PLACE François

France

7 avril 2014.
 
© Isabelle Franciosa

L’idée de vivre de son coup de crayon s’est imposée naturellement à ce fou de dessin, né en 1957 d’un père artiste-peintre et d’une mère institutrice. Après des études de communication visuelle à l’école Estienne, et un passage par la publicité, le jeune François Place fait ses débuts dans l’illustration jeunesse : il met alors en images des romans de la « Bibliothèque Rose », notamment des titres de la Comtesse de Ségur… Pas vraiment la tasse de thé de ce passionné de récits de voyage qui cite volontiers Jacques Lacarrière ou JMG Le Clézio.

À la fin des années 1980, les éditions Gallimard Jeunesse lui confient une série de titres consacrés à l’exploration du monde. Balayant l’histoire depuis les Grandes Découvertes jusqu’aux conquêtes coloniales du XIXe, François Place réalise à cette occasion un travail de documentation considérable. Il plonge avec délice dans la riche iconographie amassée au cours des siècles : plus encore que les gravures ou les croquis des naturalistes, ce sont les cartes qui le fascinent.

Il y a dans les cartes de géographie anciennes une longue quête amoureuse de l’image de la terre, depuis le découpage des côtes jusqu’à la résille délicate des fleuves et des rivières. (...) Tant que les formes de la terre n’étaient pas définies, les continents et les océans apparaissaient ou disparaissaient sur les cartes au gré d’une science qui balbutia pendant des siècles.

Imprégné d’images et de récits de voyage, de Guillaume de Ruybrouck à James Cook, il signe en 1992 un premier album de lavis colorés, riche d’un luxe de détails à l’encre, qui entraîne le lecteur dans la jungle birmane, à la découverte d’une poignée de géants silencieux, témoins monumentaux d’un monde qui disparaît. Les derniers Géants le révèle au public et reçoit un accueil critique enthousiaste : onze prix en tout, dont le « Totem Album » du Salon de Montreuil, le Prix « Sorcières » de l’album 1993, et en Allemagne, le « Prix littéraire du Charmeur des Rats de la ville de Hamelin » (1996).

Ces pages aux tons aquarellés exhalent un discret parfum de nostalgie : le regret d’un temps où le monde restait à baliser, temps des terræ incognito, des ailleurs absolus… La nostalgie « d’un extrême horizon où déployer nos rêves ».

À l’heure où les « yeux mécaniques » des satellites dessinent un monde fini, connu et maîtrisé, où un simple clic rend disponible dans l’instant n’importe quel coin du globe, où la voix infaillible du GPS tend à rendre obsolètes les cartes qu’il chérit, François Place a décidé de recréer des confins.

Ce sera l’ambition de l’Atlas des géographes d’Orbæ, dont les trois volumes donnent lieu à une exposition présentée en 1999 au festival Étonnants Voyageurs. En cartographe démiurge, il y trace les plans minutieux de vingt-six territoires imaginaires : le « Désert des Pierreux », le pays des Amazones ou encore celui des « Zizotls », pratiquant avec sagesse la « politesse des pieds »…

En parallèle de son propre travail d’auteur-illustrateur, François Place a collaboré avec des grands noms de la littérature jeunesse comme Timothée de Fombelle ou l’anglais Michaël Morpurgo. En 2010, il publie un premier roman, La douane volante, couronné à Saint-Malo par le Grand Prix de l’Imaginaire : un récit irrigué par l’imaginaire des légendes bretonnes, où l’on croise notamment la figure d’Anatole Le Braz sous les traits d’un obscur rebouteux...

Rejetant les étiquettes du marketing jeunesse, s’adressant « à l’adulte en devenir chez l’enfant » et à « la part d’enfance qui reste chez l’adulte », François Place continue à étendre les frontières de son royaume imaginaire.

Avec son dernier roman, Angel, l’indien blanc, François Place revient sur le thème des grands récits de voyage. À travers les yeux d’un indien métis qui embarque secrètement sur un navire français, l’auteur nous entraîne à l’aventure dans les terres antarctiques au XVIIIe siècle.


En savoir plus :

En 1996, l’émission "Un livre, Un jour" de France 3 consacrait un épisode à l’album A l’Atlas des géographes d’Orbae de François Place

En 2002, l’émission "Un livre, Un jour" de France 3 consacrait un épisode à l’album Le Vieux fou de dessin de François Place


Bibliographie :

En tant qu’auteur :

En tant qu’illustrateur :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Angel, l’indien blanc

Casterman Jeunesse - 2014

Métis né du viol de sa mère européenne par un indien, Angel est un « indien blanc » maltraité par l’existence, qui a survécu par miracle aux brutalités de l’esclavage. Aussi lorsque le Neptune, un navire
venu de France en partance pour les glaces du Grand Sud, relâche quelques jours dans la baie de Buenos Aires, Angel n’hésite- t-il pas : il s’y embarque clandestinement juste avant qu’il n’appareille. Ainsi commence une extraordinaire séquence d’aventures qui amènera le jeune homme et ses compagnons, une fois passée une étrange arche de pierre, au contact d’une Terre Australe à la fois inquiétante et fabuleuse. Avec ce formidable roman d’évasion, François Place rend un vibrant hommage aux forces invisibles mais bien réelles de l’imaginaire, qui tissent la véritable trame du monde.