Turquie, carrefour orient/occident

_ Avec Hakan GÜNDAY, Çiler ILHAN, Ahmet INSEL, Ece TEMELKURAN

26 mai 2016.
 

Avec Hakan GÜNDAY, Çiler ILHAN, Ahmet INSEL, Ece TEMELKURAN
Animé par Marie-Madeleine RIGOPOULOS

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Malafa

Galaade - 2016

Antalya, située au sud de la Turquie, est la destination touristique bon marché par excellence. A des prix si alléchants, vous, le touriste, devrez faire le tour de tous les magasins, un par un, qu’il s’agisse de cuirs, de tapis ou de bijoux. Vous voici arrivé devant le Grand Bazar, immense magasin et pôle d’attraction de toute la ville. Son nom : Topaze. Vous serez forcé d’y entrer, et vous vous dirigerez vers ce qu’il y a de moins coûteux. Evidemment ! Mais vous vous heurterez alors à Kozan. Kozan est là pour vous convaincre d’acheter les plus beaux bijoux du monde ! Il vendrait n’importe quoi, Kozan, du moment qu’il vend. Il a même son argot, Kozan, pour mieux vous faire oublier le monde extérieur. Topaze, c’est un monde à part, une langue à part, et quand on entre chez Topaze, quand on parle à Kozan, le monde entier s’évanouit. Chez Topaze, on est ailleurs, terre de rêves et de mensonges, bling-bling et arnaques assurés. Hakan Günday, l’auteur d’Encore, Prix Médicis étranger 2015, choisit avec Malafa d’explorer d’un tout autre point de vue les relations entre Orient et Occident, n’hésitant pas à comparer tourisme et diplomatie et offrant au lecteur une critique sociale et économique drôle, acerbe et sans concession du tourisme de masse en Turquie.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Nouvelles

L’Exil

Ils ont subi violences physiques, verbales et sexuelles. Ils n’ont le droit d’exister ni dans leurs corps, ni dans leurs âmes, ni de se conformer à leur âge. Ni de parler leur propre langue dans leur propre pays. Leur enfance, leur féminité et leur masculinité leur ont été volées, comme leur a été refusé le droit de vivre leur vie.
Tziganes exilés de leur passé, de leur langue et de leur quartier à Istanbul, fillette enterrée vivante en Inde mais sauvée par des chiens errants, amoureux qui n’a pas l’autorisation d’épouser sa bien-aimée et qui se venge sur ses parents, les héros du récit sont reconnaissables entre tous : des gens ordinaires, dont le destin peuple les pages glacées des journaux.
Çiler Ilhan donne dans ce recueil un visage et une voix à l’exil et à l’injustice.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

La Nouvelle Turquie d’Erdogan

La Découverte - 2015

Depuis 2002, la Turquie est dirigée par l’AKP (Parti de la justice et du développement) et par son leader charismatique, Recep Tayyip Erdogan. Ce pouvoir " musulman-démocrate " a profondément modifié le pays : urbanisation, forte croissance de l’économie, négociations avec l’Union européenne, rôle majeur au Moyen-Orient, etc. Pour autant, le bilan de ce long règne est ambivalent. Les avancées sur le front de la démocratisation ont progressivement laissé place à un autoritarisme rampant et à une politique de réislamisation de la société. L’armée turque a perdu son rôle de tutelle du régime, au prix de procès politiques fortement entachés d’irrégularités. Depuis 2008, les négociations avec l’UE piétinent. Des pas courageux pour résoudre le problème kurde ont été suivis par des mesures répressives, qui se sont étendues à l’ensemble des revendications démocratiques. Les protestations de Gezi, en 2013, ont révélé le visage autoritaire du pouvoir et les mutations en cours de la société. Dans cet essai documenté, Ahmet Insel nous éclaire sur les facteurs d’ascension de l’AKP, la stratégie politique et la persistance des succès électoraux d’Erdogan malgré les affaires de corruption et la lutte ouverte avec la communauté Gülen. Il montre ainsi que la société turque est constamment tiraillée entre culpabilités refoulées et désir de libération, entre peur de perdre son identité socio-historique et volonté d’être pleinement dans le monde moderne.


Revue de presse :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Comment conduire un pays à sa perte. Du populisme à la dictature

Stock - 2019

« Comment et pourquoi un populiste sans pitié, avec l’aide d’une bande de partisans toujours plus nombreux, a pu mettre fin à la démocratie turque au cours de la nuit du 15 juillet 2016 est une histoire longue et compliquée. Le propos de ce livre n’est pas de raconter comment nous avons perdu notre statut de démocratie, mais d’essayer d’en tirer des leçons au profit du reste du monde. Chaque pays, bien évidemment, s’inscrit dans un contexte qui lui est propre, et certains choisissent de croire que leur démocratie bien éprouvée et leurs solides institutions les protègent de pareilles « complications ». Toutefois, les similitudes, si frappantes, entre ce que la Turquie a traversé et ce que le monde occidental a commencé à vivre peu après, sont trop nombreuses pour être ignorées. »

Dans ce livre ambitieux, passionné et provocateur, Ece Temelkuran dissèque la montée du populisme dans le monde. Elle révèle les schémas et explore les causes profondes et les différentes façons dont les pays, mêmes les nôtres, peuvent sortir de la démocratie sans s’en apercevoir. Pour la journaliste, les soulèvements récents survenus en Turquie font partie d’un phénomène mondial qui doit servir d’avertissement aux pays occidentaux ayant encore la possibilité de rompre avec ce schéma. Puisant aussi bien dans sa propre expérience que dans l’Histoire, Ece Temelkuran expose une pensée clairvoyante et incisive pour la défense de la démocratie.