Dans tout Bamako, la fête de la jeunesse

image

Ateliers dans les CLAEC
Rencontres, contes et musique
Dans le cadre du jumelage-coopération initié en 1974 entre la ville d’Angers et la ville de Bamako, les deux partenaires ont décidé en 1992 de réaliser dans chacune des six communes du District de Bamako un Centre de Lecture et d’Animation Enfantine pour assurer l’encadrement de la petite enfance à Bamako. Environ 250 enfants sont inscrits dans chaque CLAEC, essentiellement d’âge préscolaire, entre quatre et six ans.
Jeudi 10 et vendredi 11 février, les auteurs partiront à la rencontre des enfants, en alternance avec Ernest Ahippah (voir p. 21) qui viendra animer un atelier de contes en musique.

À la rencontre des lycéens
Les auteurs dans les lycées
Pendant que le festival se déroule au Palais de la Culture et au Centre Culturel Français, des auteurs, chaque jour, partent à la rencontre des lycéens – et ces rencontres sont à chaque fois l’occasion de discussions interminables et passionnées. Les auteurs en redemandent et les lycéens aussi. Pas moins de douze lycées de Bamako accueillent cette année les auteurs dans leur établissement, les jeudi et vendredi.

Chaaba ©D.R.

Le Gone du Chaâba
Projection au Centre Culturel Français
Comédie dramatique (France, 1997, 1h36) de Christophe Ruggia d’après le roman d’Azouz Begag.
Omar, 9 ans, habite le chaâba de son père pendant les années soixante. Une vingtaine de familles immigrées d’El Ouricia co-habitent dans ce bidonville. La première génération issue de l’immigration algérienne en France devra se trouver une identité entre ses racines et son pays hôte. Une histoire à travers laquelle on suit le jeune Omar déchiré entre ce morceau d’Algérie et la France.
Centre Culturel Français, mercredi 9 février à 16.30