SHAKESPEARE, CERVANTÈS NOS CONTEMPORAINS

14 mai 2016.
 

Ils meurent le même jour d’avril 1616. Deux immenses écrivains européens,
aux destins bien dissemblables. L’un, effacé par son personnage de Don
Quichotte, devenu un mythe : Cervantès. À tort : il vécut une vie d’aventures,
mercenaire, traîne-rapière, prisonnier des pirates Barbaresques, excommunié,
jeté en prison, – où il imaginera Don Quichotte…
Le seul à échapper à ce sort funeste aura été Shakespeare, devenu, lui, un
mythe – parce qu’on ne sait pas trop qui il fut ? Sa modernité stupéfie –
parce qu’il touche au plus profond de l’âme humaine.
Tous deux nous touchent encore au plus profond – preuve s’il en fallait que
les oeuvres traversent les âges, échappent à leurs contextes, pour parler
au présent de chacun.

TROIS RENCONTRES

CERVANTÈS, DON QUICHOTTE
Avec Jean Canavaggio éditeur de Don Quichotte
en Pléiade, biographe de Cervantès,
Olivier Weber (Le Barbaresque), Christian Lax
(Un certain Cervantès) dont nous exposons les
planches, Rob Davis, auteur d’une autre BD sur
Don Quichotte avec J. Canavaggio.
► Dim., 12h15, Grande Passerelle 1

SHAKESPEARE VIVANT
avec François Laroque et Gérard Mordillat
précédé du film Shakespeare, des rois dans la
tempête de Claude Mourieras.
► Dim. 11h, Grande Passerelle 1

CERVANTÈS, SHAKESPEARE : L’ÂME DE L’EUROPE
Pour ne pas oublier que l’Europe fut d’abord cela,
une culture. Avec François Laroque, Jean Canavaggio.
► Lun. 10h, Maupertuis

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

La Tour abolie

Albin Michel - 2017

« Quand les pauvres n’auront plus rien à manger, ils mangeront les riches. »

La tour Magister : trente-huit étages au cœur du quartier de la Défense. Au sommet, l’état-major, gouverné par la logique du profit. Dans les sous-sols et les parkings, une population de misérables rendus fous par l’exclusion. Deux mondes qui s’ignorent, jusqu’au jour où les damnés décident de transgresser l’ordre social en gravissant les marches du paradis.
 
Avec la verve batailleuse qui a fait le succès de La Brigade du rire, Gérard Mordillat, l’auteur de Vive la sociale ! et de Les Vivants et les morts, livre une fable prodigieuse sur la société capitaliste et la révolte de ceux qu’elle exclut.


Revue de presse

 

DERNIER OUVRAGE

 
Biographie

Massoud, le rebelle assassiné

L’Aube - 2021

Figure de proue de la lutte contre les fondamentalistes, le commandant Massoud a été assassiné lors d’une opération-suicide en Afghanistan, l’avant-veille des attentats du 11 septembre 2001. Qui était véritablement le célèbre combattant ? Un simple résistant ? Un seigneur de la paix ? Un militant des droits humains dans un Orient ravagé par le fanatisme ? Un poète féru de vers persans et français perdu dans la guerre ? Vingt ans après sa mort, Olivier Weber, qui l’avait longue­ment rencontré et avait côtoyé ses partisans pendant une vingtaine d’années de voyages en Afghanistan, revient sur son message de paix et de concorde entre les peuples.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Bande Dessinée

Un certain Cervantès

Futuropolis - 2015

De retour d’Afghanistan, où il a laissé un bras, Mike Cervantès découvre le Don Quichotte de son illustre homonyme. C’est une révélation ! Joyeux, désespéré, doux et violent, tragique et drôle, d’une grande force d’évocation, Un certain Cervantès est un livre de bande dessinée ambitieux et romanesque. L’occasion pour Lax de dessiner à son envie les paysages américains. Les déserts mystérieux, secs et hostiles, et l’Amérique, d’Ouest en Est se révèlent dans leur sauvagerie, leur complexité tout autant que dans leur poésie et leur charme. L’occasion aussi de réveiller l’esprit de Don Quichotte, de travailler une matière littéraire et signer un livre contemporain où Lax a le talent de désamorcer les sujets graves qui agitent nos sociétés occidentales.


Revue de presse :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Don Quichotte de la Manche (Nouvelle traduction)

Gallimard - 2015

Préface et traduction de Jean CANAVAGGIO

Don Quichotte lui-même, au seuil de la « Seconde partie » (1615), n’en croit pas ses oreilles : « Il est donc vrai qu’il y a une histoire sur moi ? » C’est vrai, lui répond le bachelier Samson Carrasco, et cette histoire – la « Première partie » du Quichotte, publiée dix ans plus tôt –, « les enfants la feuillettent, les jeunes gens la lisent, les adultes la comprennent et les vieillards la célèbrent ». Bref, en une décennie, le roman de Cervantès est devenu l’objet de son propre récit et commence à envahir le monde réel. Aperçoit-on un cheval trop maigre ? Rossinante !
Quatre cents ans plus tard, cela reste vrai. Rossinante et Dulcinée ont pris place dans la langue française, qui leur a ôté leur majuscule. L’ingénieux hidalgo qui fut le cavalier de l’une et le chevalier de l’autre est un membre éminent du club des personnages de fiction ayant échappé à leur créateur, à leur livre et à leur temps, pour jouir à jamais d’une notoriété propre et universelle. Mais non figée : chaque époque réinvente Don Quichotte.
Au XVIIe siècle, le roman est surtout perçu comme le parcours burlesque d’un héros comique. En 1720, une Lettre persane y découvre l’indice de la décadence espagnole. L’Espagne des Lumières se défend. Cervantès devient bientôt l’écrivain par excellence du pays, comme le sont chez eux Dante, Shakespeare et Goethe. Dans ce qui leur apparaît comme une odyssée symbolique, A.W. Schlegel voit la lutte de la prose (Sancho) et de la poésie (Quichotte), et Schelling celle du réel et de l’idéal. Flaubert – dont l’Emma Bovary sera qualifiée de Quichotte en jupons par Ortega y Gasset – déclare : c’est « le livre que je savais par cœur avant de savoir lire ». Ce livre, Dostoïevski le salue comme le plus grand et le plus triste de tous. Nietzsche trouve bien amères les avanies subies par le héros. Kafka, fasciné, écrit « la vérité sur Sancho Pança ». Au moment où Freud l’évoque dans Le Mot d’esprit, le roman est trois fois centenaire, et les érudits continuent de s’interroger sur ce qu’a voulu y « mettre » Cervantès. « Ce qui est vivant, c’est ce que j’y découvre, que Cervantès l’y ait mis ou non », leur répond Unamuno. Puis vient Borges, avec « Pierre Ménard, auteur du Quichotte » : l’identité de l’œuvre, à quoi tient-elle donc ? à la lecture que l’on en fait ?
Il est un peu tôt pour dire quelles lectures fera le XXIe siècle de Don Quichotte. Jamais trop tôt, en revanche, pour éprouver la puissance contagieuse de la littérature. Don Quichotte a fait cette expérience à ses dépens. N’ayant pas lu Foucault, il croyait que les livres disaient vrai, que les mots et les choses devaient se ressembler. Nous n’avons plus cette illusion. Mais nous en avons d’autres, et ce sont elles, peut-être – nos moulins à vent à nous –, qui continuent à faire des aventures de l’ingénieux hidalgo une expérience de lecture véritablement inoubliable.

Revue de presse

« Quatre siècles après sa parution (1605-1615), la réédition du chef-d’œuvre de Miguel de Cervantès, dans l’excellente traduction « rajeunie » de Jean Canavaggio, nous réjouit à la fois comme la redécouverte d’un trésor d’enfance au grenier de notre mémoire et la réappropriation d’un héritage universel. » Le Monde des livres.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Autres

Dictionnaire amoureux de Shakespeare

Plon - 2016

François Laroque invite le lecteur à goûter sans modération les divers bonheurs que les textes du dramaturge le plus joué dans le monde peuvent apporter au théâtre, au cinéma ou à l’opéra.
Génie de la poésie et du théâtre, Shakespeare s’est bâti un monument pour l’éternité. Son succès, qui ne se dément pas depuis plus de quatre siècles et qui est aujourd’hui aux dimensions du monde, trouve sa source dans une passion de la scène qui nous entraîne au coeur des désordres et du fracas du monde. Avec lui, nous gravissons jusqu’au vertige le grand escalier de l’histoire en passant de l’héroïque au pathétique, du rire à l’horreur, du sublime au grotesque sans que ce théâtre, de nature essentiellement populaire, observe de règles particulières ou de conventions préétablies.
D’ « Abécédaire » à « Zigzag(s) », de « Verdi » à « Hamlet », en passant par « Freud », « Laurence Olivier », « Sorcières » ou « Will », ce libre vagabondage vise à faire partager mon amour d’un auteur dont l’oeuvre n’a pas pris une ride.