Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

LEVIE Françoise

Belgique

Panda Farnana, un congolais qui dérange (Memento films, 2011)

Ayant quitté dans les années 1960 le service Enquêtes de la RTBF, caméra en poche, pour un road trip de six mois jusqu’au Népal, cette documentariste belge n’a depuis plus cessé d’écrire et de réaliser des films, Son dernier documentaire, mêlant recherches historiques, reconstitutions et prises de vues originales, retrace le destin fascinant de Panda Farnana, pionnier de la lutte anticoloniale en RDC.


Filmographie

  • Sans pays, 1986, documentaire coproduit par Sofidoc et les Etats-Unis, 26’
  • Les Gardiens de la nuit, 1988, coproduit par Thalassa (FR3), Sofidoc et West in Motion (Canada), 52′
  • Nylon Blues, 1991, coproduit par Sofidoc, Canal + France, France 2 et RTL TVI, 52′
  • Mystère des Tombes gelées de Sibérie, 1993
    Coproduit par Sofidoc avec l’Académie des Sciences de Sibérie. – 52′
    Prix spécial du Jury Festival Kineon – Bruxelles ’95
    1er Prix du Festival du Film Archéologique de Rovereto ’94
    Mention spéciale au Festival de Forli ’94
    Grand Prix du Public au Festival Icronos – Bordeaux ’94
  • La Demoiselle de Russie, 1994, coréalisé avec Gérard Rougeron.
    Une coproduction Storia Canal + France, 52′
  • Mémoires d’une Princesse Hindoue, 1997, coproduit par Sofidoc et la RTBF, 52′
  • Mata-Hari, mythe ou réalité d’une espionne, coproduit par Sofidoc, la RTBF, et AVRO, 52′
    Prix du meilleur montage, Festival de San Gio ’98
    Bronze award (Biography), New York Film Festival ’99
  • Entre Flore et Thalie, Vivre au cour de Bruxelles.
    Produit par Sofidoc en coproduction avec la RTBF, Wild Heart Production, et Canvas , 52′
  • L’Homme qui voulait classer le Monde, 2002, produit par Sofidoc en coproduction avec la RTBF, Wild Heart Production et Canvas, 60′
    Prix de la Science, IV Festival Internacional de Divulgaçao Cientifica, Portugal, 2002.
    Prix du Jury, International Science Film Festival, Athens 2006.
  • Panamarenko, la Magie de l’Art, 2003, une coproduction Sofidoc, Wild Heart Production, RTBF et Canvas.
    Prix du meilleur montage, ArtFilm Festival Roma – 2006.
  • Monsieur Bing et l’Art Nouveau, 2004, une coproduction Ideale Audience, Avro, The Van Gogh Museum, France 5.
  • Mass Moving, 2006, une coproduction Memento et A Private View, RTBF, Lichtpunt et Avro.
  • Panda Farnana, un Congolais qui dérange, 2011, une coproduction de Memento, Wild Heart Productions, VAF, Communauté française de Belgique, RTBF and WIP.

Panda Farnana, un congolais qui dérange

Memento films - 2011

Panda Farnana, un congolais qui dérange Elevé par une femme belge célibataire et artiste, Paul Panda Farnana est le premier Congolais à avoir obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur en Belgique en 1909. Agronome, il retourne au Congo en tant que premier fonctionnaire belge à la peau noire. Il y subit un véritable apartheid et doit renoncer peu à peu à ses différents postes pour cause de harcèlement. Il rentre en Belgique en 1914 et, à l’annonce de la guerre, s’engage comme volontaire. Fait prisonnier, il est emmené en captivité en Allemagne jusqu’à la libération en 1918. A son retour en Belgique, il consacre toute son énergie à réclamer l’égalité entre les blancs et les noirs par l’éducation et la responsabilisation des chefs, sous les attaques virulentes de la presse coloniale belge. En 1921, il collabore étroitement avec l’Afro-Américain W.E.B. DuBois à l’organisation du Congrès Pan-Africain de Bruxelles. Panda Farnana meurt quelques mois après son retour au Congo, à l’âge de 42 ans, dans des conditions mystérieuses. Le film retrace la vie et l’œuvre de Panda Farnana (1888-1930) grâce à des documents inédits et des scènes d’évocation tournées au Congo. L’homme qui voulait classer le monde Françoise LEVIE et Benoît PEETERS (Memento Production/2002/60’) Le film raconte la vie de l’utopiste belge Paul Otlet (1868-1940) qui développa une étrange obsession. Classer et ficher tous les livres parus dans le monde selon un système de ‘classification décimale universelle’ lui permettant de codifier les idées et les faits. Au fil du temps, lui et ses collaborateurs remplirent douze millions de fiches… Ce système de classification est considéré aujourd’hui comme similaire à l’hypertexte qui nous permet de naviguer à travers la toile. Vouloir ensuite édifier une Cité mondiale dont les plans sont confiés à l’architecte Le Corbusier, qui rassemblerait toutes les connaissances du monde, afin d’accéder à la Paix grâce à une meilleure connaissance entre les peuples. Imaginer dès 1934 une ‘Bibliothèque irradiée’ dont les livres sont consultables à distance, grâce à un écran de télévision et un téléphone. Telles sont les grandes lignes de Paul Otlet, ce visionnaire, qui est considéré aujourd’hui par les historiens de la Communication comme un des précurseurs du Web et de l’Internet. L’histoire d’une utopie qui aurait pu réussir, d’une intuition qui finit par tourner en obsession, d’un rêve de Paix universelle qui basculera dans le délire. L’histoire d’un apparent échec, et d’une victoire posthume pour le moins inattendue : celle de l’invention d’Internet, et plus particulièrement : de Wikipédia.