COULON Cécile

France

20 mars 2015.
 
© Antoine Rozès
Cécile Coulon

Jeune prodige du roman français, Cécile Coulon signe à dix-sept ans à peine son premier roman, inspiré de L’éducation sentimentale de Flaubert, Le Voleur de vie. Son style bref, incisif, lui permet de dépeindre de façon réaliste le microcosme humain, saisissant les émotions les plus sombres, parfois avec ironie, toujours avec justesse, comme dans son dernier livre Le Cœur du Pélican.

Après un passage en hypokhâgne et khâgne à Clermont-Ferrand, Cécile Coulon étudie les lettres modernes et consacre une thèse au thème "Sport et Littérature". En parallèle à ses études, cette étudiante prolifique écrit des romans, fait des piges pour des magazines et travaille aussi dans la restauration. Elle ne se revendique pas complètement écrivain, expliquant qu’« être écrivain n’a rien à voir avec le fait d’écrire des livres. Aujourd’hui, être écrivain c’est devenu une figure, un fantasme. »
Grande lectrice de littérature américaine, elle est très marquée par John Steinbeck (A l’est d’Eden, Des souris et des hommes…), qui « attrape au vol des choses qui paraissent totalement insignifiantes et qui finalement sont absolument sublimes ». Elle retrouve chez les auteurs américains ce qu’elle apprécie chez les poètes français : les plus grandes émotions passent par la brieveté de la langue. Dans l’écriture, les deux choses qui lui importent le plus l’humain, matière première de ses œuvres, et l’histoire, qui doit constituer un véritable récit, à la fois narratif, thématique et stylistique.
Après son premier roman Le Voleur de vie et le recueil de nouvelles Sauvages, elle se fait véritablement remarquer en 2010 avec Méfiez-vous des enfants sages, dans lequel elle retrace le passage de l’enfance à l’adolescence, d’une façon poétique et parfois cruelle qui n’est pas sans rappeler L’Attrape-cœurs de J.D. Salinger, donnant à voir cette période où la candeur doit apprendre à faire face à la désillusion. Dans Le roi n’a pas sommeil son troisième roman, couronné du Prix Mauvais Genres France Culture / Le Nouvel Observateur 2012, elle fait le récit d’un mauvais choix et de la part sombre d’individus ordinaires. Après avoir à plusieurs reprises planté ses histoires dans l’Amérique contemporaine, elle change d’ambiance et propose une réalité alternative avec Le rire du grand blessé, une fable d’anticipation puissante sur la place de la littérature dans notre société.

Elle signe donc avec Le Cœur du Pélican son cinquième roman, un « portrait saisissant d’une vie bâclée » retraçant l’histoire d’un homme en prise à ses désirs et aux non-dits. De la gloire à la chute, du sport à la souffrance, il n’y a qu’un pas, dans ce récit porté par une extrême émotion.



Bibliographie :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Le coeur du Pélican

Viviane Hamy Editions - 2015

Anthime, un adolescent inséparable de sa sœur Helena, vient d’emménager dans une banlieue de province avec toute sa famille. Il craint de ne pas s’intégrer dans cette nouvelle communauté où personne ne l’attend.

Pourtant, il va vite trouver le moyen de se distinguer et de se faire connaître. Lors d’une kermesse, il s’illustre par sa rapidité au jeu de quilles. Il n’en faut pas plus à Brice, un entraîneur obèse et bonhomme, pour l’enrôler dans la course à pied. Anthime, surnommé le Pélican, excelle dans cette discipline et devient un exemple et un symbole pour toute la région. Sa voisine Joanna l’adule mais le coureur n’a d’yeux que pour Béatrice, une camarade de classe, belle et charnelle, et qui ne reste pas, elle non plus, insensible à son charme… La veille d’une course déterminante, ils échangent un baiser qui scellera leur relation devenue désormais impossible à cause de la chute d’Anthime, qui s’effondre aux portes de la gloire…
https://www.franceculture.fr/oeuvre...
Vingt ans plus tard, alors qu’il a tout abandonné, désormais bedonnant, et qu’il vit un amour médiocre avec Joanna, Anthime reçoit un électrochoc. Il sort de sa torpeur lorsque ses anciens camarades de classe lui lancent le défi de traverser le pays en courant.

Le Pélican retrouvera-t-il en lui la force de redevenir un champion et combler, par la même occasion, son orgueil ?

Porté par une extrême émotion, Le Cœur du Pélican nous parle de la gloire et de sa fragilité, du sport et de sa souffrance. Il raconte le courage et la destinée à la fois banale et extraordinaire d’un homme qui réussit, connaît le succès, tombe et se relève. Cécile Coulon parvient formidablement à incarner ses personnages aux prises avec leurs désirs et aveuglés par les non-dits.


Revue de presse

« Raconter l’histoire d’un homme qui tombe n’est pas à la portée de n’importe qui. Il faut y mettre le ton, fouailler l’âme et serrer l’intrigue. C’est très exactement ce que parvient à faire, remarquablement, Cécile Coulon dans un roman vif et dense, asphyxiant comme un polar et oxygénant comme un road-movie. [...] Cécile Coulon brosse le portrait saisissant d’une vie bâclée. Anthime, surnommé "le Pélican" parce que, semblable à l’oiseau, il s’arrache le cœur pour l’offrir à son public, est un héros de tragédie mais aussi notre semblable à tous. Son errance, servie par l’écriture survoltée d’une romancière désormais confirmée, est un pur morceau de bravoure. » (François Busnel, L’Express)