HUNT Laird

New-York N°2 (Actes Sud, 2010)

Biographie

Paul Auster le compterait, dit-on, parmi les jeunes écrivains les plus talentueux de la scène littéraire américaine contemporaine. Tout comme P. Auster, bien que leurs choix formels divergent grandement, Laird Hunt se plaît en effet à instiller le doute, à cultiver le soupçon du lecteur, dans des romans où réalité et fantasme restent indiscernables.

Fils d’un homme d’affaire, Laird Hunt a eu une enfance vagabonde :
né à Singapour, où il a vécu jusqu’à l’âge de 4 ans, il a ensuite résidé à Londres, aux Pays-Bas puis en France. Ces déracinements successifs, au cours desquels il a appris puis oublié plusieurs langues (le chinois, le hollandais), ne sont peut-être pas pour rien dans le sentiment de décalage et d’étrangeté qui baigne toutes ses œuvres.

Aujourd’hui professeur de "creative writing" à l’Université de Denver, Laird Hunt est lui-même diplômé d’une université pour le moins atypique : la Naropa University, fondée en 1974 dans le Colorado par un bouddhiste tibétain. C’est au sein de cet établissement, dont le cursus de littérature, baptisé Jack Kerouac School of Disembodied Poetics (Ecole Jack Kerouac de poésie désincarnée (!)), fut fondé par des poètes de la Beat Generation, que le jeune écrivain a fait ses premières expérimentations littéraires.

Comme son premier roman Une impossibilité (2005), New-York N°2, son dernier ouvrage traduit en français, prend le prétexte d’une intrigue de roman noir pour perdre son lecteur dans un univers à plusieurs strates qui s’apparente à l’angoissant cinéma de David Lynch. Très référencé, plein d’humour, ce roman, où l’on évolue à tâtons dans le New-York déréglé de l’après 11-Septembre, questionne le rapport malade qu’entretiennent nos sociétés avec le réel.


Bibliographie :

  • New-York N°2 (Actes Sud, 2010)
  • Indiana, Indiana, les beaux moments obscurs de la nuit (Actes Sud, 2007).
  • Une impossibilité (Actes Sud, 2005)
  • Retour au sommaire

Présentation de New-York N°2

spip_logo “Tous nos New York sont, après tout, en partie rêvés. Nombre d’entre eux sont modelés par les brillants rêveurs nous ayant précédés.” L. H.

Au lendemain du 11-Septembre, Henry, brisé par les événements et en proie à des obsessions et à des cauchemars qui ne le laissent jamais en paix, sombre dans une existence de vagabondage dans l’East Village de New York.
Il est “sauvé” de son errance par une association fantomatique dont l’activité principale semble consister à mettre au point le meurtre de clients qui, particulièrement perturbés par l’attentat, ont choisi de se livrer à l’expérience consistant à survivre à l’épreuve de leur propre assassinat programmé. Ayant rejoint cette sinistre équipe, Henry entre dans une relation étrange avec son chef, le mystérieux spécialiste du hareng, M. Kindt, dont l’identité se découvre peu à peu en ses tours et détours à travers l’évocation du cadavre peint par Rembrandt dans son fameux tableau “La Leçon d’anatomie”…
Parallèlement, le lecteur découvre Henry et M. Kindt dans un autre rôle : celui de patients pris en charge, dans un hôpital, par un certain Dr. Tulp. L’énigme qui entoure tant le passé de M. Kindt que le destin de Henry déploie alors sa configuration de la manière la plus extraordinaire et extravagante.
Truffé d’images et de scènes où s’opère la dissection subtile du corps complexe et monstrueux que forment la réalité, les relations humaines et la nature même de l’existence, jonché d’objets urbains aussi mutants que surréalistes, affecté d’une bonne dose de mélancolie que combattent de grandes quantités de hareng mariné, ce brillant et singulier objet littéraire qu’est New York numéro 2 a des allures de roman noir où un Raymond Chandler qui aurait lu Les Anneaux de Saturne de W. G. Sebald donnerait, sous le signe de la falsification créatrice, son interprétation personnelle de la grande danse macabre qui hante la mémoire de l’inconscient occidental pour faire surgir le visage secret et inquiétant d’une ville meurtrie qui cherche, dans son double rêvé, à apprivoiser le cauchemar qui la hante.

Revue de presse :

  • "Laird Hunt développe son sujet à travers une succession de scènes comme dans un kaléidoscope où chaque miroir apporterait un éclat indispensable à l’ensemble. Hunt évoque aussi, dans le délire mesuré d’une œuvre forte, les rêves douloureux d’hommes marqués à vif par les blessures de leur ville." Le Monde
  • "Ce n’est pas un énième chant du trauma, plutôt une réflexion hallucinée sur la ville en tant qu’espace des possibles. Le cauchemar y est métaphore, il dit la douleur de la refondation, autant que l’excitation créatrice de l’après." Libération
  • "Le lecteur ne sait jamais ce qui est vrai ou faux, si les héros de Hunt - qui prouve ici une nouvelle fois qu’il est un styliste hors-pair - ont toute leur tête. Impossible pourtant de ne pas se laisser prendre dans la toile tissée par un écrivain à ne pas rater." Livres Hebdo
  • "Entre rêve et réalité, l’intrigue avance sous les auspices du roman noir, néogothique (...). New-York n°2 revêt clairement un look de série B. Laird Hunt se plaît à élaborer un fantastique un peu toc, en carton-pâte, comme un tournage de film sous-payé donnant lieu a une mise en scène kitsch (...)" Les Inrockuptibles

New York n°2

Actes Sud - 2011

New York n°2 Au cours d’une chaotique errance dans l’East Village de New York, au lendemain des attentats contre le World Trade Center, le très vulnérable Henry fait la connaissance de Mr Kindt, affable et étrange vieillard, grand amateur de hareng mariné, qui lui propose de rejoindre son équipe, spécialisée dans la réalisation, sur commande, d’assassinats fictifs. Autour de Mr Kindt gravitent quelques individus, aussi baroques que potentiellement dangereux, avec lesquels Henry s’efforce de se familiariser, entre fascination et effroi grandissant. Ailleurs, dans un hôpital de la ville, où sévit un sombre trafic de médicaments, Henry et Mr Kindt ne sont autres que deux patients suivis par un médecin qui ressemble fort à l’une des jeunes femmes appartenant au cercle des affidés du mangeur de harengs... Avec ce roman, qui met à mal la vérité des personnages et d’une ville, New York, dont le double en forme de "nécropole" semble se substituer à la cité vivante, Laird Hunt redéfinit les limites d’un monde que menacent ses avatars virtuels. Dissection subtile d’un réel urbain placée sous le double patronage de "La Leçon d’anatomie" de Rembrandt et des "Anneaux de Saturne" de Sebald, "New York n° 2", avec ses allures de faux roman noir, fait surgir le visage secret d’une ville meurtrie dont la refondation reste marquée au sceau du cauchemar.

Le rêve américain

Les cafés littéraires
Saint-Malo 2011

Avec Laird Hunt, Maylis de Kerangal, Marco Mancassola et Lionel Salaün

Une vidéo réalisée par Cap7Média.

Habiter le Chaos

Saint-Malo 2011

Au commencement, il y a le surgissement de l’inconnu, l’informe, l’innommé, le grondement des forces premières du monde : le chaos. Et puis, face à lui, cette puissance en nous de création des formes — le pouvoir plastique de l’imagi- naire. Nous habitons d’abord poétiquement le monde. Nous le surchargeons d’images, d’his- toires, de musiques, pour le rendre peu à peu habitable : un « lieu » n’est-il pas d’abord un ima- ginaire ? Peut-être même est-ce la fonction première de l’art. Ne sont-ce pas d’abord les artistes qui nous donnent à voir, à entendre, l’inconnu du monde, en captent la parole vive, lui donnent forme — bref, le rendent habitable ?

Avec Alfred ALEXANDRE, Marvin VICTOR, Laird HUNT, Yahia BELASKRI,
animé par Hubert Artus