logo
accueil > Saint-Malo > Expositions > Now Delhi, mon amour
Expositions


Now Delhi, mon amour

28 avril 2017.

JOHAN ROUSSELOT, lauréat du Prix AFD/ POLKA 2015, est un photographe coloriste dans l’âme, grand connaisseur des Indes plus polluantes que galantes qui contrarient depuis 1992, date de son premier reportage, sa passion dévorante pour ce pays fascinant de contrastes. Car il faut être expert pour traduire de visu l’atmosphère de cette mégalopole de 25 millions d’habitants, reconnue la ville la plus polluée au monde en 2015.


C’est tout un art que maîtrise à la perfection le photographe et vidéaste. Car il excelle à restituer par l’image les ambiances nappées de lumière diaphane, sans relief apparent, qui enveloppe cette jungle urbaine aux « concerts de klaxons gémissants et furibonds » parmi des milliers de rickshaw et voitures. Une pieuvre dévorante enlace dans ses tentacules de béton une nature « là où il y a trente ans encore, s’étendaient des champs à perte de vue et s’élèvent aujourd’hui les immeubles et les tours d’acier de Gurgaon qui ont l’air sortis de jeux vidéos d’un avenir sursaturé ». Comme en atteste Rana Dasgupta dans son dernier essai « Delhi Capitale * », dont chaque page pourrait être les légendes prolongées des images de Johan Rousselot. Un ancien panneau publicitaire délabré est plus qu’un symbole : un constat prémonitoire.


À même le sol, recouvert d’une paille déjà brûlée par le soleil, un superbe mannequin en robe de soirée et geste de la main aristocratiquement vôtre, exprime son désir de voir ses concitoyens adhérer à un nouveau mode de vie, que dénonce sans caricature aucune Johan Rousselot. « C’est une vraie jungle, dit-il, à laquelle chacun tente d’échapper ». Avec l’irrésistible besoin d’y retourner comme Johann. Auprès de toute cette population bigarrée, vivant dans l’excès de tous les contrastes entre totale misère et agressive richesse, au cœur de sociétés coopératives, de domaines regroupés dans des blocks de quartiers eux–mêmes sous divisés en enclaves ou colonies. Entre mendiants et migrants de l’intérieur dans leurs bidonvilles et princes promoteurs dans leurs villas cossues. Sur un cliché incontournable, image phare de cette exposition, au-dessus d’indécentes maisons de fortune, un panneau publicitaire vous invite : « Exclusif, disponible dès maintenant. Votre pavillon résidentiel »

Alain Mingam
Président du Jury Photo AFD
Commissaire de l’exposition

* Editions Buchet Chastel

 

info portfolio