Dim. 16h45, Grande Passerelle 3

Après-midi "Creative non-fiction"

8 juin 2019.
 

« J’applique au réel les techniques de narration du roman pour révéler la dimension romanesque du réel » disait l’écrivain voyageur Bruce Chatwin. Un courant déjà ancien aux États-Unis, qui a irrigué la réflexion sur le « nouveau journalisme » et inspiré le New Yorker – à partir de cette question qu’est-ce qui distingue un récit de voyage, par exemple, d’un reportage, fait de l’un une oeuvre littéraire, de l’autre pas ? « Creative non-fiction » : une école du regard. Une rencontre en compagnie de Lieve Joris, Marc Weitzmann, Jennifer Lesieur et Stefano Savona.

Et la projection du film sur un maître du genre Kapuściński, Another day of life, présenté par la plus brillante écrivaine de ce courant majeur : Lieve Joris. Ryszard Kapuściński (Pinsk 1932, Varsovie 2007), a multiplié les best-sellers (Le Négus, Le Shah, Imperium) a imposé un style « d’écriture du réel » qu’on dira « creative non fiction ». Ce film nous emporte avec lui sur les chemins du monde.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Fonny

Actes Sud - 2019

Alors qu’elle travaille à un nouveau livre, l’auteur apprend que son frère Fonny, le “mouton noir” de la famille, est dans le coma à la suite d’un accident de voiture. S’ensuivent de multiples appels téléphoniques à ses parents, ses nombreux frères et sœurs, et plusieurs voyages pour se rendre au chevet du blessé. En racontant ce moment particulier de leur vie, qui les réunit tous, Lieve Joris laisse affleurer les souvenirs de son enfance et ceux, plus anciens, qu’elle a reçus en héritage. Habituellement cantonnée dans son rôle de témoin, elle livre ici un texte bien plus intime, esquissant un autoportrait à travers le récit de ce drame et l’exploration de son histoire familiale.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Un temps pour haïr

Grasset - 2018

Et si la France était devenu le pays où la haine s’exerce, se déploie, et parfois assassine  ? Le cœur d’un brasier qui, depuis la fin de la guerre froide, d’Alger à Varsovie, de New York à Moscou et Istanbul, menace la planète  ?
La France a été en 2002 le premier pays occidental à mettre un leader populiste aux portes du pouvoir. Dans les années 2010, elle est devenue le premier pays d’Europe en terme d’envoi de djihadistes vers l’Irak et la Syrie. Depuis 2015 enfin, avec près de 300 morts, elle est numéro 1 en terme de victimes d’attentats majeurs, tandis que les agressions antisémites ne faiblissent pas...
Marc Weitzmann nous livre la première grande enquête « totale  », factuelle, intellectuelle, historique, littéraire, qui tente de dénouer ces différents fils. Fruit d’un travail de quatre années, Un Temps pour haïr est fondé sur des écoutes des services secrets ; sur les compte-rendus de procès terroristes  ; sur des rencontres avec les familles de djihadistes, des psychiatres, des enseignants ; sur l’analyse sémiotique des dialogues entre les équipes de tueurs ; mais aussi sur la reconstitution de chapitres méconnus de la colonisation et sur celle des réseaux d’extrême droite dans les années 1990. 
Le livre, qui reconstitue le parcours de multiples personnages à l’épaisseur romanesque, frappe autant par l’ampleur du tableau qu’il brasse que par sa forme. Enquête sur la psychopathologie du djihad, plongée historique aux sources de la colonisation et réflexion personnelle se mêlent non pour apporter une explication dogmatique définitive mais pour guider le lecteur dans une méditation sur le rôle des images, de l’idéologie, la question de l’authenticité, des vérités simultanés. Aucune porte ne se tient devant nous – porte de la guerre ou de la paix qu’il suffirait de franchir ou de refermer – mais au moins serons-nous mieux armés pour comprendre…

 

DERNIER OUVRAGE

 
Biographie

Tu marcheras dans le soleil

Stock - 2018

Il aurait eu 70 ans en 2019. Bruce Chatwin est l’un des plus grands écrivains anglais du XXe siècle. Auteur du célèbre En Patagonie, de récits, nouvelles, romans, il s’est d’abord inventé une vie à haute teneur romanesque, poussé par une « grande maladie de l’horreur du domicile », diagnostiquée déjà par Baudelaire.
Trop méconnu en France, sa vie et ses voyages, indissociables, ont consisté en une folle succession de fuites. De l’Angleterre d’après-guerre, des Swinging Sixties, du monde de l’art et des collectionneurs, de l’université et de l’archéologie, du journalisme et de toute contrainte sociale. Jusqu’à ce qu’il trouve son salut en Amérique du Sud, d’où il revint avec ce récit de voyage qu’est En Patagonie, et une vocation qui allait justifier ses fuites à venir, en Afrique, en Grèce, en Australie...
Il fuit son pays natal et son épouse ; vers les deux il revint toujours.
Il fuit sa bisexualité, les hommes et les femmes envoûtés par sa blondeur ténébreuse, quittés après des liaisons rapides, sans traces.
Il fuit l’idée de possession, d’une maison, d’un objet d’art, d’un être.
Il fuit la vérité dans ses livres, et dans sa propre vie.
Il fuit la réalité de sa maladie, ce sida qui allait l’emporter en pleine gloire.
Il en a rapporté des livres et des mystères qui continuent d’inspirer la même envie de ficher le camp au bout du monde.
À son tour, Jennifer Lesieur a fui pour partir sur ses traces.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Documentaire

Samouni Road

- 2018

Dans la périphérie rurale de la ville de Gaza, la famille Samouni s’apprête à célébrer un mariage. C’est la première fête depuis la dernière guerre. Amal, Fouad, leurs frères et leurs cousins ont perdu leurs parents, leurs maisons et leurs oliviers. Le quartier où ils habitent est en reconstruction. Ils replantent des arbres et labourent les champs, mais une tâche plus difficile encore incombe à ces jeunes survivants : reconstruire leur propre mémoire. Au fil de leurs souvenirs, Samouni Road dresse un portrait de cette famille avant, pendant et après l’événement qui a changé leur vie à jamais.