Horrible ou pas

Ecrit par Marjolaine Renée (4ème, Collège Jean Grémillon de Saint-Clair-Sur-Elle), sujet 2. Publié en l’état.

"- Bon, dit Rémi anxieux, je crois que je vais devoir mettre un casque. Est-ce que quelqu’un veut m’accompagner ?

Aucun ne répondit à sa question. Ils avaient tous les mains moites de peur que Rémi les choisisse pour l’accompagner. Personne ne levait la tête pour ne pas croiser les regards des autres.

Il ne faudrait pas commencer par un interrogatoire ? dit l’une des filles pour retarder le départ.

"-Oui, c’est exact, répondit Rémi, alors pour commencer pouvez- vous décrire à mon collègue le site et le profil de Lucie pendant que j’entre dans le jeu ?
Rémi appela son collègue. Il entra dans la salle et commença les interrogatoires un par un. Pendant ce temps Fred alla chercher un casque pour Rémi, il l’aida à le mettre et alla se positionner derrière son ordinateur pour faire démarrer le jeu.

"-Prêt ? dit Fred à Rémi.

"-Oui, lui répondit-il avec un ton de témérité.

Je lance le processus de démarrage, dans trente secondes vous serez dans un monde parallèle et vous devez pour sortir du jeu soit le terminer, soit j’arrête la simulation, soit reprendre le pouvoir de votre esprit. En fait, pour vous expliquer je vous plonge dans une simulation qui vous permet de vous retrouver dans un monde parallèle, c’est moi qui choisis ce que vous pouvez voir mais une fois lancé je ne peux plus faire beaucoup de choses.

Sa vue s’obscurcissait de plus en plus, il tombait dans le sommeil. Rémi sentait la pression de son casque sur sa tête, un sentiment de doute le submergea mais c’était trop tard la simulation commença. Le noir total emplit la pièce et tout le monde sortit sauf Rémi sous simulation. Il était à présent tout seul dans un monde qu’il ne connaissait pas. Quelques secondes plus tard il se réveilla allongé dans de l’herbe fraîche qui lui chatouillait les joues. Il se leva en panique, ses jambes flageolaient sous son poids. Mais où était-il donc ? Tout autour de lui tout lui paraissait merveilleux. Ça n’avait pas l’air du monde horrible dont parlaient les testeurs. Il était sous un arbre ou plutôt un pommier. Un joli pommier rempli de belle pommes rouges. Il y avait des habitants joyeux qui sautillaient de part et d’autre de ce monde étrange. Rémi papillonna des yeux, pour lui ce monde n’était pas virtuel. Les petites personnes le regardaient d’un air d’étonnement.

"-Bonjour, étranger ! dit un petit homme maigre avec une tête ovale .

"-Bon....bonjour ! répondit Rémi. Où suis-je ? Comment vous appelez-vous ?

Rémi avait d’habitude les traits du visage calmes et sereins, mais là il était inquiet. Rémi était d’une corpulence moyenne sauf sa tête qui était démesurée. Il avait des cheveux châtain clair comme de la noisette et ses yeux était vert limpide.
"-Je m’appelle Ricko et vous êtes dans un monde de paix et de terreur.

Rémi ne comprenait pas ce qu’il voulait insinuer en disant « paix » et « terreur ».

"-Ok, mais est-ce que vous aurez vu une jeune fille aux cheveux brun très foncé et qui se prénomme Lucie ?

"-Je vais organiser une réunion pour poser la question à tous les habitants. Ici nous ne prenons jamais les décisions tout seuls, alors si vous voulez une réponse venez demain à la réunion.

"-Non, répondit sèchement Rémi, je ne peux pas rester ici aussi longtemps, je veux une réponse tout de suite. Il faut que je parte au plus vite d’ici mais avec cette fille.

"-Je vous l’ai déjà dit, je ne peux pas tout seul prendre une décision.

"-Ce n’est pas une décision que je vous demande c’est une réponse, dit Rémi en montant la voix.

"-Je ne peux pas vous dire quoi que ce soit sans l’accord des autres, ici on est lié et jamais nous ne parlons à des étrangers venus de nulle part sans l’accord des autres. On est uni à tel point qu’il nous faut tout le monde pour les décisions difficiles, dit Ricko en s’énervant de plus en plus.

"-Ce n’est pas difficile, il …..
"-Si vous voulez, interrompit un homme un peu plus âgé que lui, il y a là-bas au loin une ville qui elle prend des décisions quand elle en a envie.

Rémi regarda l’endroit pointé par l’homme. Au loin on y voit une grande tour noire et autour des maisons noires. Là-bas la ville a l’air sombre.

"-Il faut que j’aille là-bas, dit Rémi.

"-Oui, c’est le seul endroit où vous aurez vos réponses directement.

"-Au revoir ! alors j’y vais de ce pas.

"-Au revoir ! lui répondit tout le monde sauf Ricko.

Rémi commença à marcher vers la ville noire. Rémi marcha pendant une heure et demie avant d’arriver à la ville. Dans la réalité trente minutes équivalait à deux heures dans le jeu. Un grand portail noir bloquait l’accès à la ville. Aux extrémités deux gardes habillés d’une veste noire, d’un jean noir tenaient un pistolet à la main. Ils s’approchèrent de Rémi, en les voyant. Rémi se raidit.

"-Qui êtes-vous ? dit l’un des gardes.

"-Je....Je m’appelle Rémi.

"-Que voulez-vous ?

"-Je cherche quelqu’un qui s’appelle Lucie. Vous la connaissez ?

"-Non, ou peut-être que oui.

"-Bon, commença Rémi énervé, j’en ai marre des gens qui ne répondent pas à mes questions alors répondez !

"-On vous embarque.

"-Pourquoi ? Je n’ai rien fait.

"-Si, vous nous avez mal parlé, laissez-vous faire ou ça va faire mal.

Rémi se laissa faire. Les gardes lui menottèrent les mains dans le dos. Il l’emmenèrent dans la grande tour et lui firent prendre un ascenseur. Rémi comptait les étages au fur et à mesure que le bip retentissait. Il compta dix-sept bip au total. Ils étaient alors aux dix-septième étage. Les gardes le poussèrent par petits coups pour indiquer le chemin. Ils descendirent de l’ascenseur et continuèrent de marcher tout droit. Les couloirs étaient peints de gris sans aucune décoration. Ils passèrent devant plusieurs portes avant d’arriver au bout du couloir. Ils entrèrent par la porte devant eux et arrivèrent dans une salle grise comme le couloir. Au milieu de la salle se tenait une table ronde avec cinq sièges. Sur le côté droit de la salle était posé un matelas avec les draps faits au carré comme à l’armée. Les gardes détachèrent Rémi et le poussèrent dans sa cellule. Dans le haut de la porte, il y avait une trappe avec du grillage et dans le milieu de la porte une trappe rectangulaire pas très large mais très longue. Les gardes fermèrent la porte et le verrou.
Vous resterez ici pendant que notre chef arrive pour un interrogatoire.
Ils refermèrent la trappe aussitôt la phrase prononcée. Rémi attendit calmement. Il s’était allongé sur son matelas et fixait une tache noire au plafond. Trente minutes après on frappait à la porte.

"-Oui, dit Rémi.

Un homme grand aux cheveux noirs entra. Il était musclé et avait un percing au sourcil gauche.

"-Alors on insulte mes soldats ? dit-il en le regardant dans les yeux.

Rémi se leva de son matelas.

"-J’ai à t’interroger ! Pour commencer comment vous appelez-vous et pourquoi êtes-vous venu ?

"-Je m’appelle Rémi et je viens trouver une fille disparue.

Nous avons jamais vu de fille venir ici.

Rémi épuisé s’allongea sur son lit et ferma les yeux. Un frisson lui traversa le corps. Il ouvrit les yeux mais il ne vit rien. Il se réveilla sur une chaise en bois qui n’était pas confortable pour son dos. Il était dans la salle de test. Il se leva et enleva son casque virtuel. Il regarda autour de lui. Il vit Lucie derrière l’ordinateur de contrôle. Lucie s’approcha de Rémi.

"-Où sont les autres ? questionna Lucie.

"-Ils sont partis depuis longtemps. Mais c’est plutôt à vous de me dire où vous étiez ?

"-J’ai arrêté la simulation pour aller aux toilettes.

Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)