Une matinée, dès 10h15, Grande Passerelle 3

Sibérie les empires du froid

19 mai 2018.
 

Dim. Grande Passerelle 3.

À 10h, Norilsk, l’étreinte de glace, de François-Xavier Destors, nous emmène dans la ville la plus au nord du monde, isolée du chaos de l’humanité par un continent de glace, mais aussi l’une des plus polluées de la planète, où l’hiver dure neuf mois et les températures descendent jusqu’à -60°C.

Suivi à 11h45, d’une rencontre avec Caryl Ferey et son voyage détonnant dans ce recoin de Sibérie (Norilsk, Paulsen), Cédric Gras, qui a maintes fois arpenté les confins de l’extrême orient russe et qui revient sur quelques-unes de ses tribulations, du Tibet à l’Albanie en passant par toute l’Eurasie (Saison du Voyage, Stock), et Éric Hoesli (L’épopée sibérienne. La Russie à la conquête de la Sibérie et du Grand Nord, Éditions des Syrtes).

Dim. 14h, Vauban 5

Sans oublier le film de Clément Cogitore, Braguino, un voyage photographique et filmique à la recherche d’une « communauté impossible », recluse au cœur de la forêt en Sibérie.

 

DERNIER OUVRAGE

 

Plus jamais seul

Gallimard - 2018

Premières vacances pour Mc Cash et sa fille, Alice. L’ex-flic borgne à l’humour grinçant – personnage à la fois désenchanté et désinvolte mais consciencieusement autodestructeur – en profite pour faire l’apprentissage tardif de la paternité.
Malgré sa bonne volonté, force est de constater qu’il a une approche très personnelle de cette responsabilité.
Pour ne rien arranger, l’ancien limier apprend le décès de son vieux pote Marc, avocat déglingué et navigateur émérite, heurté par un cargo en pleine mer.
Pour Mc Cash, l’erreur de navigation est inconcevable. Mais comment concilier activités familiales et enquête à risque sur la mort brutale de son ami ?

Emigration clandestine, trafic d’êtres humains et son lot d’exploiteurs et profiteurs inhumains, situation économique grecque calamiteuse, les préoccupations politiques de Férey se retrouvent là encore, servies par un personnage cynique au verbe haut.
La voix de Mc Cash est tonitruante, son humour est grinçant et son comportement celui d’un homme à la fois désespéré et désinvolte.
Plus jamais seul est un texte noir, engagé et/mais drôle. Très émouvant aussi quand tout à coup ce père hors norme parle de sa fille.


Revue de presse :

 

DERNIER OUVRAGE

 

Saison du Voyage

Stock - 2018

« Le voyage est d’abord rêvé. Il le reste et je l’ignorais. Je voulais voir le monde autant que m’en échapper. Je suis parti, moi aussi, aiguillonné par l’esprit d’aventure – on n’était déjà plus explorateur – et ses chantres. Quand il restait des mystères sur Terre. Les classiques de la littérature de voyage m’ont fait halluciner les yeux grands ouverts. Mais à quoi bon poursuivre désormais des fantômes, dans les confettis de forêts vierges pixellisées par Google Earth ? »
C. G.

Qu’est-ce qui fait le départ ? Partir, fuir, rêver, s’échapper. Cédric Gras, qui appartient de livre en livre à ces écrivains-voyageurs, sans cesse partis pour mieux revenir, nous relate quelques-unes de ses tribulations, du Tibet à l’Albanie en passant par toute l’Eurasie. Les hautes solitudes en guise de bout du monde, les rencontres en partage d’un fragment de vie, l’apprentissage d’une langue comme plus belle exploration, ce qui fait sa sensibilité à l’ailleurs.

Les Saisons du voyage sont celles que l’auteur talonne, l’automne, le printemps, mais aussi celles qui ne reviendront pas, qu’il traverse sans nostalgie, mais dans la conscience d’un passé qui ne l’a pas attendu. Les lieux et les hommes ont changés, le rapport au temps aussi. Pour les jeunes générations, l’initiation au monde se fait à travers une planète métamorphosée par le progrès, la politique et la démographie, rétrécie. Qu’est devenu le voyage au xxie siècle ?

 

DERNIER OUVRAGE

 
Récit

L’Épopée sibérienne. La Russie à la conquête de la Sibérie et du Grand Nord

Éditions des Syrtes / Éditions Paulsen - 2018

L’ouvrage est consacré à l’exploration de la Sibérie et du continent eurasien du XVIe au XXIe siècle : la spectaculaire « conquête de l’Est ». C’est un récit d’aventures grandiose, une véritable épopée, dont le fil conducteur est la recherche d’un nouvel eldorado, jusqu’aux bordures ultimes du monde.
Tout commence par la saga des Stroganov, une famille de marchands qui construit un empire au nord de la Moscovie et finance l’expédition du cosaque Ermak en 1582, ouvrant la porte de la Sibérie. La deuxième partie retrace la longue et difficile avancée jusqu’au Pacifique à travers un désert de glace. Les premières expéditions sont des expériences de survie, puis revêtent un caractère scientifique : l’énigme d’une séparation entre l’Asie et l’Amérique conduit à la découverte du Kamtchatka, du détroit de Béring et de l’Alaska aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les explorateurs sont des savants qui, par leurs découvertes d’espèces inconnues ou disparues, leurs rencontres avec des peuples indigènes, participent à la mise en œuvre d’une grande encyclopédie du monde. Dans la troisième partie, l’auteur montre comment la Russie élargit sa sphère d’influence en Extrême-Orient et entre en concurrence avec l’Amérique, la Chine et l’Europe pendant la révolution industrielle. La quatrième partie est consacrée au Transsibérien, la cinquième partie à l’organisation du système concentrationnaire, du bagne tsariste au Goulag soviétique. La sixième partie à la conquête de l’Arctique et, enfin, la septième, aux enjeux contemporains des hydrocarbures.