Christian Bobin, Prix Ganzo 2019

14 mai 2019.
 

CHRISTIAN BOBIN PRIX GANZO 2019

Au nom du poète vénézuélien Robert Ganzo (1898-1995), dont l’admirable Orénoque est réédité chez Gallimard (1997), le Prix Robert Ganzo de poésie, décerné par la Fondation Robert Ganzo sous l’égide de la Fondation de France, est le prix de poésie le mieux doté (10 000 euros) de France. Il couronne chaque année, pendant le Festival Saint-Malo Étonnants Voyageurs, un poète francophone d’importance, un aventurier du verbe et de la vie, un passeur d’émotions et de défis, un arpenteur de grand large et d’inconnu.

Présidé par Alain Borer, le jury composé d’Yvon Le Men, Jean-Baptiste Para, Dominique Sampiero, Jean-Pierre Siméon et Claudine Delaunay a souhaité distinguer Christian Bobin pour l’ensemble de son œuvre.


Qui est le lauréat 2019, Christian Bobin ?

Lauréat de l’Académie en 2016 pour l’ensemble de son œuvre dense et profondément humaine, où la foi chrétienne tient une place privilégiée mais en se mettant à distance la liturgie et du clergé.

Auteur d’une soixantaine d’ouvrages au style fragmentaire, mêlant roman, journal et poésie en prose, Christian Bobin révèle comme personne la beauté de la nature, de l’enfance et de la religion. Après Une petite robe de fête, Le Très-Bas rencontre un grand succès, récompensé par le Prix des Deux Magots en 1993 et du Grand Prix catholique de littérature.

L’écrivain et poète, « amoureux du silence et des roses », se tient à l’écart du milieu littéraire et préfère rester discret. Cela ne l’empêche toutefois pas de tenir une chronique intitulée « Regard poétique » dans Le Monde des religions.

En 2018, il nous surprend avec La nuit du cœur, formidable ode poétique et personnelle à la ville de Conques, nous offrant très belle réflexion sensible sur l’amour, sur la vie, sur l’émotion.


Qu’est ce que le prix Ganzo ?

Créé en 2007, le Prix Robert Ganzo « distingue l’auteur d’un livre de poésie d’expression française en prise avec le mouvement du monde, loin du champ clos des laboratoires formalistes et des afféteries postmodernes ». Le Prix Robert Ganzo de poésie, décerné par la Fondation Robert Ganzo sous l’égide de la Fondation de France, est le prix de poésie le mieux doté de France (10 000 euros). Il couronne chaque année, pendant le Festival Saint-Malo Étonnants Voyageurs, un poète francophone d’importance, un aventurier du verbe et de la vie, un passeur d’émotions et de défis, un arpenteur de grand large et d’inconnu.


Qui était Robert Ganzo ?

Né en 1898 à Caraca et mort en 1995, Robert Ganzo était un poète vénézuélien d’expression française, il arrive en France dès l’adolescence. En 1938, son poème Orénoque lui assure alors une grande notoriété. Il participe à la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. En 1990, il reçoit le Grand Prix des poètes français.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

La nuit du cœur

Tout a commencé à Conques dans cet hôtel donnant sur l’abbatiale du XIe siècle, où l’auteur n’a fait que passer une nuit. Mais il a regardé comme personne et vu ce que, aveuglés par le souci de nous-mêmes et du temps, nous ne voyons pas : la lumière particulière que dégagent les choses et les êtres les plus simples, les plus humbles. De retour chez lui dans sa maison du Creusot, perdue dans les arbres et la solitude, le poète recense et interroge une à une toutes les merveilles « rapportées » de Conques : des rêves, la vision des anges, l’idée et le désir de la phrase pure, et le chemin en lui d’un grand et beau livre comme une lettre d’amour, La nuit du cœur. C’est ainsi, fragment après fragment, que s’écrit au présent, sous les yeux du lecteur, cette lettre dévorée par la beauté de la création comme une fugue de Jean-Sébastien Bach.