FONTENAILLE-N’DIAYE Elise

France

30 mars 2015.
 
© Janik Coat

Née à Nancy, en 1960, Élise Fontenaille a été journaliste pendant quelques années. Elle est l’auteur de cinq romans parus chez Grasset. C’est de Vancouver qu’est née la bizarre histoire d’amour d’Unica et de Herb Charity. C’est à Vancouver que Philip-K. Dick est devenu fou... Élise Fontenaille y a vécu deux ans, elle y retourne aussi souvent qu’elle peut.
Formidable raconteuse d’histoires, Élise Fontenaille aime explorer des univers singuliers et mettre en scène des personnages atypiques. Avec Unica, elle nous plonge dans un récit fantastique qui flirte du côté de Philip-K. Dick et de Tim Burton. Ce conte cruel et ludique, qui se déroule dans un futur immédiat, offre une réflexion très moderne sur l’ère du virtuel et ses incidences (l’amour par machines interposées, les crimes virtuels…).

Son dernier livre ranime le souvenir d’une des pages sombres de l’histoire du colonialisme, un génocide oublié, occulté même, car le premier rapport officiel sur le massacre des Hereros et des Namas - le fameux Blue Book - fut soustrait à la connaissance du public en 1926. Alors qu’elle enquêtait sur son aïeul, le général Mangin, elle retrouve ce rapport disparu. Sans prétention, elle donne son point de vue d’écrivain sur l’un des drames ignorés du XXème siècle.


Bibliographie :

Littérature pour adultes

Littérature jeunesse

 

DERNIER OUVRAGE

 
Récit

Blue book

Calmann-Lévy - 2015

Il est une chose dont peu se souviennent, c’est que l’Allemagne fut une puissance colonisatrice. De 1883 à 1916, elle occupa ce qu’on appelait alors le Sud-Ouest africain, l’actuelle Namibie. Il en est une autre que beaucoup ignorent, c’est que cette colonie fut le théâtre du premier génocide du XXe siècle. Un génocide oublié, occulté même, car le premier rapport officiel – le fameux Blue Book – sur le massacre des Hereros et des Namas fut soustrait à la connaissance du public en 1926.
Élise Fontenaille-N’Diaye, alors qu’elle enquêtait sur son aïeul, le général Mangin, a retrouvé ce rapport disparu. Dès lors, elle se devait de raconter.
Si ce livre vise à ranimer le souvenir de cette sombre page de l’histoire du colonialisme, il ne se veut pas un ouvrage de spécialiste. L’auteur y donne son point de vue d’écrivain, son point de vue personnel.
Quelque part entre le désert du Kalahari et la presqu’île de Shark Island, au large de Lüderitz, s’est déroulée une macabre répétition générale, préfiguration des exterminations à venir.