DIBIE Pascal

France

19 mars 2019.

Pilier du festival depuis ses débuts, cet ethnologue malicieux peu ou prou défroqué, enseignant-chercheur à l’université Paris-VII, est l’auteur de nombreux livres alliant qualité littéraire et démarche ethnologique. Son dernier ouvrage, publié en 2012, se concentre sur cet objet du quotidien riche en significations qu’est la porte, tout à la fois frontière et ouverture sur l’intimité d’une société. Il est un des membres phare du jury du Prix Bouvier et nous accompagne chaque année.

 

"Nous sommes montés dans le train à grande vitesse de la modernité, sans trop nous en apercevoir..." explique cet ethnologue à propos de son étude sur son propre petit village bourguignon, qui mêle harmonieusement l’émotion et l’observation, ses souvenirs et son savoir.

Un des plus grands ethnologues français d’aujourd’hui, Pascal Dibie, né en 1949, est écrivain et enseignant-chercheur à l’université Paris-VII. Il a reçu en 1987 le prix de sociologie Henri Dumarest de l’Académie française. Également directeur des collections Traversées et Suites-sciences aux éditions Métailié, et de la collection Carnet de voyages aux éditions de l’Aube, Pascal Dibie est l’auteur de nombreux livres, alliant écriture romanesque et ethnologie.

Lors d’un séjour chez les Indiens Hopis d’Arizona, il prend conscience de l’impossibilité de déchiffrer les rouages complexes, voire secrets, qui lient en profondeur cette société. C’est alors qu’il s’impose un retour aux sources… Il fait de son propre village d’origine un terrain d’étude et nous plonge dans la vie rurale et paysanne de Bourgogne, livrant une analyse du milieu agraire côtoyant le monde métropolitain. Dans Le Village Retrouvé (1979), Pascal Dibie décrivait le lieu de son enfance, Chichéry, comme un village traditionnel fleurant bon le terroir. Vingt-cinq ans plus tard, de retour au pays, son constat est nettement moins enthousiaste : le village s’est métamorphosé et la communauté rurale s’est délitée. Observateur attentif, l’ethnologue traque avec finesse les stigmates (du vide-grenier à la prolifération des grandes surfaces spécialisées) d’une campagne qui enfouie peu à peu son passé.

Il publie en 2012 Ethnologie de la porte, qui se concentre sur cet objet du quotidien, patrimoine matériel vernaculaire si banal, mais riche en significations et accès à tous les imaginaires, à la fois frontière et ouverture sur l’intimité d’une société. Pilier du festival, Pascal Dibie est à nouveau invité à Saint-Malo cette année pour partager avec nous son savoir et sa passion pour l’Homme.


En savoir plus


Bibliographie :