SLIMANI Leïla

France - Maroc

7 mai 2020.

Une enfance à Rabat, des études brillantes à Paris, la Franco-Marocaine connaît un premier beau succès avec Dans le jardin de l’ogre. Le Prix Goncourt 2016 pour son second roman, Chanson Douce, fait d’elle un phénomène littéraire et médiatique. On lui reconnaît un réel talent à décortiquer l’ambiguïté des sentiments, une écriture clinique et une rage dans son combat en faveur des Marocaines. Sa personnalité solaire se confronte à ses angoisses intimes, puisqu’elle déterre les sujets les plus sinistres : le regard odieux sur la libido des femmes, l’infanticide… Avec Le Pays des autres, premier volet d’une ample trilogie familiale, elle s’attaque à « l’hypocrisie de la société marocaine ». Roman ambitieux et personnel, il retrace les origines de l’autrice, le sentiment d’être étranger dans une société étriquée, ne laissant aux femmes et à la littérature qu’une infime part de liberté.

 

Bibliographie :

Essais

Romans graphiques

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Le pays des autres

Gallimard - 2020 - 2020

En 1944, Mathilde, une jeune Alsacienne, s’éprend d’Amine Belhaj, un Marocain combattant dans l’armée française. Après la Libération, elle quitte son pays pour suivre au Maroc celui qui va devenir son mari. Le couple s’installe à Meknès, ville de garnison et de colons, où le système de ségrégation coloniale s’applique avec rigueur. Amine récupère ses terres, rocailleuses ingrates et commence alors une période très dure pour la famille. Mathilde accouche de deux enfants : Aïcha et Sélim. Au prix de nombreux sacrifices et vexations, Amine parvient à organiser son domaine, en s’alliant avec un médecin hongrois, Dragan Palosi, qui va devenir un ami très proche. Mathilde se sent étouffée par le climat rigoriste du Maroc, par sa solitude à la ferme, par la méfiance qu’elle inspire en tant qu’étrangère et par le manque d’argent. Les relations entre les colons et les indigènes sont très tendues, et Amine se trouve pris entre deux feux : marié à une Française, propriétaire terrien employant des ouvriers marocains, il est assimilé aux colons par les autochtones, et méprisé et humilié par les Français parce qu’il est marocain. Il est fier de sa femme, de son courage, de sa beauté particulière, de son fort tempérament, mais il en a honte aussi car elle ne fait pas preuve de la modestie ni de la soumission convenables.

Aïcha grandit dans ce climat de violence, suivant l’éducation que lui prodiguent les Sœurs à Meknès, où elle fréquente des fillettes françaises issues de familles riches qui l’humilient. Selma, la sœur d’Amine, nourrit des rêves de liberté sans cesse brimés par les hommes qui l’entourent. Alors qu’Amine commence à récolter les fruits de son travail harassant, des émeutes éclatent, les plantations sont incendiées : le roman se clôt sur des scènes de violence inaugurant l’accès du pays à l’indépendance en 1956. Inspiré par l’histoire de la grand-mère de Leïla Slimani, le récit est à la fois dense et haletant. Les nombreux personnages sont peints avec une finesse remarquable. Tous vivent dans « le pays des autres » : les colons comme les indigènes, les soldats comme les paysans ou les exilés. Les femmes vivent dans le pays des hommes et doivent sans cesse lutter pour leur émancipation. Tous sont déchirés entre des traditions immuables et le désir de modernité.

L’accession du Maroc à l’indépendance est vue à travers ces destins attachants. La réalité ambiguë de la colonisation est parfaitement disséquée, comme celle de la condition féminine, sans manichéisme. Après deux romans au style clinique et acéré, Leïla Slimani se révèle une romancière de grande amplitude, capable de faire vivre une époque et ses acteurs avec humanité, justesse, et un sens très subtil de la narration. Un roman magnifique