N’SONDE Wilfried

Congo

14 février 2018.

Chanteur, compositeur et romancier, lauréat du prix des Cinq Continents de la Francophonie et du Prix Senghor, Wilfried N’Sondé est une des voix les plus puissantes de la littérature urbaine et francophone. Ses romans, qu’ils se passent dans les banlieues ou dans le Berlin de la Chute du mur, portent un message d’espoir sans nier les violences. Si son 5e roman, Un océan, deux mers, trois continents, quitte l’urbanité contemporaine pour le 17e siècle, il ne fait pas exception à la règle. Il redonne vie à Dom Antonio Manuel Nsaku Ne Vunda, prêtre kongolais qui s’embarque dans une épopée maritime pour rejoindre son poste d’ambassadeur auprès du Pape. « Un livre puissant, à la fois roman d’aventures, réquisitoire objectif contre l’esclavage, et dénonciation de tous les intégrismes. » (Livres hebdo)

 

En 2007, Wilfried N’Sondé, chanteur et compositeur reconnu de la scène berlinoise, fait une entrée remarquée en littérature avec son premier roman, Le Cœur des enfants léopards, lauréat du Prix des cinq continents de la francophonie et du Prix Senghor de la création littéraire, et pour lequel il participe cette année aux Journées scolaires du festival Étonnants Voyageurs. Dans ce roman, détonnant mélange d’autobiographie et de rêve, Wilfried N’Sondé évoque sa jeunesse en banlieue, en rapportant l’histoire d’un jeune amoureux abandonné par son premier amour connue à l’âge de trois ans, alors qu’il venait d’arriver en France. À travers le portrait de son personnage, l’auteur jette un regard sombre et saisissant sur ces banlieues où vivent les populations les plus pauvres, souvent immigrées, et où le destin des jeunes est souvent voué à l’impasse.

Dans son roman Le silence des esprits, Wilfried N’Sondé prolonge, avec cette même force d’évocation, sa réflexion sur la marginalité, sur les êtres aux prises avec leur passé. Il y déploie une écriture vive, rythmée, qui puise toute sa justesse dans sa propre expérience. En effet, l’exil, le déracinement est un motif récurrent dans la vie de l’auteur : né en 1969 au Congo, il émigre en France à l’âge de cinq ans où il grandit et fait ses études ; puis, après être passé par Londres, Rome, Vienne et Madrid, il s’installe à Berlin où il vit de sa musique et travaille aussi comme éducateur auprès de jeunes en difficultés. Ce sont ces rencontres qui le poussent à écrire son troisième roman, Fleur de béton, où il déploie, sous la forme d’un roman d’apprentissage, une réflexion sur la violence des quartiers, et les moyens d’en sortir. Toujours dans un contexte urbain, Berlinoise, publié en 2015, mène une réflexion sur la différence, la possibilité de la rencontre et l’incompréhension entre des mondes fondamentalement différents.

En 2018, Wilfried N’Sondé quitte les villes contemporaines et signe son premier roman historique. Un océan, deux mers, trois continents retrace l’histoire de Nsaku Ne Vunda, rebaptisé Dom Antonio Manuel le jour de son ordination, prêtre kongolais du 17e siècle nommé ambassadeur auprès du Pape par le roi de Bakongo. Ce « Candide africain » s’embarque alors pour l’Europe, via le Brésil, à bord d’un navire négrier. Wilfried N’Sondé s’est demandé ce que cet homme, logeant avec les officiers alors qu’il partage la couleur de peau des hommes, des femmes et des enfants réduits en esclavage dans la cale du navire, a pu ressentir et penser : « Où était sa révolte ? Où était sa collaboration (…) ? » (Actes Sud). À travers son histoire, Wilfried N’Sondé cherche à transmettre « cette force de résistance » : confronté à toutes les violences des hommes (esclavage, Inquisition, piraterie…), Nsaku Ne Vunda ne se départit jamais de sa naïveté et de sa foi inébranlable en l’amour qui peut exister entre les êtres humains. Plus de quatre cents ans après, l’auteur redonne vie à ce héros avec toute la sensibilité qu’on lui connaît. Un livre puissant, à la fois roman d’aventures, réquisitoire contre l’esclavage et formidable message d’espoir.


Bibliographie :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Un océan, deux mers, trois continents

Actes Sud - 2018

Au tout début du XVIIe siècle, Nsaku Ne Vunda, ordonné prêtre et baptisé Dom Antonio Manuel, est chargé par le roi des Bakongos de devenir son ambassadeur auprès du pape. En faisant ses adieux à son Kongo natal, il ignore que le long voyage censé le mener à Rome va passer par le Nouveau Monde, et que le bateau sur lequel il s’apprête à embarquer est un navire négrier. De quoi mettre à mal sa foi en Dieu et en l’homme...
Wilfried N’Sondé s’empare avec ardeur d’un personnage méconnu de l’Histoire pour dénoncer les horreurs d’une époque d’obscurantisme et exalter la beauté de l’espérance.


Revue de presse