Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

GUIBERT Emmanuel

France

Japonais (Futuropolis, 2009)

L’un des premiers mots d’Emmanuel Guibert a été "crayon". À six ans, il dessinait à plat ventre sur le tapis - maîtrisant déjà la perspective - et à douze, il bouclait ses premières histoires. Dès son enfance, il visite les musées, feuillette les livres sur la peinture, lit des romans et sait déjà ce qu’il veut faire : raconter des histoire, "comme Gosciny".
Après un bac littéraire et quelques mois aux Arts Décos, il se lance dans le monde professionel, créant illustrations et story-board pour le cinéma. En 1992, il publie Brune, sa première bande-dessinée, retraçant la montée du nazisme en Allemagne dans les années trente. Deux ans plus tard, il emménage dans l’atelier de Vosges, berceau de la Nouvelle Bande-Dessinée, et y reste quatre ans, côtoyant ceux qui sont depuis devenus des amis et parfois même des collaborateurs. Il y rencontre notamment David B. ou Joann Sfar avec qui il co-signe en 1997 La fille du professeur - primé à Angoulême par l’Alph’art coup de coeur et le prix Gosciny - ainsi que la série Les Olives noires. S’ensuivent de nombreuses publications (Le photographe, Les Sardines de l’espace...) pour lesquels il se fait tour à tour dessinateur et scénariste, parfois même les deux comme pour La Guerre d’Allan.
Invité en 2007 à séjourner à la Villa Kujoyama, il y passe quatre mois et publie aujourd’hui le fruit de cette expérience : Japonais, un album loin - très loin - du manga, définitivement plus proche du livre d’art que de la bande dessinée. Écrire, peindre, dessiner, Emmanuel Guibert saurait-il tout faire ?


Bibliographie :

  • Japonais (Futuropolis, 2009)
  • Le photographe, intégrale, scénario de Didier Lefèvre (Dupuis, 2008)
  • La guerre d’Alan 3 (L’association, 2008)
  • Sardine de l’espace, Tome 11 : La cousine Manga, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2007)
  • Ariol, Tome 7 : Copain comme cochon, dessin de Marc Boutavant, (Bayard, 2007)
  • Ariol, Tome 6 : Oh ! La mer !, dessin de Marc Boutavant,(Bayard, 2006)
  • Le photographe Tome 3, scénario de Didier Lefèvre (Dupuis, 2006)
  • Sardine de l’espace, Tome 10 : Le cyber disc-jockey, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2005)
  • Sardine de l’espace, Tome 9 : La montagne électorale, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2004)
  • Ariol, Tome 5 : Karaté, dessin de Marc Boutavant,(Bayard, 2004)
  • Le pavé de Paris (Ouest-France, 2004)
  • Le photographe Tome 2, scénario de Didier Lefèvre (Dupuis, 2004)
  • Le photographe Tome 1, scénario de Didier Lefèvre (Dupuis, 2003)
  • Ariol, Tome 4 : Le vaccin à réaction, dessin de Marc Boutavant, (Bayard, 2003)
  • Ariol, Tome 3 : Bête comme un âne, sale comme un cochon..., dessin de Marc Boutavant, (Bayard, 2003)
  • Sardine de l’espace, Tome 8 : Les Tatouages carnivores, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2003)
  • Sardine de l’espace, Tome 7 : La grande Sardine, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2003)
  • Les Olives noires, Tome 3 : Tu ne mangeras pas le chevreau dans le lait de sa mère, scénario de Joann Sfar (Dupuis, 2003)
  • Les Poixons (Bréal, 2003)
  • Sardine de l’espace, Tome 6 : Le capitaine tout rouge, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2002)
  • Sardine de l’espace, Tome 5 : Le championnat de boxe, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2002)
  • La guerre d’Alan 2 (L’association, 2002)
  • Ariol, Tome 2 : Jeux idiots, dessin de Marc Boutavant, (Bayard, 2002)
  • Ariol, Tome 1 : Debout, dessin de Marc Boutavant, (Bayard, 2002)
  • La campagne à la mer (Ouest-France, 2002)
  • Les Olives noires, Tome 2 : Adam Harishon, scénario de Joann Sfar (Dupuis, 2002)
  • Sardine de l’espace, Tome 4 : Les voleurs de yaourts, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2001)
  • Sardine de l’espace, Tome 3 : La machine à laver la cervelle, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2001)
  • Les Olives noires, Tome 1 : Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ?, scénario de Joann Sfar (Dupuis, 2001)
  • Sardine de l’espace, Tome 2 : Le bar des ennemis, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2000)
  • Sardine de l’espace, Tome 1 : Le doigt dans l’oeil, dessin de Joann Sfar (Bayard, 2000)
  • La guerre d’Alan 1 (L’association, 2000)
  • Le capitaine écarlate, scénario de David B. (Dupuis, 2000)
  • La fille du professeur, scénario de Joann Sfar (Dupuis, 1997)
  • Poum Tiya et le Roi-Soleil, scénario de Béatrix Saule (Art Lys, 1995)
  • Brune (Albin Michel, 1992)

Présentation de Japonais

« Emmanuel Guibert, japonais. Le titre est culotté. Si je mets bout à bout mes trois séjours au Japon, j’obtiens à peine quatre malheureux mois. À côté de l’autochtone qui descend de la déesse Amaterasu, à côté de Lafcadio Hearn, de Nicolas Bouvier, des copains et copines qui vivent au Japon depuis des années, je suis la grenouille qui veut se faire plus grosse que le sumotori. Pourtant, pas à tortiller, Emmanuel Guibert est bien japonais.
Débarquant à Tokyo la première fois, j’ai essayé de me convaincre que j’étais dépaysé, c’était faux. À part quelques aliments dans mon bol, je reconnaissais tout. Il faut dire que Tokyo n’est pas mon lieu de naissance. Mon lieu de naissance, c’est Kyoto. C’est à Kyoto que j’ai fait les primes expériences du chaud et du froid, du jour et de la nuit, que j’ai dit mon premier mot (« fude »), que je suis allé à l’école, que j’ai perdu ma fleur de cerisier, que je me suis marié, que j’ai engendré, que j’ai frénétiquement bossé, que j’ai été malade, que j’ai pris un coup de vieux, c’est à Kyoto que j’ai été japonais. » C’est ainsi qu’Emmanuel Guibert présente son livre. Et, bien sûr, tout est faux et tout est vrai.

Chaque livre d’Emmanuel Guibert est un éblouissement. Guibert, japonais n’échappe pas à cette règle absolue. De son dessin, qu’il plie aux exigences des univers, humoristiques, fantasmatiques ou réalistes, qu’il explore, transpirent l’originalité, l’intelligence et l’émotion, jamais apprêtées car toujours retenues à la juste expression. Son trait glisse directement de son cerveau et de son cœur sur la feuille. Il ne faut pas croire pour autant à la seule facilité d’un dessinateur surdoué, tombé dans la marmite de l’excellence quand il était petit. Oui, l’enfance, le bonheur de l’enfance toujours présent, l’accompagne constamment, mais des heures de dessin, chaque jour ou presque, depuis tant d’années, croquis pris sur le vif, véritable fringale, le maintiennent en éveil et aiguisent sa main-outil.
Par son trait même, il dit le goût des autres et le sens de l’amitié. Emmanuel Guibert est un auteur du bonheur. Il faut tout lire d’Emmanuel Guibert, tout regarder. On en garde à jamais le sentiment d’être vivant.

On l’appelle BD reportage

Saint-Malo 2009
Samedi : 15h15 - On l’appelle BD reportage
Jacques Ferrandez, Bruno Le Floc’h, Florent Chavouet, Emmanuel Guibert. Animé par Jean-Luc Fromental