Sam. 14h15, Grande Passerelle 2

Game of thrones : Is winter coming ?

7 juin 2019.
 

Suspense insoutenable : Is winter coming, or not ? Qui occupera le trône de fer, s’il demeure ? La dernière saison aura tenu en haleine le monde entier ! Pourquoi cette série nous fascine-t-elle autant ?

En passe de s’élever au rang de mythe, elle passionne les foules, mais aussi les philosophes et écrivains. On ne compte plus les Unes des magazines, les numéros hors séries parus à l’approche de la diffusion de l’ultime saison de la série.

Rencontre avec Patrick K. Dewdney fondu de SF, Gérard Wajcman (Les séries, le monde, la crise, les femmes), et Tristan Garcia, passionné, qui signe Tu ne sais rien, Jon Snow dans le dernier Philosophie Magazine consacré à la série. Avec la projection d’un film.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

La Peste et la vigne - Le Cycle de Syffe T.2

Au Diable Vauvert - 2018

Adolescent sans famille, Syffe est réduit à l’esclavage, dans une époque de guerres et de grandes épidémies. Lorsque la peste s’abat sur les mines où il est prisonnier, il trouve l’occasion de prendre la fuite. Une seule idée l’obnubile, retrouver Brindille, son amour d’enfance, captive des énigmatiques Feuillus. Son périple mouvementé au travers des Primautés de Brune le conduira à se faire tour à tour instructeur, vagabond et mercenaire, tandis qu’il assiste, impuissant, aux tourments d’un pays déchiré par la guerre civile.


 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Les séries, le monde, la crise, les femmes

Verdier - 2018

La série n’est pas simplement un genre télévisé en vogue, c’est d’abord une forme. C’est du neuf esthétique, et on sait que les inventions de formes sont rares. Pour la décrire, il faut se lancer dans une anatomie comparative et la confronter à d’autres formes, au cinéma, évidemment, mais aussi à des formes plus anciennes, fondamentales dans notre civilisation : au mythe, au roman, aussi au tableau.

La question de la série se pose depuis toujours, dans la littérature, avec le feuilleton par exemple, ou dans l’art, avec les Nymphéas de Monet, la reproductibilité technique selon Walter Benjamin ou la collection, notamment.

Mais la forme-série n’est pas qu’un problème esthétique, et cette forme n’est pas seulement nouvelle, elle est profondément actuelle. La forme-série pourrait être le langage du monde comme il est : en crise. La série serait une forme de crise. Elle serait structurée comme le monde en crise, ou le monde serait lui-même structuré comme une série.

D’où l’interrogation qui anime le propos : de quoi la série est-elle la forme ? La série symptôme du monde comme il va, ou comme il ne va pas. Une forme témoin du malaise dans la civilisation. Cela conduit, pour finir, à la question de savoir pourquoi les femmes occupent le devant de la scène des séries.