Louis Guilloux, l’Insoumis

Roland Savidan et Florence Mahé (Société des Amis de Louis Guilloux et R.S. productions, 2009, 70’)

image

Un portrait captivant du plus connu, et méconnu, des écrivains briochins. « Il faut d’abord commencer par une très grande modestie. Et, peut-être, espérer qu’on finira par là aussi. Il ne s’agit pas en somme de célébrer sa propre gloire, loin de là ». Cet enregistrement sonore oublié de l’écrivain, découvert à l’Institut national de l’audiovisuel (INA), sert de fil rouge à ce film :

Louis Guilloux
D.R.


« Louis Guilloux, qui avait l’art d’esquiver les questions, parle de lui, à micro ouvert, sans être interrompu », explique Rolland Savidan. L’exercice, difficile pour l’auteur du Sang noir, ne dure qu’une trentaine de minutes : suffisamment pour donner, trente ans après, une force extraordinaire au moyen-métrage qui lui est consacré. L’écrivain reconnu, admiré, couronné par le prix Renaudot en 1949 pour Le jeu de patience, n’oublia jamais ses origines. Une intégrité qui fait dire à Jean Daniel, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur : « Si on veut avoir conscience de l’âme littéraire du peuple, on ne peut se passer de Louis Guilloux ». Un peuple qui a cru, au siècle dernier, à un monde plus juste. « L’immense espoir d’une vie fraternelle (...) semble quelque chose, aujourd’hui, de dérisoire », constate Louis Guilloux en 1978. Pourtant, « ce professeur de doutes » comme le dit le metteur en scène Marcel Maréchal, celui qui se refusa toujours à devenir un maître à penser, est trop profond pour se laisser aller à un pessimisme confortable. « La vie est magnifique, vivre est splendide : c’est une joie et un cadeau extraordinaires dont nous ne savons pas profiter ». Un auteur à redécouvrir, de nouveau terriblement actuel.

Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)