samedi 17:45-18:45

Temps fort de samedi Un nécessaire décentrement du regard

Avec : Pascal DIBIE, Romain BERTRAND, Bruno LATOUR

21 mai 2021.
 

Que faire quand nos grilles d’interprétations du réel ne nous sont plus d’aucune aide pour pen- ser le monde qui nous entoure ? Peut-être faut-il changer de perspective. Le courant dit « d’histoire globale » est né quand, s’arrachant à une pers- pective exclusivement occidentale sur l’histoire du monde, est apparue la revendication d’un décentrement du regard : nous ne sommes pas le centre du monde. Cette reconquête d’une histoire plurielle nous paraît la condition pour que l’on débouche sur une perception renouvelée de notre commune humanité dans le dialogue des points de vue et des cultures. L’historien Romain Ber- trand aime ainsi défaire les mythes, donner à voir les échecs autant que les réussites... Voilà plus de quatre décennies que Bruno Latour observe et questionne les sciences et les cultures. Lui aussi nous invite à changer nos cadres de pensée pour pouvoir bâtir un nouveau régime climatique. Pour Pascal Dibie, l’ethnologie c’est explorer « comment nous humains, nous nous organisons par rapport à des choses extrêmement banales. »

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Ethnologie du bureau

Anne-Marie Métailié - 2020

Comment s’est structuré le contrôle de l’homme assis. Un voyage du copiste au co-working. Un texte savant, bien écrit et amusant.

Après L’Ethnologie de la chambre à coucher et celle de la porte, l’auteur nous invite à nouveau à nous regarder nous-mêmes dans une de nos occupations les plus répandues lorsque l’on parle du travail aujourd’hui, à savoir : être au bureau.

Du moine bénédictin au jeune cadre contemporain, de la société du bureau de Napoléon au bureaucrate kafkaïen, du pupitre du copiste au nomadisme numérique du co-working, ce livre est un voyage dans ce qui fait du bureau et du travail sédentaire le centre du développement de nos sociétés modernes.
Toujours avec humour, sensibilité et une connaissance encyclopédique, Pascal Dibie, en ethnologue, nous fait remonter dans notre histoire et réussit, sans que l’on se rende vraiment compte, à nous faire prendre conscience de la complexité réelle et déterminante de nos vies assises : une aventure de plus de trois siècles partagée au quotidien par cinq milliards de personnes dans le monde (oui, dont vous) !

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Qui a fait le tour de quoi ? L’affaire Magellan

Verdier - 2020

Imaginez une histoire, une belle histoire, avec des héros et des traîtres, des îles lointaines où gîtent le doute et le danger. Imaginez une épopée, une épopée terrible, avec deux océans où s’abîment les nefs et les rêves, et entre les deux un détroit peuplé de gloire et de géants. Imaginez un conte, un conte cruel, avec des Indiens, quelques sultans et une sorcière brandissant un couteau ensanglanté. Un conte, oui, mais un conte de faits : une histoire où tout est vrai. De l’histoire, donc.
Cette histoire - celle de l’expédition de Fernand de Magellan et de Juan Sebastián Elcano -, on nous l’a toujours racontée tambour battant et sabre au clair, comme celle de l’entrée triomphale de l’Europe, et de l’Europe seule, dans la modernité.
Et si l’on changeait de ton ?
Et si l’on poussait à son extrême limite, jusqu’à le faire craquer, le genre du récit d’aventures ? Et si l’on se tenait sur la plage de Cebu et dans les mangroves de Bornéo, et non plus sur le gaillard d’arrière de la Victoria ? Et si l’on faisait peser plus lourd, dans la balance du récit, ces mondes que les Espagnols n’ont fait qu’effleurer ? Et si l’on accordait à l’ensemble des êtres et des choses en présence une égale dignité narrative ? Et si les Indiens avaient un nom et endossaient, le temps d’un esclandre, le premier rôle ? Et si l’Asie - une fois n’est pas coutume - tenait aussi la plume ? Que resterait-il, alors, du conte dont nous nous sommes si longtemps bercés ?
La vérité, peut-être, tout simplement.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Où suis-je ?

La Découverte - 2021

L’expérience du confinement a été terrible aussi bien au niveau individuel qu’au niveau collectif. Les États comme les individus en sont tous à chercher comment se déconfiner en espérant revenir aussi vite que possible au « monde d’avant » grâce à une « reprise » aussi rapide que possible.
Mais il y a une autre façon de tirer les leçons de ces épreuves, en tous cas pour ceux que l’on pourrait appeler les terrestres. Ceux-là semblent commencer à saisir qu’ils ne se déconfineront pas, d’autant que la crise sanitaire s’encastre dans une autre crise autrement plus grave ; et que c’est une chance à saisir : celle de comprendre enfin où ils sont, dans quelle terre ils vont pouvoir enfin s’envelopper – à défaut de se développer ! Où suis-je ? fait assez logiquement suite au livre précédent Où atterrir : comment s’orienter en politique ?
Une fois atterris, parfois violemment, il faut bien que les terrestres explorent le sol où ils vont désormais habiter. Comment les aider ? Tel est l’objet de cet essai sous forme de courts chapitres. Après Face à Gaïa, ces deux livres dessinent de plus en plus précisément le Nouveau Régime Climatique.


Revue de presse