Sam. 14h30-16h45, Grande Passerelle 3

Après-midi : photographie

5 juin 2019.
 

Robert Doisneau, le révolté du merveilleux

Une rencontre « Doisneau et la mer » en compagnie des filles du photographe, passionnées, qui gèrent son fond, et un film Robert Doisneau, Le révolté du merveilleux de Clémentine Deroudille.
Projection à 14h30 et rencontre à 15h30


Dans l’œil du chat

« Un livre où le thème rebattu de la photo de chat trouve un nouveau souffle bouleversant » Luc Desbenoit, Télérama

Une plongée dans l’œil du chat, aux frontières du conte, qui interroge notre part sauvage (Dans l’œil du chat, de Mélani Le Bris, Zulma, 2018). Retrouvez Mélani Le Bris au Café Littéraire samedi matin et une projection-rencontre avec Hubert Haddad, Carole Martinez et Ananda Devi qui ont contribué à ce livre hors norme.
Sam. 16h45

 

DERNIER OUVRAGE

 
Beaux livres

Dans l’oeil du chat

Zulma Éditions - 2018

Photographies de Mélani Le Bris
Textes d’Ananda Devi, Hubert Haddad & Carole Martinez

Percez la vie secrète des chats et suivez-les en pleine nature, à l’affût dans un sous-bois, alanguis sous la lune ou courant vers l’horizon dans un champ d’herbes hautes… Sous le regard unique de Mélani Le Bris, chaque photo nous livre une part de la nature vraie des chats, et chacune est un monde.

Avec des textes d’Ananda Devi, Hubert Haddad et Carole Martinez, magistralement inspirés par cette invitation au voyage inédite.

« Les photos de chats de Mélani Le Bris sont saisissantes. Sous son regard et son objectif, ces félins appartiennent à la famille des chats d’Edgar Poe, de Baudelaire, aux chats magiques, mystérieux, habités de pouvoirs occultes, dans une communion presque mystique avec la nature, avec le monde. Comme on se trouve petit, à côtoyer de tels chats qui donnent le sentiment d’en savoir plus long sur l’homme et sur la vie que nous n’en savons sur eux, nimbés qu’ils sont dans leurs secrets ou leurs présences impénétrables. » Frédéric Vitoux, de l’Académie française

« Ils m’ont ouvert la porte de leur monde et je les ai suivis de l’autre côté du miroir. » Mélani Le Bris

 

DERNIER OUVRAGE

 
Poésie

Portiques de l’instant

Project’îles - 2022

Portiques de l’instant est le livre d’un poète conscient de la vie présente. L’immédiateté parcourt ces poèmes et fait prendre conscience de la fragilité de notre passage sur terre. L’instant disparait aussitôt apparu, et chaque instant porte l’inconnu du monde. Des portiques où la lumière le dispute à l’obscurité, l’éclat du soleil aux échos de la nuit, un tissage et des nervures qui nous façonnent. Hubert Haddad se rappelle ainsi du fol amour, ô morte à l’envers. Le poète ne cesse de nous emmener vers ces espaces inconnus, entre les lieux qu’il a visités, et l’érudition qui le caractérise, nous faisant voyager dans les mythes, dans la connaissance de l’humain et du monde. Quels sont ces êtres qui apparaissent et qui disparaissent aussitôt de notre existence ? Sont-ils d’ici ? Sont-ils de l’essence du monde déjà ? Le vide est-il l’équivalent de l’infini ? Portiques de l’instant est parsemé des peintures de Michel Haddad, frère du poète, parti – volontairement – trop tôt, des travaux gardés inachevés par le peintre lui-même, qui donnera ou détruira ses tableaux, ses esquisses, ses dessins, selon son humeur. Critique d’art, Hubert Haddad qualifie l’œuvre de son frère comme « un journal hâtivement crayonné d’une intimité, [une] sorte de livre discontinu aux pages éparses où les phrases se succèdent poétiquement, sans pose de style ni clin d’œil à la postérité ». Ces peintures du frère disparu font de Portiques de l’instant une œuvre spéciale dans la biographie gigantesque du poète. Recueil de poèmes inspirés, musicaux, Portiques de l’instant succède à La Verseuse du matin (Prix Mallarmé 2014), et approfondit l’aspect métaphysique et résolument engagé dans la défense des libertés de l’œuvre de Hubert Haddad, après Palestine (Folio, prix Renaudot-poche 2009), Opium Poppy ou encore un Monstre et un chaos (Zulma poche, 2022). Hubert Haddad est par ailleurs l’initiateur et le rédacteur en chef de la revue internationale Apulée.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Les Roses Fauves

Gallimard - 2020

« Peu après la sortie de mon premier roman, Le cœur cousu, une lectrice m’a raconté une coutume espagnole dont j’ignorais l’existence : dans la sierra andalouse où étaient nées ses aïeules, quand une femme sentait la mort venir, elle brodait un coussin en forme de cœur qu’elle bourrait de bouts de papier sur lesquels étaient écrits ses secrets. À sa mort, sa fille aînée en héritait avec l’interdiction absolue de l’ouvrir. J’ai métamorphosé cette lectrice en personnage.
Lola vit seule au-dessus du bureau de poste où elle travaille, elle se dit comblée par son jardin. Dans son portefeuille, on ne trouve que des photos de ses fleurs et, dans sa chambre, trône une armoire de noces pleine des cœurs en tissu des femmes de sa lignée espagnole. Lola se demande si elle est faite de l’histoire familiale que ces cœurs interdits contiennent et dont elle ne sait rien. Sommes-nous écrits par ceux qui nous ont précédés ?
Il faudrait déchirer ces cœurs pour le savoir… »
C. M.

Carole Martinez, formidable conteuse, libère ses personnages morts et vivants et nous embarque à leur suite dans un monde épineux où le merveilleux côtoie le réel et où poussent des roses fauves.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Fardo

Cambourakis - 2020

Deuxième texte publié en coédition avec le musée des Confluences (à Lyon). Ananda Devi a été interpellée par une momie de femme péruvienne. Elle imagine la trajectoire de cette femme qui a beau avoir vécu à l’autre bout du monde il y a des siècles, elle lui semble extrêmement proche. À partir de cet "objet" troublant et terriblement humain, elle réfléchit à sa propre vie, aux impasses qu’elle peut rencontrer dans son écriture, à la condition des femmes en général et au pouvoir de l’art. Un texte bouleversant.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Beaux livres

Allons voir la mer avec Doisneau

Que photographie Robert Doisneau quand il va à la mer ?

L’œuvre de Robert Doisneau (1912-1994) s’étend largement au-delà de Paris et sa banlieue. À la faveur de reportages de presse, de commandes publicitaires ou de vacances en famille, il a promené son regard curieux, effronté et bienveillant sur le littoral français.

L’exploration de soixante ans de photographie à travers la thématique de la mer a permis de mettre en lumière des clichés souvent inédits de celui qui se qualifiait lui-même de « pêcheur d’images ».

De Boulogne à Menton, en passant par La Turballe, Le Havre, Deauville, Le Guilvinec, La Baule, l’Île de Ré, Les Sables-d’Olonne, Saint-Jean-de-Luz, Marseille, Toulon ou Saint-Tropez… Allons voir la mer avec Doisneau est une promenade en bord de mer, de plages en ports et jusque sous l’eau, en compagnie de marins pêcheurs, de baigneurs, de dockers, de plongeurs, de moussaillons d’un jour et de scaphandriers.

C’est aussi une immersion dans la vie d’un photographe-illustrateur, Doisneau ne manquant jamais une occasion d’enrichir le fonds de la célèbre agence Rapho, dont il sera l’un des plus éminents représentants.

Enfin, c’est l’occasion d’inscrire ses images de mer dans la vaste histoire de la photographie maritime.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Beaux livres

Allons voir la mer avec Doisneau

Que photographie Robert Doisneau quand il va à la mer ?

L’œuvre de Robert Doisneau (1912-1994) s’étend largement au-delà de Paris et sa banlieue. À la faveur de reportages de presse, de commandes publicitaires ou de vacances en famille, il a promené son regard curieux, effronté et bienveillant sur le littoral français.

L’exploration de soixante ans de photographie à travers la thématique de la mer a permis de mettre en lumière des clichés souvent inédits de celui qui se qualifiait lui-même de « pêcheur d’images ».

De Boulogne à Menton, en passant par La Turballe, Le Havre, Deauville, Le Guilvinec, La Baule, l’Île de Ré, Les Sables-d’Olonne, Saint-Jean-de-Luz, Marseille, Toulon ou Saint-Tropez… Allons voir la mer avec Doisneau est une promenade en bord de mer, de plages en ports et jusque sous l’eau, en compagnie de marins pêcheurs, de baigneurs, de dockers, de plongeurs, de moussaillons d’un jour et de scaphandriers.

C’est aussi une immersion dans la vie d’un photographe-illustrateur, Doisneau ne manquant jamais une occasion d’enrichir le fonds de la célèbre agence Rapho, dont il sera l’un des plus éminents représentants.

Enfin, c’est l’occasion d’inscrire ses images de mer dans la vaste histoire de la photographie maritime.