Un dimanche à Brazzaville

Enrique BACH et Adria MONES (Java Films, 2011, 52’) Répubilque du Congo - France

image

Sapeurs, catcheurs et rappeurs s’y partagent l’affiche et l’incontournable Carlos la Menace orchestre le bal. Si ce film a fait forte impression partout où il est passé, ce n’est pas pour rien : rythmé, coloré et explosif comme un bon morceau de ndombolo, il met Brazza à l’honneur comme jamais.

Le célèbre animateur de radio, Carlos La Menace, nous fait découvrir trois personnalités singulière de la capitale congolaise, Brazzaville.

Les sapeurs ont fait de l’élégance leur mode de vie. Yves Saint Laurent, sapeur de la première heure, nous fait découvrir ses secrets aux côtés des autres sapeurs de son association, la République de la Sape France Libre.
Cheriff Bakala n’est pas un rappeur conventionnel.Mélange de hip hop et de folk congolaise, il utilise des instruments faits maison, comme la batterie faite de bidon d’eau. Il est sur le point de sortir son premier album dans un pays ou l’industrie disque est quasi inexistante.
Enfin, Palmas Yaya, le champion de catch de Brazzaville, il recourt aux fétiches pour conserver son trône à un moment crucial de sa vie....



IN ENGLISH

A young radio talk host, Carlos La Menace, unveils in his weekend show three figures of Congo’s capital, Brazzaville. The Sapeur Yves Saint Laurent, surrounded by extreme poverty, chooses elegance as a way of life. Cheriff Bakala is not a usual rapper. Mixes hip hop with Congolese folk, and uses local instruments, such as drums made up with water cans. Finally, Palmas Yaya, Brazzaville’s wrestling champion is relying on voodoo to defend its throne in a crucial moment of his life…

Bande Annonce

_

Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)