GÜNDAY Hakan

Turquie

31 mars 2017.
 
© Selen Ozer

Étoile montante de la scène littéraire turque, Hakan Günday a découvert la littérature avec Louis-Ferdinand Céline ; une influence qui ne l’a plus jamais quitté. Né à Rhodes en 1976, il vit à Istanbul. Francophone, il suit son père diplomate à Bruxelles et dans nombre de pays européens. Après des études littéraires à l’université Haccetepe d’Ankara, il poursuit son cursus en sciences politiques à l’université libre de Bruxelles et à l’université d’Ankara. C’est alors qu’il commence à écrire.

D’un extrême à l’autre, son septième roman, est le premier à être traduit en français. Prix du meilleur roman de l’année 2011 en Turquie, D’un extrême à l’autre critique les crispations identitaires sous toutes leurs formes et dynamite les reliquats de l’orientalisme. Un grand roman insolent, un cri dans la nuit de la part de « l’enfant terrible » de la littérature turque.

Il est aussi l’auteur d’une pièce de théâtre écrite pour la compagnie du comédien Murat Daltaban. Par ailleurs son roman Piç, qui signifie littéralement « bâtard », est en cours d’adaptation cinématographique.

Son roman historique Ziyan, paru initialement en 2009, sort en France en 2014 aux éditions Galaade. Hakan Günday y met en scène son arrière-grand-oncle, qui fut exécuté en 1926 pour avoir tenté d’assassiner le président Mustafa Kemal. Fasciné par cette histoire, l’auteur imagine la jeunesse de son aïeul, sa découverte de l’Allemagne et son rôle dans le mouvement de libération de la Turquie. Günday signe ici un récit antimilitariste fort.

La consécration opère à la fin de l’année 2015 lorsque son tout dernier roman, Encore, reçoit le Prix Médicis étranger. À travers ce récit poignant et terrifiant, ancré dans notre réalité politique et sociale, l’auteur décrit la vie d’un jeune passeur turc, à la fois tortionnaire et victime, pris dans ce drame humain orchestrant l’exploitation des plus faibles, ces exilés anonymes qui se perdent et s’enlisent jusque dans la mort. Aujourd’hui, Hakan Günday se fait la voix de toute une génération, et devient par là même représentant des jeunes écrivains contemporains turcs de grand talent.


Bibliographie :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Malafa

Galaade - 2016

Antalya, située au sud de la Turquie, est la destination touristique bon marché par excellence. A des prix si alléchants, vous, le touriste, devrez faire le tour de tous les magasins, un par un, qu’il s’agisse de cuirs, de tapis ou de bijoux. Vous voici arrivé devant le Grand Bazar, immense magasin et pôle d’attraction de toute la ville. Son nom : Topaze. Vous serez forcé d’y entrer, et vous vous dirigerez vers ce qu’il y a de moins coûteux. Evidemment ! Mais vous vous heurterez alors à Kozan. Kozan est là pour vous convaincre d’acheter les plus beaux bijoux du monde ! Il vendrait n’importe quoi, Kozan, du moment qu’il vend. Il a même son argot, Kozan, pour mieux vous faire oublier le monde extérieur. Topaze, c’est un monde à part, une langue à part, et quand on entre chez Topaze, quand on parle à Kozan, le monde entier s’évanouit. Chez Topaze, on est ailleurs, terre de rêves et de mensonges, bling-bling et arnaques assurés. Hakan Günday, l’auteur d’Encore, Prix Médicis étranger 2015, choisit avec Malafa d’explorer d’un tout autre point de vue les relations entre Orient et Occident, n’hésitant pas à comparer tourisme et diplomatie et offrant au lecteur une critique sociale et économique drôle, acerbe et sans concession du tourisme de masse en Turquie.