LEPAGE Emmanuel

France

29 février 2016.
 
© François Ferracci

C’est en découvrant Tintin, à l’âge de sept ans, qu’Emmanuel Lepage comprend qu il souhaite devenir auteur de bandes dessinées. Pari réussi pour ce voyageur qui est à la fois dessinateur, scénariste et coloriste. Loin du trait de sa première idole Hergé, son coup de crayon se veut « réaliste » et il avoue que sa plus grande influence graphique vient de Pierre Joubert.

Formé en architecture, Emmanuel Lepage publie ses premières œuvres dans Ouest-France à la fin des années 1980. Très vite, il contribue en tant que dessinateur à de nombreux titres et collabore ainsi avec plusieurs scénaristes, comme Georges Pernin pour L’envoyé, Nicolas Michel pour les titres Brésil. Fragments d’un voyage et America. Fragments d’un voyage, et Sophie Michel pour Oh les filles !.

L’auteur de bande dessinée se fait surtout connaître grâce à une BD qui mêle à la fois récit de voyage et reportage. Dans Voyage aux îles de la Désolation, le Breton prend le grand large pour la première fois et nous entraîne dans un voyage en partance pour les Terres australes et antarctiques françaises. Celui qui aime tant dessiner la vie, nous dépeint avec splendeur les paysages froids, sauvages et inhospitaliers.

Curieux des autres, curieux de l’autre. Ce qui l’intéresse d’abord, ce sont les gens, les personnes, la vie. Étrange paradoxe : sa notoriété de dessinateur repose, en grande partie, sur ces grands paysages, sublimes et lyriques, qui caractérisent ses plus grands succès : La terre sans mal, Muchacho. Son regard, cependant, se porte ailleurs, sous la peau de ses personnages, vie intérieure qu’il fouille avec l’acuité, la sensibilité et le talent d’un dessinateur généreux, perpétuellement en recherche de sa vérité graphique. Oh, les filles ! en est le fruit le plus récent : son dessin, vibrant à l’unisson du cœur battant de Chloé, Leila et Agnès, est, sans aucun doute, l’un des plus justes de la bande dessinée actuelle.

En 2012, il nous livre Un printemps à Tchernobyl et Les Fleurs de Tchernobyl, qui retrace son expédition de 2008 en Ukraine dans la zone contaminée, où 25 ans après l’explosion de la centrale nucléaire, il retourne pour témoigner de l’horreur radioactive. Il a été confronté à une toute autre réalité, bien plus nuancée que ses préjugés, et même à une certaine beauté, dérangeante, qu’il exalte de son merveilleux coup de crayon et de ses pinceaux.
L’année suivante, il revient avec Carnet d’auteur, un cahier de croquis incroyables qui nous plongent au cœur de ses univers, entre esquisses de paysages et recherches de personnages.

Avec La Lune est blanche, roman graphique réalisé avec son frère, le photographe François, Emmanuel Lepage livre un documentaire, vivant, incarné, d’une mission scientifique en Antarctique, en résonnance avec l’homme, l’humaniste, qu’il est. Tout à la fois bande dessinée documentaire, reportage, récit de voyage et introspection autobiographique, où textes, dessins et photos s’articulent et se répondent dans une harmonie sensible et émouvante, La Lune est blanche est aussi pour les auteurs, fascinés par ce grand désert blanc d’une « beauté pure, rare et unique », l’occasion de se questionner sur l’art et la création… Ses superbes planches originales seront exposées à Saint-Malo.

En 2015, il a fait partie des 14 auteurs internationaux, tous reconnus, et tous différents, participant à la réalisation du Jour où ça bascule, une ode à la création qui exprime la richesse inépuisable du neuvième Art.


Bibliographie

 

DERNIER OUVRAGE

 
Roman graphique

La Lune est blanche

Futuropolis - 2014

« L’Antarctique. Le sixième continent. 14 millions de kilomètres carrés. Un dôme de glace enchâssé dans un socle rocheux. Le continent le plus sec, le plus froid, le plus difficile d’accès. Le continent des superlatifs. Le monde des extrêmes. »
En 2011, Yves Frenot, directeur de l’Institut polaire français, invite Emmanuel Lepage et son frère François, photographe, à intégrer une mission scientifique sur la base française antarctique Dumont d’Urville, en Terre-Adélie. Le but ? Réaliser un livre qui témoignerait du travail des savants. Yves Frenot leur propose, en outre, de participer, commechauffeurs, au raid de ravitaillement de la station Concordia, située au coeur du continent de glace à 1 200 km de Dumont d’Urvillle. Le Raid, comme on l’appelle, c’est LA grande aventure polaire ! Pour les deux frères, ce serait l’aventure de leur vie, mais rien ne se passera comme prévu !