JOSSE Loïc

France

Saint-Malo et sa Rance maritime, avec Hervé Ronné (Géorama, 2018)

© Marcel Mochet

Ce bourlingueur amoureux des livres a choisi Saint-Servan pour port d’attache, mais sa librairie la “Droguerie de Marine” qu’il y a ouverte est un vaste monde. Il y organise parfois derrière les balais-brosses, vernis marins et goudron de Norvège des expositions et vend des livres de marine et de voyage, dont on peut parfois croiser les auteurs. Il publie cette année un beau livre sur l’histoire et le patrimoine de Saint-Malo et sa Rance Maritime, à travers les yeux de celles et ceux qui font son présent.

Né au bord de l’eau, Loïc Josse écoutait les histoires qu’inventait pour lui son grand-père, et les « Enfants du Capitaine Grant » que lui lisait sa grand-mère. Fasciné par les destins croisés de la voisine africaine Fatimata, et du navigateur Charcot, il s’était découvert Indien sur la grève de Saint-Servan.
Il partit bourlinguer outre-Atlantique, ce qui lui valut de rater mai 68, puis à Paris faire des études (Sciences-Po, Ethnologie avec Robert Jaulin qui avait squatté Jussieu, et Histoire à la Sorbonne). Mais les couleurs de la Bretagne et le bruit de la marée lui manquant, il revint très vite au pays, à Portsall, le temps d’y découvrir la langue bretonne, puis à Saint-Malo.
Après une parenthèse faite de vente d’articles divers et variés, meubles, puis outillage diamanté et enfin blocs de granit, ce qui lui permet de voyager à-travers l’Europe, il ouvre à Saint-Servan, entre les trois ports de pêche, de commerce, et de plaisance, une droguerie de marine.
Entre balais-brosses et eau de javel, vernis marins et goudron de Norvège, il réussit à intercaler quelques livres de marine, pour le plaisir de les lire et de les faire lire, et pour pouvoir rencontrer les auteurs qu’il invite. Il y organise aussi des expositions.

Présent en tant que libraire à Étonnants Voyageurs depuis quinze ans, il a aussi participé dans le passé au Salon du Livre Maritime de Concarneau et au salon du livre du Festival Interceltique de Lorient. Accessoirement, il a donné des cours rébarbatifs mais utilitaires à l’IUT de Saint-Malo.
Loisirs : naviguer, seul ou en famille, dès que c’est possible ; lire, autant que possible, et retrouver ses copains au sein de l’« Association des Amis de la Droguerie de Marine ». Titre honorifique (le seul, mais il y tient) : il est élu à vie « pape des pop-pops », ces petits bateaux qui marchent avec une bougie et de l’eau.

Ecrivain, il a participé à un petit livre jeunesse, Le Coffre du Marin et a reçu une mention du Cercle de la Mer 2010 pour Petit Abécédaire d’un Droguiste de Marine. Ayant enquêté depuis près de 30 ans sur les terre-neuvas de la région, il a écrit un beau livre sur les campagnes de pêche sur les bancs de Terre-neuve.

Après La morue, voyages et usages (2014) dans lequel il révèle la place essentielle du poisson dans notre culture au fil des siècles, il publie cette année un autre beau livre, Saint-Malo et sa Rance maritime, dans laquelle retrace l’histoire du patrimoine malouin, à travers les yeux de celles et ceux qui font son présent. Des témoignages et une histoire sublimée par les photographies d’Hervé Ronné.


Bibliographie

  • Saint-Malo et sa Rance maritime, avec Hervé Ronné (Géorama, 2018)
  • La morue, voyages et usages (Glénat, 2014)
  • Terre-Neuvas (Chasse-Marée-Glénat, 2010), prix du beau-livre maritime du salon Livre et Mer de Concarneau, avril 2011
  • Petit Abécédaire d’un Droguiste de Marine (Chasse-Marée-Glénat, 2009), mention du Cercle de la Mer 2010
  • Le Coffre du Marin avec Maurice Pommier, illustrateur, (Gallimard-Jeunesse, 2004), Coup de cœur du 4ème Prix Littéraire Salon Nautique-Le Point 2005
Saint-Malo et la Rance Maritime

Saint-Malo et la Rance Maritime

Géorama - 2018

Majestueusement dressée sur son rocher, Saint-Malo offre ses fortifications séculaires aux vents du large et des courants, un œil sur la Manche, l’autre sur la Rance qui achève dans la baie d’émeraude sa longue course depuis les hauteurs du Méné. Que l’on choisisse de remonter son cours jusqu’à Dinan ou de le descendre jusqu’à la mer, Saint-Malo veille depuis toujours sur les eaux et sur les hommes qui ont écrit l’histoire d’un pays maritime à la géographie somptueuse. Cet ouvrage nous entraîne à la découverte de ce patrimoine naturel et historique hors du commun, guidé par le témoignage de celles et ceux qui en écrivent le présent et en conservent la mémoire.

Photographies d’Hervé Ronné.

La morue : Voyages et usages

La morue : Voyages et usages

Glénat - 2014

De la morue, on ne connaît parfois que le filet cuisiné avec plus ou moins de bonheur et l’infâme huile de foie absorbée quotidiennement par des générations de bambins. Pourtant, la morue trône au cœur d’une longue histoire et participe d’une véritable culture.Depuis les Vikings jusqu’à nos jours, on l’a pêchée dans tout l’Atlantique Nord et les circuits de commercialisation ont très tôt donné lieu à une « mondialisation » avant l’heure. La morue a occupé une place essentielle dans l’alimentation et la culture des peuples européens, mais aussi américains, antillais… En tant que ressource halieutique, la morue a été victime d’une surpêche qui a mené, en deux décennies, à sa disparition : elle constitue à ce titre un contre-exemple riche d’enseignements. C’est ainsi que ce poisson qui fut si populaire, devenu un symbole vulgaire, constitue peut-être aussi une piste de réflexion. Elle méritait en tout cas un hommage. C’est chose faite avec ce beau livre au texte riche et à l’iconographie abondante, composée de documents souvent inédits provenant de collections privées (cartes, photographies, documents). 


Terre-Neuvas

Glénat - 2010
spip_logo

Loïc Josse, libraire à Saint-Malo, fait revivre la vie quotidienne à bord des derniers voiliers de grande pêche. Sa démarche repose essentiellement sur des interviews auprès des derniers témoins de cette époque, et sur l’utilisation d’archives privées, notamment de maisons d’armement. Après un bref survol historique et un rappel des différents types de pêches, il s’attache à présenter dans le détail le déroulement d’une campagne sur les bancs de Terre-Neuve. L’univers socio-économique de la pêche à la morue est abordé afin de dresser un tableau synoptique complet des enjeux de cette activité tant pour l’économie locale que pour la société. C’est en effet toute la vie de la région qui est rythmée par cette activité. La dernière partie analyse la période du passage des voiliers aux chalutiers, et les causes du déclin de la grande pêche malouine. L’iconographie abondante est composée de documents souvent inédits provenant de collections privées (cartes, photographies, documents) et de planches de l’illustrateur Maurice Pommier, qui reconstituent l’univers d’une activité qui a marqué des générations entières.


Revue de presse


Petit Abécédaire d’un droguiste de marine

Chasse marée - Glénat - 2009

Nourri d’extraits glanés au fil des pages d’anciens dictionnaires de marine, de perles récoltées dans la tradition orale des marins bretons, de mots rares ou d’expressions croustillantes ramassées le long de l’estran voici un abécédaire qui vous emmène au loin !
Qu’est-ce donc qu’un droguiste de marine ? À la fois marchand de couleurs, marchand d’odeurs, pourvoyeur de recettes aux noms imprononçables et aux vertus séculaires, il officie dans un entrepôt, à deux pas des quais. Entre ballots d’étoupe, fauberts et minahouets, il débite de l’aussière de chanvre, du blanc de baleine, des pierres d’alun, de la terre de Sommières, du goudron de Norvège, des pains de savon d’Alep, des sacs de sel d’oseille, des bocaux de cire, des bidons de vernis, des pots de peinture, des flacons de popote, des paquets de teinture… toutes sortes de produits antiques et solennels. Aux beaux jours, quand sa porte est ouverte, il hume l’odeur iodée du large, si proche… Quand il est enfermé dans son antre, il ne cesse d’imaginer cet océan au coeur de son existence de boutiquier. Le droguiste de marine est un avitailleur de rêves : laissez-le vous conter son abécédaire…