Bob Dylan, il nous disait un nouveau monde

Avec François Bon, Georges-Olivier Chateaureynaud, Patrice Blanc-Francard

16 juin 2017.
 

Avec François Bon, Georges-Olivier Chateaureynaud, Patrice Blanc-Francard
Animé par Patrice Blanc-Francard

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

À cause de l’éternité

Grasset - 2021

A cause de l’éternité constitue le seconde volet de L’Autre rive, qui remporta en 2007 le Grand Prix de l’Imaginaire. L’action se déroule de nos jours au château d’Eparvay, dans l’arrière-pays d’Ecorcheville, ville bâtie au bord du Styx. Cette région présente nombre de particularités. L’esclavage n’y a jamais été aboli. La proximité relative des Enfers, par-delà l’infranchissable fleuve des morts, entraîne des précipitations insolites (pluies d’animaux et d’insectes divers) ainsi que l’échouage occasionnel de créatures venues de l’autre rive (centaure, sirène, satyre, minotaure...). Un Musée de Tératologie les rassemble ; les étudie et les expose. Enfin, l’économie comme la politique locales sont sous le contrôle de trois grandes familles, les Propinquor, les Esteral et les Bussettin, qui se disputent et se partagent de longue date le pouvoir.

Dans ce nouvel opus, Alphan Bogue, jeune diplômé du Courtauld Institute de Londres, docteur PhD en histoire de l’Art, rentre à Ecorcheville pour s’y marier. Sa fiancée, Delia Spencer-Churchill, doit le rejoindre pour la cérémonie. Le père d’Alphan, brocanteur à la retraite, pensionnaire de l’EHPAD d’Ecorcheville, le presse de dérober pour lui un autoportrait supposé de Rembrandt adolescent, inconnu de tous, qui se trouve au château d’Eparvay. Spécialiste de la peinture baroque et de Rembrandt, Alphan se laisse convaincre de s’introduire dans le château pour examiner le tableautin et se faire une idée de son authenticité. Quand il franchit une porte basse
donnant sur les soubassements de l’énorme édifice métamorphique, l’aventure commence...

L’imaginaire qui se déploie dans ce roman-monde n’a pas d’équivalent dans la littérature française contemporaine.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Autres

Le carnet de 1933

Tiers Livre Editeur - 2017

L’été 2015, en travaillant sur les manuscrits de Lovecraft à la John Hay Library de Providence, dans la liasse du Commonplace Book s’échappe un carnet usé, à la couverture de cuir qui s’effrite. À l’intérieur, je reconnais ces textes sur l’écriture que je connais bien. Mais j’y découvre des listes, et puis des exercices que Lovecraft s’impose à lui-même, véritables « compressions » de ses histoires fantastiques préférées, pour en prendre le noyau vivant. C’est un agenda de 1927, où il a scrupuleusement noté son numéro de téléphone, ses mensurations de faux-cols et caleçons. Mais c’est tout au long de 1933 qu’il y complète ses idées, ses listes, ses procédés. En 1938, dans sa première édition du Commonplace Book, Barlow y a inséré ces « notes sur l’écriture de la fiction surnaturelle », c’est pour cela que ce carnet mi-abandonné a été classé dans cette boîte d’archives, la 18. Si toutes ces notes ont déjà été reproduites, elles l’ont été séparément, dans des annexes ou des notes. Alors que pour moi c’était l’évidence : en 1933, dans sa plus haute période de composition, celle des plus grands récits, Lovecraft ouvre un carnet spécifiquement dédié à l’écriture, l’imagination, l’invention. C’est ce carnet que j’ai tenté, en le traduisant et l’annotant, de suivre le plus fidèlement dans sa genèse. Et c’était comme ouvrir un livre disparu, un livre inédit du plus grand explorateur des gouffres sombres de l’imaginaire. - François Bon

 

DERNIER OUVRAGE

 

Dictionnaire amoureux du jazz

Plon - 2018

Dès l’âge de seize ans, au moment où je découvrais le Jazz avec le Creole Jazz Band de King Oliver - dont le jeune Louis Armstrong était à vingt ans le deuxième trompette, je n’ai cessé de fureter, d’écouter, ou de découvrir de nouveaux sons, de nouvelles formes de cette musique de Jazz.
Déambuler avec passion dans ce paradis privé est l’un de mes grands bonheurs. Mais la musique est un art mystérieux. Et les codes de certaines formes de Jazz peuvent parfois sembler incompréhensibles, si l’on ne s’arme pas d’une certaine forme de connaissance et de curiosité, qui est je crois le meilleur défaut du monde.
C’est pourquoi j’ai voulu aborder autrement cette musique, la passion de toute ma vie, et faire de ce Dictionnaire Amoureux du Jazz une collection d’histoires, de destins, presque de légendes du Jazz, que je raconte dans cette ouvrage. Des histoires de musiciens (et de musiciennes !), de lieux, d’évènements, de disques qui ont marqué pour moi l’histoire de cette musique.
A l’évidence - c’est le principe même, je crois, de la collection, cette sélection d’une soixantaine de chapitres représente un choix parfaitement subjectif, le mien. C’est en quelque sorte ma petite histoire du Jazz à moi. A la fin de chacune de ces histoires, vous trouverez aussi un mini-guide de conseils variés (à écouter, à lire, à voir…)
Alors venez donc faire un tour avec Charlie Parker ou John Coltrane, soyez les témoins du génie de Louis Armstrong en 1927, ou frottez-vous aux multiples et abrasives dimensions de la musique de Thelonious Monk, l’un des grands pianistes et compositeurs de ce dernier siècle.
Voici quelques unes des pistes que je vous propose, dans ce Dictionnaire Amoureux, d’une musique que j’aime, si violemment, et depuis si longtemps…