Black-out for the truth

Ecrit par Julie Boulbes (3ème, Collège Les Mailheuls de Coursan), sujet 1. Publié en l’état.

To be or not to be ?
Cette fois, la bonne formule serait plutôt : Sois une autre.Et fais face.Une seconde plus tard, une vive lumière l’éblouit.

Ce flash fulgurant aurait pu l’effrayer énormément mais ,dans un premier temps,elle ne manifesta aucune peur car elle était comme dépourvue de sentiment. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la perte brutale de repère ne l’affecta pas .La seule chose qui lui venait à l’esprit était le rôle qu’on lui avait attribué et la mission qu’elle devait accomplir. C’était très loin de l’univers de son précédent film, ici aucune caméra n’était visible et elle ne bénéficiait d’aucun scénario. Comme réponse à l’inquiétude,qui émergeait, elle se dit qu’après tout elle ne faisait qu’un essai. Il fallait qu’elle se mette dans la peau du personnage, se montrer aussi courageuse que le serais une héroïne.

Ce n’est que quand elle reprit ses esprits qu’elle se rendit compte de l’absence de couleur dans ce monde. Tout était un camaïeu de gris comme si toute teinte avait été gommée au point de disparaître.Autre fait étrange elle était maintenant vêtue d’une combinaison blanche d’enquêtrice galactique et ne portait plus de casque .

« -Comment tout ceci est possible ?, se demanda-t-elle , Moi qui pensais qu’il n’avait pas beaucoup de moyens... Les effets spéciaux sont impressionnants ! »

C’est dans ce décor qu’elle commença à évoluer. Cet environnement lui rappelait vaguement l’endroit d’où elle venait. Pourtant ici tout était différent ! Elle ne croisait personne, les quelques bâtiments de pierre, étaient tous à l’identique. Et même seule perdue sur cette nouvelle planète, une sensation de légèreté l’envahissait. Sans effort de marche, ces foulées semblaient plus aériennes et la transportait défiant les lois de la pesanteur.

Elle restait fixée à la mission qui lui était confiée, celle de retrouver l’équipage. Où étaient passés ces colonisateurs et quels indices avaient-ils parsemés dans cet univers. Elle débuta son investigation. Son regard scrutait chaque zones tel un radar pour déceler le moindre détail prouvant le passage de l’équipage. Cela s’avéra plus compliqué que ce qu’elle ne pensait.

Ne sachant pas où se diriger, de façon intuitive elle progressa dans la direction d’une lueur devant elle. C’est à ce moment qu’elle vit un énorme engin. L’espoir revint, elle avait enfin un indice pour retrouver l’équipage. Elle s’avança prudemment jusqu’à atteindre l’entrée de cet immense vaisseau. La lueur qu’elle avait aperçu au loin n’était autre que l’éblouissant éclairage de la porte gigantesque du sas. Elle se dit que son rôle d’actrice allait enfin commencer.
Pas tout à fait rassurée, elle avança d’une allure hésitante à l’intérieur.

Faisant preuve de courage, Alicia s’exclama :

« Hého ! Je suis l’enquêtrice galactique ! Il y a quelqu’un ? 

-Par ici ! » Se fit entendre une voix masculine.

Guidée par la voix elle se dirigea vers un pièce éclairée au fond d’un long couloir. L’expérience qu’elle était en train de vivre était pour elle inédite et la mettait dans un état qui oscillait entre peur et curiosité. A nouveau, elle se demandait à quoi devrait-elle faire face et dans quel but.

Dans cette grande pièce semblable à un laboratoire une dizaine de personnes était présente. La pièce était maculée de blanc, les murs et le matériel étaient monochromes et seul détonaient plusieurs écrans de contrôle sur fond noirs sur lesquels oscillaient des courbes. Les voix des colonisateurs lui parvenaient de façon feutré alors que dominait dans sa tête une fréquence aigu et répétée d’un « bip ». La mission donnée initialement était maintenant réalisée en partie. En effet, elle avait retrouvé l’équipage mais il lui manquait le suspect et elle ne savait même pas son mobile.

« Qu’est ce que vous venez faire ici ?s’écria une voix rauque et peu engageante.

-Je suis une enquêtrice galactique, ma mission était de vous retrouver !répondit Alicia ancrée dans son rôle.

-On a pas besoin de vous ici partez vite tant qu’il en est encore temps ! Aboya l’homme à la carrure de molosse. 

-Je veux arrêter ce film !cria Alicia affolée.

-Qu’est ce que vous racontez, ce n’est pas un film ! Dégagez d’ici et vite ! Vociféra l’individu à bout de nerf »

La violence avec laquelle ces mots avaient été proférés la figea. Est-ce que cela faisait parti du scénario ?Il n’y en avait pas ! Elle ne pouvait donc pas le savoir. Et ce suspect qu’elle devait identifier s’agissait-il de lui ? Décidément plus le temps passait plus l’angoisse montait en elle ce qui l’oppressait de plus en plus. Subitement, une souffrance physique terrible la frappa. Étant tout à coup perdu et paniquée par cette douleur inattendue et brutale, elle s’enfuit empruntant le couloir qui l’avait emmené jusqu’à cette pièce. Le bip perçu depuis son arrivée était de plus en plus intense et désordonné ce qui paralysait sa raison.

Elle sortit du vaisseau en courant, trébucha et tomba. Alicia , en se relevant fut consternée. Elle était à présent dans une ruelle sombre ,mais familière, n’appartenant pas à la planète Edena 2mais à la ville où elle vivait. Malgré l’atmosphère pesante qui enveloppait cet endroit, elle fut stupéfaite de distinguer à nouveau les couleurs.L’univers de camaïeu de gris avait disparu. Ce changement spatio-temporel la rendait encore plus sensible à la douleur. Elle ne pensait à présent plus au rôle tant cette situation semblait réelle.

Tout à coup elle aperçut une silhouette au loin qui se rapprochait à grandes enjambées. Elle eu le temps d’apercevoir clairement son visage avant que celui-ci ,muni d’un couteau ,ne se jette sur elle. Elle avait trouvé son « suspect ». La douleur fulgurante qui la frappa entraîna son corps et son esprit dans des profondeurs abyssales. Après le black-out ;une vive lumière d’une intensité aveuglante.

Durant deux centièmes de secondes , elle se voit allongée sur une table d’opération, couverte d’électrodes, entourée de scientifiques en blouse blanche et d’inspecteurs. Face à elle, un grand écran qui projette sa vision ...Et deux derniers mots du scientifique : « Mission accomplie ! »

Et à nouveau ,accompagné d’un bip continu, l’irréversible black-out.

Dans ce laboratoire, le regard des scientifiques et des inspecteurs de police était porté sur le corps sans vie d’Alicia dans un silence de recueillement. Au grand étonnement de tous, cette expérience révolutionnaire était un réel succès. Grâce au travail de collaboration entre les scientifiques et la police judiciaire, le meurtrier d’Alicia venait d’être identifié. Malgré la satisfaction d’avoir dénoué cette affaire, le regret de la perte de la jeune femme était palpable. Ils n’avaient pas réussi à la maintenir en vie.

L’expérimentation menée durant l’EMI (expérience de mort imminente) d’Alicia avait permis à celle-ci la réminiscence de ses souvenirs.Ces derniers étaient projetés simultanément sur un écran géant. Le cerveau, grâce à un procédé révolutionnaire, avait réussi à mêler les souvenirs et a dérouler une histoire fictive. Les souvenirs appartenant à Alicia et l’histoire fictive induite par les scientifiques. Alicia avait fait face ! Elle avait révélé l’identité de son meurtrier.

Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)