MANAI Yamen

Tunisie

24 avril 2019.

Ingénieur de formation, il confirme, roman après roman, une place incontestée dans la nouvelle génération d’auteurs tunisiens. Son troisième roman L’Amas ardent, conte philosophique moderne, a été couronné du prix des Cinq continents de la francophonie. Dans un judicieux parallèle entre la lutte d’un apiculteur contre les frelons et l’invasion de la société par le fondamentalisme religieux, il y parle "avec la réserve et l’exactitude de l’homme de science et, en même temps, avec le feu du poète et l’imagination du romancier”, J.M.G. Le Clézio.

 

Considéré comme l’un des représentants les plus talentueux de la nouvelle génération d’auteurs tunisiens, Yamen Manai interroge les ressorts de la modernité et de la liberté politique. Si ses romans sont emprunts d’actualité, l’auteur veut créer une œuvre intemporelle et universelle qui ne se limite pas à un moment précis de l’Histoire. Ingénieur romancier, il construit ses œuvres comme des contes à l’aide de personnages forts et s’inspire des nouvelles technologies - un domaine qui le fascine. Jean-Marie Gustave Le Clézio dit de lui qu’il "parle avec la réserve et l’exactitude de l’homme de science et en même temps avec le feu du poète et l’imagination du romancier."

Il grandit en Tunisie avant de partir en France faire ses études. À Paris, il se passionne pour la littérature et découvre avec émerveillement les nombreuses librairies, les rencontres littéraires et les débats. C’est alors qu’il publie son premier roman, La Marche de l’incertitude, très belle histoire à l’humour joyeux, entre influences du conte traditionnel africain - destins croisés de personnages forts - et son goût pour la science et la technique. Publié en 2010 en poche aux éditions Elyzad, basées à Tunis, le récit est placé sous le signe du hasard. Immédiatement remarqué, Yamen Manai a reçu le prix Comar d’Or, prestigieux prix littéraire tunisien, et le prix des lycéens Coup de cœur de Coup de Soleil en France, dont l’ambition est de mieux faire connaître la littérature du Maghreb.

Dans son deuxième roman La Sérénade d’Ibrahim Santos, paru en 2011 et pour lequel il a reçu le prix Alain Fournier qui récompense de jeunes écrivains, Yamen Manai nous plonge dans l’univers du réalisme magique sud-américain en proposant une peinture de la réalité qu’il s’amuse à travestir. L’écrivain interroge la dictature et ses ressorts ainsi que les limites des prouesses technologiques en transportant le lecteur par la musique d’Ibrahim Santos, musicien météorologue. L’écrivain, qui a commencé l’écriture du roman trois ans avant la révolution tunisienne, a confié avoir senti les prémices des mouvements de contestation à venir.

En 2017, il signe L’Amas ardent, récompensé du Prix des cinq continents de la Francophonie. Dans cette fable moderne aux allures de conte philosophique, il trace un parallèle entre la lutte d’un apiculteur pour sauver ses abeilles des frelons asiatiques, et l’invasion du fondamentalisme religieux. C’est sa façon de donner un sens à l’actualité, à la crise écologique et au fanatisme, mais aussi de proposer une solution : la solidarité, le travail collectif pour un objectif commun, à l’image des abeilles. Si la réalité tunisienne l’a influencé, Yamen Manai a voulu faire un roman universel qui s’adresse à tous les hommes, résolument tourné vers l’espoir.


Bibliographie

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

L’Amas ardent

Elyzad Éditions - 2017

Aux abords de Nawa, village de l’arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d’ascète auprès de ses abeilles, à l’écart de l’actualité. Pourtant, lorsqu’il découvre les corps mutilés de ses "filles", il doit se rendre à l’évidence : la marche du monde l’a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu’il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller chercher la lueur au loin, jusqu’au pays du Soleil-Levant.
 
En véritable conteur, Yamen Manai dresse avec vivacité et humour le portrait aigre-doux d’une Tunisie vibrionnante, où les fanatiques de Dieu ne sont pas à l’abri de Sa foudre. Une fable moderne des plus savoureuses.


Revue de presse