Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités depuis 1990

KSIKES Driss

Maroc

N’enterrez pas trop vite Big Brother (Riveneuve, 2013)

"Citoyen critique", tel qu’il se définit lui-même, Driss Ksikès, né en 1968 à Casablanca, s’intéresse en grande partie dans son œuvre aux liens complexes entre l’individu et la communauté. Journaliste et dramaturge marocain, il est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre, chacune porteuse d’une réflexion sur la société marocaine. En 15 ans, il est ainsi devenu l’un des plus grands représentants de l’activisme culturel au Maroc. Loin de se limiter à la scène, il s’est également frotté au genre romanesque avec Ma Boîte Noire, paru en 2006.
Sa dernière pièce en date, N’enterrez pas trop vite Big Brother, interroge la possibilité du "vivre ensemble" à travers la rencontre de six anciens voisins d’un immeuble qui a pris feu.

Anciennement rédacteur en chef du magazine Telquel et directeur de publication de l’hebdomadaire Nichane, il dut quitter ce poste en 2007 suite à la parution d’un article consacré à l’humour des marocains, dont le contenu, jugé blasphématoire, lui valut une peine de trois ans de prison avec sursis. Il est aujourd’hui directeur du CESEM (Centre d’Etudes Sociales, Economiques et Managériales) et de sa plate-forme, Economia.
En 2011, il fut coordinateur des rencontres d’Averroès de Rabat. Le concept, né de l’autre côté de la Méditerranée, est de proposer à tout citoyen un espace libre d’échanges d’idées et de débats.

Tous les mois, l’écrivain anime aussi des ateliers de théâtre et d’événements culturels avec la compagnie Dabateatr. Il imagine la scène comme "un lieu de controverse public" ; ses pièces partagent l’envie d’amener le spectateur à réfléchir sur sa place dans la société et les limites de sa liberté. Notamment intéressé par l’impact des réseaux sociaux sur le réel, le dramaturge puise toujours dans l’actualité de son pays pour trouver la matière de ses pièces.

Dans N’enterrez pas trop vite Big Brother (Riveneuve, 2013), six personnages issus des deux rives de la Méditerranée se retrouvent vingt ans après l’incendie qui a ravagé "l’immeuble 48", dans lequel tous vivaient en harmonie. Ils évoquent ensemble ce lieu idyllique, sorte de Babel revisitée, miroir d’une société plurielle dont l’esprit de révolte s’est éteint.


Liens :

Le blog de l’auteur


Bibliographie :

Théâtre

  • N’enterrez pas trop vite Big Brother (Riveneuve, 2013)
  • IL (Marsam, 2011)
  • Le match (2011)
  • Oedipiades (2010)
  • 180 degrés (2010)
  • Le saint des incertains (Marsam, 2000)
  • Pas de mémoire, mémoire de pas (Eddif, 1998)

Roman

  • Ma Boîte Noire (Tarik / Le Grand Souffle, 2006)

Essais

  • Errances critiques (Le Royaume des idées / La Croisée des Chemins, 2013)
N'enterrez pas trop vite Big Brother

N’enterrez pas trop vite Big Brother

Riveneuve - 2013

Cinq personnages de l’immeuble 48, une sorte de Babel, multiethnique, temple de la pluralité au cœur d’une cité musulmane qui a brûlé il y a vingt ans, se posent des questions existentielles : qui a mis le feu à leur immeuble ? Pourquoi la révolte s’est-elle éteinte ? Le monde virtuel peut-il sauver le monde réel quand celui-ci s’effondre ? Et qui est-on une fois tous les artifices mis de côté ?

Mise en scène Catherine Marnas Assistante à la mise en scène Bénédicte Simon 
Avec Laureline Le Bris-Cep, Gonzague Van Bervesseles, Amir Dridi, Najoua Zouhair, Geoffrey Perrin et Dana Mikhail.

Coproduction Compagnie Dramatique Parnas, Marseille Provence 2013, Friche la Belle de Mai, Institut Français / Région Alpes-Côte d’Azur, Régie culturelle. 
Avec le soutien de la Chartreuse Villeneuve lez Avignon, des Instituts français en Tunisie, d’Algérie, de Damas, de Beyrouth, du Maroc, de Damas et de DABATHEATR (Maroc). 
Dans le cadre du dispositif Dramaturgie arabe contemporaine porté par la Friche la Belle de Mai, Al-Harah Theater (Beit Jala, Palestine), El Teatro (Tunis, Tunisie) et Shams (Beyrouth, Liban). 
La Compagnie Parnas est subventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Provence Alpes Côte d’Azur), par la Région Provence Alpes Côte d’Azur, par le Conseil Général des Bouches du Rhône et par la Ville de Marseille.