succès de librairie. Six autres suivront, dont plusieurs best-sellers (Te trataré como una reina, 1983, Amado amo, 1988, La hija del caníbal, 1997), avant que la France ne découvre le talent de l’écrivain madrilène avec Le territoire des barbares, traduit en 2002 par les éditions Métailié.

Raconteuse hors pair, mariant avec habileté le roman noir au fantastique, Rosa Montero publie en 2003 La folle du logis (Métailié, 2004) un essai captivant et plein d’humour sur la fiction. Dans cet ouvrage salué par Mario Vargas Llosa, elle interroge le nécessaire recours à l’imagination des « créatures affabulatrices » que nous sommes tous, écrivains comme simples mortels.

Passionnée par la SF, genre peu pratiqué outre-Pyrénées, elle signe avec Des larmes sous la pluie un véritable « Blade runner madrilène ». Dans un futur inquiétant, la race humaine, désormais unie au sein des États-Unis de la Terre, cohabite avec les replicants, des "techno-humains" à la durée de vie limitée, créés initialement pour servir de main d’œuvre et de chair à canon. Dotés d’une mémoire artificielle qui leur confère une personnalité et des émotions humaines, ils ont fini par conquérir un semblant de droits civiques mais constituent une minorité méprisée, que le Parti Suprématiste Humain souhaiterait voir disparaître... Sur les talons de la dure à cuire Bruna, une « rep » alcoolo et impulsive - lointaine cousine de la Lisbeth Salander de Millenium - l’intrigue haletante nous conduit au cœur de la guerre larvée que se livrent militants replicants et partisans du PSH. Un polar futuriste rythmé et profond, abordant sans avoir l’air d’y toucher la question des frontières de l’humanité...

Loin des précédents, contes fantastiques, récits étranges inspirés de la science fiction, se situant dans un passé lointain ou un futur angoissant, L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, publié en 2015, est un livre dans lequel l’auteur parle sans fard à la première personne. Marie Curie, qu’elle connaissait peu, va, à travers ce journal qui la révèle, lui servir de mètre étalon pour évaluer sa propre vie, ses engagements, son féminisme, ses amours et la place occupée par son métier.

Avec Le poids du coeur, le lecteur retrouvera cette année l’héroïne de Des larmes sous la pluie, Bruna Husky. Roman d’aventures politique et écologique, thriller futuriste, ce roman est aussi une réflexion sur la création littéraire et une métaphore sur le poids de la vie et l’obscurité de la mort. Il nous rappelle ainsi l’urgence de vivre et d’aimer quel que soit le monde qui nous est dévolu.


Bibliographie

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Le Poids du cœur

Anne-Marie Métailié - 2016

Bruna Husky, la rep de combat des Larmes sous la pluie, n’a pas le moral. Les humains l’énervent, avec leur vie à rallonge, alors que chaque seconde la rapproche de l’heure de sa mort. Au cours d’un voyage dans le District Zéro, à la suite d’une altercation, elle recueille un peu malgré elle une fillette à moitié sauvage, obstinée et difficile, Gabi.
Très vite, sur la foi d’un mot mystérieux, elle se retrouve embarquée dans une sombre affaire de poubelles atomiques aux confins du monde connu, dans une zone où règne une guerre permanente. L’enquête la mène sur la planète de Labari, dominée par la religion et le mépris pour les femmes.
Elle est accompagnée dans son aventure par un “tripoteur” séduisant autant qu’inquiétant et d’une jeune réplicante née de la même matrice industrielle qu’elle, Clara Husky, son portrait craché. Cet alter ego plus jeune va la pousser à s’interroger sur son humanité et son destin. Entourée par ses vieux amis, Yiannis l’archiviste, qui change d’humeur toutes les cinq secondes à cause de sa pompe à endorphines, Bartolo le boubi collant et goulu ; jouant les intermittences du cœur avec l’inspecteur Lizard, toujours là pour lui sauver la vie mais jamais pour lui déclarer sa flamme, Bruna Husky est une survivante qui se débat entre l’indépendance totale et un besoin d’affection désespéré, un animal sauvage prisonnier de sa courte vie.
Rosa Montero construit des mondes extraordinaires, étranges et cohérents, avec une maestria de conteuse hors pair. Elle écrit tout à la fois un roman d’aventures politique et écologique, un thriller futuriste, une réflexion sur la création littéraire, une métaphore sur le poids de la vie et l’obscurité de la mort... Et rappelle l’urgence de vivre et d’aimer quel que soit le monde qui nous est dévolu.

Traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse.


Revue de presse

"Roman policier ? Science-fiction ? Au-delà de ça, l’auteure espagnole rappelle l’urgence de vivre pleinement et le poids essentiel de l’amour... Si convaincante que l’on a envie de lire toute son œuvre." Anne Demangeat, Télé7jours.

"Comme tous les excellents livres de science-fiction, ce roman met en scène un avenir qui résonne étrangement avec notre présent." Clara Dupont-Monod, Le Parisien magazine.

"Fable inspirée sur le sort d’une humanité au seuil de la catastrophe, la nouvelle folie de Rosa Montero est une parabole écolo aux accents fantastiques." Benoît Legemble, Transfuge.