Dim. 14h15, Grande Passerelle 1

Après-midi : Nicolas Bouvier et « Travel Writing »

Un après-midi autour du Prix Nicolas Bouvier

8 juin 2019.
 

C’est, chaque année, le rendez-vous de l’amitié et de la mémoire. Avec les jurés, soucieux de perpétuer le souvenir de celui qui fut notre grand ami, pour un échange sur cette déferlante d’écrivains soucieux de restituer notre rapport à la nature dans toute sa complexité.

La remise du prix Nicolas Bouvier 2019 sera l’occasion de réunir et de débattre autour du travel writing. Avec Kathleen Jamie et son Tour d’horizon, au cœur d’une exploration scientifique et magique du monde naturel, un voyage intense, sensible et poétique dans le nord de l’Écosse, Paolo Cognetti qui nous entraîne sur les traces du Léopard des neiges de Peter Matthiessen, son livre de chevet (Sans jamais atteindre le sommet, Stock) et Emmanuel Ruben, prix Nicolas Bouvier 2019.

Il a enthousiasmé le jury. Récit d’une remontée du Danube à vélo, d’Odessa jusqu’au Rhin, dans le sens des migrations, c’est une Europe de longue mémoire qui s’éveille, brassage de civilisations, dans un temps incertain où l’espace paraît se cloisonner.

Sans oublier la projection du somptueux We Came West, de François Magal, aux côtés de l’écrivain Rick Bass et de ses amis dans la Yaak Valley, Montana, un territoire sauvage et reculé, sous la neige six mois par an.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Sans jamais atteindre le sommet

Stock - 2019

« J’ai fini par y aller vraiment, dans l’Himalaya. Non pour escalader les sommets, comme j’en rêvais enfant, mais pour explorer les vallées. Je voulais voir si, quelque part sur terre, il existait encore une montagne intègre, la voir de mes yeux avant qu’elle ne disparaisse. J’ai quitté les Alpes abandonnées et urbanisées et j’ai atterri dans le coin le plus reculé du Népal, un petit Tibet qui survit à l’ombre du grand, aujourd’hui perdu. J’ai parcouru trois cents kilomètres à pied et franchi huit cols à plus de 5000 mètres, sans atteindre aucun sommet. J’avais, pour me tenir compagnie, un livre de culte, un chien rencontré sur la route, des amis : au retour, il me restait les amis. »
À l’aube de la quarantaine, Paolo Cognetti part dans l’Himalaya avec un groupe d’amis, sur les traces du Léopard des neiges de Peter Matthiessen. Mais l’Himalaya n’est pas une terre que l’on pénètre à la légère : c’est une montagne vivante, habitée, utilisée, parfois subie, à mille lieues de la nôtre. L’affronter demande une véritable expédition, avec des guides, des porteurs, des mulets de bât, un campement à monter chaque soir pour le démonter chaque matin, et surtout de bons compagnons de route.
Les discussions sans fin sous la tente avec Nicola, la magnificence absolue de la montagne contemplée avec Remigio, la marche en dents de scie sur les hauteurs, l’altérité des lieux et des personnes rencontrées, la manière dont le paysage agit sur le corps et l’esprit, tel est l’inoubliable voyage que nous fait vivre Paolo Cognetti.

Traduit de l’italien par Anita Rochedy.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Biographie
Essais

Tour d’horizon

La Baconnière - 2019

“C’est un silence venu de très loin, effrayant, qui fait ressemble le bruit sous mon crâne à une oie criarde. J’aimerais réduire mon esprit au silence, mais je pense que cela prendrait des années.”

Tour d’horizon plonge le lecteur dans les conversations avec le monde naturel à travers quatorze récits autobiographiques rendus par une écriture exquise et sans romantisme. Que ce soit dans les récits sur les fous de bassans, les icebergs de l’Arctique, au chevet de sa mère ou dans le monumental musée de squelette de baleine de Bergen, Kathleen Jamie convoque un champ d’investigation extrêmement vaste, qui inclut la nature humaine, notre propre finitude. Avec un réel soucis de précision et une modestie remarquable, elle ajuste ses focales inlassablement et réenchante le monde. Si ses récits suivent une trame narrative et dissèquent l’ordinaire, elle prend aussi de la distance , interroge le ciel, scrute l’univers microscopique et thématise la notion de nature.

Tour d’horizon est une formidable invitation à réfléchir sur les biotopes aux côtés de Kathleen Jamie, héritière d’une tradition poétique écossaise de représentation de la nature, avec humilité, joie et malice.

Traduit de l’anglais (Écosse) par Ghislain Bareau


 

DERNIER OUVRAGE

 

Sur la route du Danube

Rivages - 2019

À l’été 2017, Emmanuel Ruben et son ami Vlad entreprennent une traversée de l’Europe à vélo. En 48 jours, ils remonteront le cours du Danube depuis les rives de la mer Noire, en Ukraine, jusqu’à sa source de la Forêt-Noire, en Allemagne. Ils parcourront 23 degrés de longitude, 6 degrés de latitude et 2 888 km. Ce récit est le témoignage de cette épopée à travers les marécages du delta du Danube et les steppes eurasiatiques d’Ukraine, les frontières hérissées de barbelés de Moldavie, les vestiges de la Roumanie de Ceausescu, le rougeoiement des plages de Bulgarie au crépuscule, les défilés escarpés de Djerdap en Serbie...

En choisissant de prendre le fleuve à contre-courant, c’est l’histoire complexe d’une Europe oubliée que les deux amis traversent. Mais, dans les entrelacs des civilisations déchues et des ethnies décimées, affleurent les portraits poignants des hommes et des femmes croisés en route, le tableau vivant d’une Europe contemporaine.

Dans ce texte, Emmanuel Ruben poursuit sa « suite européenne » initiée avec La Ligne des glaces (Rivages, 2014) et explore la géographie du Vieux Continent pour mieux révéler le caractère fictionnel de son histoire.