Jusqu’où ira-t-on ?

Avec Souleymar Bachir Diagne, Pascal Dibie, Mona Ozouf, Romain Goupil

19 juin 2019.
 

Avec Souleymar Bachir Diagne, Pascal Dibie, Mona Ozouf, Romain Goupil
Animé par Yann NICOL

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

En quête d’Afrique(s). Universalisme et pensée décoloniale

Albin Michel - 2018

C’est dans la conjoncture de l’après Deuxième Guerre mondiale et de la conférence de Bandung (1955) qu’émerge le paradigme postcolonial, courant d’idées qui accompagne l’entrée sur la scène internationale des pays décolonisés dits du « Tiers Monde ». Dans leurs critiques de la domination occidentale, le ou les postcolonialisme(s) ont mis en avant la traite esclavagiste transatlantique et la colonisation. Progressivement, une théorie plus radicale s’est imposée : la « pensée décoloniale », qui fait remonter à la découverte des Amériques, en 1492, la mise en œuvre d’une nouvelle formule de domina¬tion sociale et d’exploitation économique, désormais indexée sur la notion de race.
À partir de leurs itinéraires respectifs, le philosophe Souleymane Bachir Diagne et l’anthropologue Jean-Loup Amselle dialoguent sur des questions cruciales qui engagent les rapports entre l’Afrique et l’Occident : l’universalisme, les spécificités culturelles et linguistiques africaines, le soufisme ouest-africain, le panafricanisme.
Ces échanges reposent sur la conviction partagée que toutes les entreprises qui visent à établir une communication entre les différentes cultures humaines de notre planète sont salutaires, car elles permettront d’abattre les barrières réelles ou imaginaires qui fragmentent notre monde.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Autres

L’Autre George. A la rencontre de George Eliot

Gallimard - 2018

« Ce livre raconte une rencontre. J’ai croisé George Eliot très tôt dans l’enfance, sous la forme d’un livre énigmatique trouvé dans la bibliothèque de mon père, puis, au long de la vie, de divers signes annonciateurs. Le plus explicite d’entre eux m’est venu de mon professeur de troisième, Renée Guilloux. Ses élèves adolescentes étaient habitées par les doutes, espoirs, désirs et tourments propres à leur âge : elle leur suggérait, pour mieux les comprendre, la fréquentation d’une romancière anglaise, George Eliot, et de ses héroïnes.J’ai mis longtemps à transformer ce conseil en livre. Celui-ci n’est pas une biographie, malgré l’admiration que m’inspire une femme supérieurement intelligente, assez brave aussi pour affronter, dans la société victorienne, l’ostracisme social que lui vaut la liberté des mœurs et de l’esprit. Il s’agit d’autre chose : une promenade dans la forêt de ses romans.

Sans céder à la tentation académique d’un parallèle à la Plutarque, la comparaison des deux George, Eliot et Sand, éclaire sur la couleur de leurs engagements, et singulièrement de leur féminisme. Et l’affection passionnée que la cadette vouait à son aînée française, aide à comprendre la parenté des chemins qu’elles ont empruntés.Voyage buissonnier donc, qui m’a réservé la surprise de retrouver des questions familières. Et celle-ci d’abord, qui unit les deux versants de mes livres : qu’ont de commun le roman et l’histoire ? Mais aussi celles qui font toujours le vif de nos débats du jour : comment s’orienter dans un monde déserté par l’intervention divine ? Comment définir notre identité, c’est-à-dire arbitrer entre ce dont nous avons hérité et ce que nous voulons choisir ? Et, ceci à l’usage féminin, peut-on à la fois revendiquer l’égalité et chérir la dissemblance ? La merveille est qu’en cheminant avec l’autre George, ces grandes interrogations n’ont plus rien d’intimidant. Elles portent des noms, elles ont des visages. Elles font entendre des voix, et celles-ci, toutes discordantes qu’elles puissent être, aident à mieux déchiffrer la vie. » M. O.


 

DERNIER OUVRAGE

 

La traversée

Cinquante ans après Mai 68, Dany Cohn-Bendit et Romain Goupil ont décidé de traverser la France. Au gré de ce road-movie contemporain, ils explorent les territoires parfois déroutants de la République. Observer, écouter, débattre, découvrir l’état du pays, ses crises et ses espérances, ses héros ordinaires et ses fossoyeurs : deux vieux enfants de 68, deux vieux acteurs des événements se plongent dans la France d’aujourd’hui.