2 rencontres

Le poids du racisme

23 mai 2022.
 

L’histoire coloniale refoulée est constitutive de l’«  identité  » française : l’immigration des Sud fut la réfraction en France, même de son empire colonial, l’irruption de l’Autre, de l’Ailleurs, dans l’espace français, le bousculant, le transformant – l’enrichissant. Reste à l’assumer, il est temps que la France se décolonise…
Rencontre avec Pascal Blanchard, historien et chercheur spécialiste du «  fait colonial », des immigrations des «  Suds  » en France, Michel Agier, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, auteur de L’Étranger qui vient. Repenser l’hospitalité, Pascal Ory qui vient de publier De la haine du juif et le romancier Louis-Philippe Dalembert dont le dernier roman est inspiré du meurtre de George Floyd par un policier en 2020.

Images et propagande

Avec Sophie Bessis, Pascal Blanchard et Alice Kaplan.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Beaux livres

Colonisation et propagande. Le pouvoir de l’image

Cherche Midi - 2022

Pendant plus d’un siècle, de la IIIe République naissante (1870) à la dernière décolonisation (1980, les Nouvelles-Hébrides), la propagande coloniale a fait partie du quotidien des Français. Affiches touristiques ou de recrutement militaire, expositions universelles et coloniales, manuels scolaires et protège-cahiers, couvertures de livres et de magazines, presse illustrée et brochures de propagande, photographies et cartes postales, jeux de société et bandes dessinées, publicités et films, monuments et statues, peintures et émissions de radio… tous les supports ont participé à cette apologie de la « plus grande France ». Au cœur de l’État, une Agence des colonies a été le fer de lance de cette propagande, et beaucoup ont oublié son action. Génération après génération l’idée coloniale a fait son chemin, pour devenir consensuelle durant l’entre-deux-guerres et se prolonger jusqu’aux dernières heures de l’Algérie française et même au-delà. Au cœur de cette dynamique, l’image a été un vecteur essentiel du message colonial, portant un regard paternaliste et raciste sur ceux que l’on appelait les « indigènes ».

Ce livre analyse, décode et replace dans son contexte cette incroyable production, permettant, en croisant les sources les plus diverses et des archives exceptionnelles, de comprendre les mécanismes de l’adhésion du plus grand nombre à l’Empire. Par un remarquable décryptage des images, accompagné de citations pour chaque époque, ce travail nous montre comment a été construit l’univers symbolique structurant l’imaginaire sur la colonisation. Celui-ci est indissociable de l’identité nationale et a des répercussions sur les grands enjeux politiques, économiques et idéologiques pendant près d’un siècle. Ce livre, écrit à cinq voix, permet de comprendre comment le discours sur la « mission civilisatrice » s’est imposé et comment se sont bâties les grandes mythologies de la « République coloniale », dont certaines représentations perdurent. Cette approche inédite sur notre culture visuelle, politique et historique participe au travail de déconstruction en cours sur l’héritage de la colonisation, nous permettant de regarder autrement ce passé et ses résonances dans le présent.

Avec Sandrine Lemaire, Nicolas Bancel, Alain Mabanckou et Dominic Thomas.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Babels. Enquêtes sur la condition migrante

Seuil Points - 2022

Menée par une équipe d’une quarantaine de spécialistes, une monumentale enquête anthropologique pour comprendre ce que les frontières contemporaines font aux migrants et à l’Europe.
D’Alep à Lesbos, de Beyrouth à Calais, de Lampedusa à Paris, à partir d’ethnographies comparées, une quarantaine de chercheurs et chercheuses en sciences sociales ont, pendant trois, ans mené des enquêtes et recueillis des témoignages pour analyser ce que l’on a appelé « la crise migratoire » en France, en Europe et en Méditerranée.
Suivre les parcours des migrants aujourd’hui, c’est rendre compte des périls de la traversée, des mobilisations citoyennes de soutien comme des répressions policières, c’est découvrir l’hostilité publique et l’hospitalité privée. Particulièrement attentives aux villes comme lieux de passage, d’accueil, d’installation et de vie, ces études interrogent conjointement les solutions que les États, les villes et les sociétés apportent à la mobilité contrainte par les crises politiques, sociales, environnementales. Frontières, carrefours ou refuges, les villes, villages et leurs habitants se transforment en croisant les chemins des migrants… qui eux-mêmes changent dans ces nouvelles Babels…
Associant enquêtes de terrain et témoignages, ce livre propose un panorama très documenté sur ce qu’est être un migrant et sur la crise migratoire en Europe et en Méditerranée depuis 2015. Sujet régulièrement au cœur de l’actualité, la question migratoire est ici pensée dans sa globalité, interrogeant les frontières contemporaines, les impacts de la politique migratoire européenne, les politiques de l’asile et de l’hospitalité, le rôle des centres urbains, les mobilisations ou les rejets à l’égard des migrants.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

De la haine du juif : essai historique

Bouquins - 2021

Pascal Ory s’interroge en historien sur les origines et la persistance de l’antisémitisme, dans un essai utile et percutant appelé à faire débat face à la montée de l’islamo-gauchisme. 
C’est une tragédie en trois actes, avec un prologue.
Le prologue se situe en des temps très lointains, avant l’ère chrétienne. Le peuple juif, contrairement à une version très répandue (on appelle ça la Bible), n’y fait pas l’objet d’une attention particulière.
Acte 1 : Si le monothéisme juif n’était pas un problème pour les polythéistes, le judaïsme, lui, est un problème pour les chrétiens – donc, dans la foulée, pour les musulmans – : le peuple élu refuse obstinément de reconnaître ici son sauveur, là son prophète. Mauvais exemple.
Acte 2 : Lorsque l’Occident va commencer à s’éloigner de l’hégémonie chrétienne, cela fait déjà mille cinq cents ans qu’il y a une supposée « question juive ». Ça laisse des traces, que le monde moderne ne pourra jamais effacer, surtout quand une certaine science invente la « race », quand un certain athéisme invente l’« antisémitisme ».
Acte 3 : À peine, avec la défaite d’Hitler, cette haine-là a-t-elle été anéantie que la naissance de l’État d’Israël en allume une troisième, « antisioniste », géopolitique, qu’on peut instrumentaliser à loisir, et qui n’a aucune (dé)raison de s’éteindre.
Et voilà pourquoi la judéophobie ne remonte pas à la nuit des temps, mais prend date pour être éternelle.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Milwaukee Blues

Sabine Wespieser - 2021

Depuis qu’il a composé le nine one one, le gérant pakistanais de la supérette de Franklin Heights, un quartier au nord de Milwaukee, ne dort plus : ses cauchemars sont habités de visages noirs hurlant « Je ne peux plus respirer ». Jamais il n’aurait dû appeler le numéro d’urgence pour un billet de banque suspect. Mais il est trop tard, et les médias du monde entier ne cessent de lui rappeler la mort effroyable de son client de passage, étouffé par le genou d’un policier.

Le meurtre de George Floyd en mai 2020 a inspiré à Louis-Philippe Dalembert l’écriture de cet ample et bouleversant roman. Mais c’est la vie de son héros, une figure imaginaire prénommée Emmett – comme Emmett Till, un adolescent assassiné par des racistes du Sud en 1955 –, qu’il va mettre en scène, la vie d’un gamin des ghettos noirs que son talent pour le football américain promettait à un riche avenir.

La force de ce livre, c’est de brosser de façon poignante et tendre le portrait d’un homme ordinaire que sa mort terrifiante a sorti du lot. Avec la verve et l’humour qui lui sont coutumiers, l’écrivain nous le rend aimable et familier, tout en affirmant, par la voix de Ma Robinson, l’ex-gardienne de prison devenue pasteure, sa foi dans une humanité meilleure.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Je vous écris d’une autre rive : Lettre à Hannah Arendt

Elyzad - 2021

Vous verrez dans ces pages que j’ai des choses à vous reprocher. Mais ce que j’ai lu de vous sonne en moi comme un appel à fouiller la mémoire, à lire l’Histoire à travers elle aussi pour aller de l’avant." S.B.

Hannah Arendt occupe une place particulière dans la pensée du XXe siècle. Elle en a vécu les tragédies, a tenté d’en expliquer les causes et les manifestations. Cette expérience l’a conduite à s’intéresser à la genèse du sionisme et de la création de l’État d’Israël et à poser un regard visionnaire sur le destin de ce nationalisme particulier.

Dans un aller-retour entre les guerres du vieux monde et les défis actuels, Sophie Bessis dialogue avec la philosophe, la conteste parfois, l’admire toujours. Cette lettre se veut un propos libre, personnel et politique, et une interrogation sur notre devenir collectif.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Maison Atlas

Le bruit du monde - 2022

Au début des années 1990, Emily quitte le Minnesota pour s’installer à Bordeaux. Sur les bancs de l’université, elle rencontre Daniel Atlas, un Juif algérien dont elle tombe amoureuse. Il n’est encore qu’un jeune dandy lorsque la guerre civile déchire son pays, l’obligeant à quitter Emily et la France.
De retour à El Biar, le quartier de son enfance, Daniel retrouve ses parents isolés et menacés. Cette illustre famille de commerçants, qui a connu l’Algérie colonisée puis indépendante, a choisi de rester sur cette terre envers et contre tout. Bien des années plus tard, Becca, une jeune Américaine, fera elle aussi le voyage jusqu’à Alger pour mieux comprendre leur lignée.

Dans une composition virtuose, Alice Kaplan, écrivaine et spécialiste d’Albert Camus, démontre qu’un roman peut s’avérer la plus belle leçon d’Histoire.