Pour les ados

22 mai 2017.
 

Nous en rêvions depuis longtemps, quelques grands seront à Saint-Malo pour vous faire découvrir leurs nouveautés et leur univers : Guillaume Guéraud et Stéphane Servan mais aussi le grand retour de Patrice Favaro. Sans oublier quelques noms de la littérature pour adultes qui se prêtent à la jeunesse avec délectation : Jérôme Leroy, Marcus Malte, Anne Sibran, Luis Sépulveda, etc.

Des animaux et des hommes
Que serions-nous sans les animaux ? Une rencontre autour de notre amour pour les bêtes, qui, admettons-le, nourrissent l’imaginaire des grands comme des petits. Dans les livres, les animaux sont des messagers, plein de sagesse et d’amour ou des annonciateurs de danger, toujours, ils communiquent avec nous et révèlent nos meilleurs côtés. Ils sont parfois hostiles, parfois les meilleurs amis de l’homme, mais ils sont toujours fascinants et une source d’apprentissage infinie pour les enfants de tous âges. Avec Luìs Sepulveda, Anne Sibran, Stéphane Servant
Dim. 17h30, Salle Canada

« Mauvais genres »
Qui a dit que le polar, le thriller et la science-fiction étaient des genres réservés aux adultes ? Marcus Malte (Scarrels), Jérôme Leroy (Macha ou l’évasion) et Guillaume Guéraud (Série b, DoAdo) ne sont pas de cet avis. Rencontre avec ces écrivains qui ont transposé les codes des romans d’adultes, polar, série B, thriller et autre roman gore et les ont adaptés à la jeunesse. Sam. 14 h, Salle Canada

Mes vacances à Pétaouchnok
Une rencontre autour du délicieux livre d’Olivier Pouteau, un road-trip plein d’aventures, un voyage en pleine nature mais surtout une histoire qui redonne la pêche. Pour remonter le moral des troupes à la fin des journées un peu pourries. Quand ça ne va pas bien, parfois, il faut savoir tout plaquer et partir à pétaouchnok ! Sam. 16h15, Salle Canada


DANS L’UNIVERS DE…

GUILLAUME GUÉRAUD

Guillaume Guiraud © Julien Falsimagne

Avec près d’une vingtaine de romans parus aux Éditions du Rouergue, Guillaume Géraud est reconnu comme l’un des auteurs jeunesse les plus stimulants et dérangeants de sa génération. Par un style vif, percutant, engagé, l’auteur n’hésite pas à jouer avec les codes des genres littéraires, et s’approprier le langage des adolescents, il ne craint ni la violence ni la vulgarité. Rencontre. Dim, 15h, salle Canada

PATRICE FAVARO}

Patrice Favaro se nourrit de ses voyages, y puisant désormais l’inspiration et le décor de la plupart de ses ouvrages destinés à la jeunesse et aux adultes, contes, pièces de théâtre, romans, nouvelles, essais. Il revient avec un livre documentaire (Ils & elles ont changé le monde, La Martinière), qui à travers le portrait de 50 hommes et femmes au destin exceptionnel, cherche à donner des «  références  » aux adolescents, l’âge où ils se posent des questions sur leurs envies et leur avenir. Mais aussi, un recueil de nouvelles d’anticipation, Empreinte Digitale (Thierry Magnier) qui envisage la fin d’un monde, le nôtre, toujours plus connecté… Lun. 16h, salle Canada

STÉPHANE SERVANT
Reconnu pour ses romans denses, aux personnages forts souvent marginaux mais aussi pour ses albums, il s’entoure régulièrement d’illustrateurs de renom. Il revient avec La langue des bêtes, une fable envoûtante et moderne d’une enfant quasi sauvage, fille d’une funambule et d’un ogre. Lun. 15h, salle Canada


 

DERNIER OUVRAGE

 
Littérature jeunesse

Empreinte digitale

Thierry Magnier - 2016

Tout commence à Paris, par un coup de fil reçu sur le téléphone portable de Ramzi, dans le bar de quartier qu’il aime à fréquenter : le George O’. Tout se termine dans les ruines de la capitale, où le George O’ n’est plus qu’un lointain souvenir dans l’esprit de « Loup gris ». Quatre époques. Quatre récits qui voient la chute du monde qui a transformé Ramzi en « Loup gris », un paria, un rebelle. Un monde, notre monde, chaque jour plus connecté qui se laisse déborder par les cyber outils qu’il génère pour se protéger de ses propres démons. Drones, cyborgs, mémoire virtuelle globale… On aimerait pouvoir se rassurer en classant ce recueil de nouvelles dans la catégorie « Science-fiction ». Mais cet ouvrage, aussi passionnant qu’inquiétant, n’est-il pas placé sous l’égide du visionnaire George O’… RWELL ? On vous aura prévenus !


Revue de presse :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Un nom de torero

Anne-Marie Métailié - 2017

Les 63 pièces d’or de la collection du Croissant de Lune Errant ont été volées par les nazis. Après quarante ans de sommeil, à la chute du mur de Berlin, elles réapparaissent en Patagonie et la course-poursuite commence entre la Lloyd Hanséatique et les anciens agents de la Stasi.
La Lloyd a un atout majeur : Juan Belmonte. Il porte un nom de torero et un lourd passé de guérillero de toutes les révolutions perdues de l’Amérique latine. La Lloyd ne lui a pas laissé le choix : partir à la recherche des pièces d’or ou perdre Véronica, son unique raison de vivre, brisée par la torture.
Dans cette course au trésor vers la Patagonie, Belmonte retrouve un Chili où le poids du silence n’a pas enterré la profonde humanité des habitants du bout du monde. Luis Sepûlveda montre une fois encore qu’il est un extraordinaire raconteur d’histoires.

Traduit de l’espagnol (Chili) par François Maspero


Revue de presse :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Aires

Zulma Éditions - 2020 - 2019

Ils sont sur l’autoroute, chacun perdu dans ses pensées. La vie défile, scandée par les infos, les faits divers, les slogans, toutes ces histoires qu’on se raconte – la vie d’aujourd’hui, souvent cruelle, parfois drôle, avec ses faux gagnants et ses vrais loosers. Frédéric, lanceur d’alerte devenu conducteur de poids lourds, Catherine, qui voudrait gérer sa vie comme une multinationale du CAC 40, l’écrivain sans lecteurs en partance pour « Ailleurs », ou encore Sylvain, débiteur en route pour Disneyland avec son fils… Leurs destins vont immanquablement finir par se croiser.
Un roman caustique qui dénonce, dans un style percutant à l’humour ravageur, toutes les dérives de notre société, ses inepties, ses travers, ses banqueroutes. Et qui vise juste – une colère salutaire, comme un direct au cœur.


Revue de Presse :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Littérature jeunesse

Ma grand-mère est une terreur

Editions du Rouergue - 2017

On l’appelle Mémé Kalashnikov ! Car la grand-mère de Louis est une terreur, il déteste passer des vacances dans sa maison au fond des bois, sans télé ni rien. Mais cette fois-ci, il ne va vraiment pas s’ennuyer. Car sa grand-mère, moitié sorcière moitié activiste politique, s’oppose à la construction d’une route près de chez elle. Avec son chaudron magique, sa faucille et son marteau, elle ne craint personne ! Du rire, de l’aventure et un soupçon de fantastique pour les jeunes lecteurs.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Un peu tard dans la saison

LaTable Ronde - 2017

C’est aux alentours de 2015 qu’un phénomène inexpliqué et encore tenu caché s’empare de la société et affole le pouvoir. On l’appelle, faute de mieux, l’Éclipse. Des milliers de personnes, du ministre à l’infirmière, de la mère de famille au grand patron, décident du jour au lendemain de tout abandonner, de lâcher prise, de laisser tomber, de disparaître. Guillaume Trimbert, la cinquantaine fatiguée, écrivain en bout de course, est-il lui aussi sans le savoir candidat à l’Éclipse alors que la France et l’Europe, entre terrorisme et révolte sociale, sombrent dans le chaos ? C’est ce que pense Agnès Delvaux, jeune capitaine des services secrets. Mais est-ce seulement pour cette raison qu’elle espionne ainsi Trimbert, jusqu’au cœur de son intimité, en désobéissant à ses propres chefs ?
Dix-sept ans plus tard, dans un recoin du Gers où règne une nouvelle civilisation, la Douceur, Agnès observe sa fille Ada et revient sur son histoire avec Trimbert qui a changé sa vie au moment où changeait le monde.


Revue de presse

« Fable grinçante, le roman noir de Jérôme Leroy suit le mouvement d’une humanité qui se déconnecte et se libère de la tyrannie technologique du capitalisme. » La Croix

« Même lorsqu’il nous invite à la mélancolie (sa tonalité préférée), Jérôme Leroy conserve une élégante clarté d’expression. Quand tant d’autres croient urgent de se fabriquer une écriture, il y a quelque chose de révolutionnaire à écrire ce français limpide autant que sensible, simple autant que tranchant, tout au service d’une pensée, d’un récit et d’une imagination. » Le Figaro