Bibliothèque

Sur le ciel effondré

Le Rouergue

En raison de sa conduite héroïque lors d’un attentat en métropole, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu un poste à Maripasoula, dans le Haut-Maroni, là où elle a grandi. Au bord du fleuve, il lui faut supporter de n’être plus la même, une femme que sa mère peine à reconnaître, de vivre aussi dans une ville qui a changé au voisinage des rives du Suriname, avec leurs commerces chinois, leurs dancings et leurs bordels, les filles dont rêvent les garimpeiros qui reviennent des placers aurifères. Et après les derniers spots de vie urbaine s’ouvre la forêt sans bornes vers les mythiques Tumuc-Humac, le territoire des Wayanas, ces Amérindiens qui peu à peu se détachent de leurs traditions, tandis que s’infiltrent partout les évangélistes. C’est là que vit Tapwili Maloko, le seul homme qui met un peu de chaleur dans son cœur de femme. Aussi, lorsque de sombres nouvelles arrivent de Wïlïpuk, son village à plusieurs heures de pirogue, hors de question qu’Angélique ne soit pas de la partie. Pour elle s’engage l’épreuve d’une enquête dans la zone interdite, ainsi qu’on l’appelle parfois. Et pour affronter le pire, son meilleur allié est le capitaine Anato, noir-marron comme elle, et pour elle prêt à enfreindre certaines règles.

Avec cette héroïne que ses colères tiennent comme une armure, Colin Niel nous fait entrer dans une Guyane secrète, qui n’a pas tout perdu de ses pouvoirs anciens, lorsque les hommes vivaient auprès des dieux.


Revue de presse

  • « Colin Niel dresse un portrait saisissant et fouillé de ce territoire français que l’on connaît peu ou mal, sans préjugés ni pathos, et signe un polar sociétal passionnant ! » Librairie L’embarcadère
  • « C’est une magnifique leçon d’ethnologie, de géographie, de géologie, de politique, de géopolitique, qui coule de ce livre au fil des pages. […] Et si son polar tient la route et ses promesses jusqu’à la dernière page, je considère que c’est aussi pour de toutes autres motivations qu’il est important de le lire » ActuaLitté
Sur le ciel effondré

Sur le ciel effondré

Le Rouergue - 2018

En raison de sa conduite héroïque lors d’un attentat en métropole, l’adjudante Angélique Blakaman a obtenu un poste à Maripasoula, dans le Haut-Maroni, là où elle a grandi. Au bord du fleuve, il lui faut supporter de n’être plus la même, une femme que sa mère peine à reconnaître, de vivre aussi dans une ville qui a changé au voisinage des rives du Suriname, avec leurs commerces chinois, leurs dancings et leurs bordels, les filles dont rêvent les garimpeiros qui reviennent des placers aurifères. Et après les derniers spots de vie urbaine s’ouvre la forêt sans bornes vers les mythiques Tumuc-Humac, le territoire des Wayanas, ces Amérindiens qui peu à peu se détachent de leurs traditions, tandis que s’infiltrent partout les évangélistes. C’est là que vit Tapwili Maloko, le seul homme qui met un peu de chaleur dans son cœur de femme. Aussi, lorsque de sombres nouvelles arrivent de Wïlïpuk, son village à plusieurs heures de pirogue, hors de question qu’Angélique ne soit pas de la partie. Pour elle s’engage l’épreuve d’une enquête dans la zone interdite, ainsi qu’on l’appelle parfois. Et pour affronter le pire, son meilleur allié est le capitaine Anato, noir-marron comme elle, et pour elle prêt à enfreindre certaines règles.

Avec cette héroïne que ses colères tiennent comme une armure, Colin Niel nous fait entrer dans une Guyane secrète, qui n’a pas tout perdu de ses pouvoirs anciens, lorsque les hommes vivaient auprès des dieux.


Revue de presse

  • « Colin Niel dresse un portrait saisissant et fouillé de ce territoire français que l’on connaît peu ou mal, sans préjugés ni pathos, et signe un polar sociétal passionnant ! » Librairie L’embarcadère
  • « C’est une magnifique leçon d’ethnologie, de géographie, de géologie, de politique, de géopolitique, qui coule de ce livre au fil des pages. […] Et si son polar tient la route et ses promesses jusqu’à la dernière page, je considère que c’est aussi pour de toutes autres motivations qu’il est important de le lire » ActuaLitté
La Guyane du capitaine Anato

La Guyane du capitaine Anato

Le Rouergue - 2019

Colin Niel a créé une série policière multiprimée située en Guyane autour d’un personnage récurrent, le capitaine Anato, un gendarme noir-marron à la recherche de ses origines : Les Hamacs de carton (2012), Ce qui reste en forêt (2013), Obia (2015) et Sur le ciel effondré (2018). Alors que bien des livres consacrés à ce territoire se concentrent sur sa flore et sa faune, ce livre illustré des photographies de Karl Joseph et qui donne la parole tour à tour à des personnages de la tétralogie nous fait découvrir l’Amazonie française à travers la vie des Guyanais, aussi bien sur la côte Atlantique où se concentrent les grandes villes que dans les régions plus rurales du Bas et du Haut-Maroni. Une invitation à passer de la fiction au voyage…

— -

Revue de presse :

  • « L’auteur donne à voir sa contrée d’adoption sans filtres, dans la plus pure simplicité » (France TV)

Seules les bêtes

Seules les bêtes

Le Rouergue - 2017

Une femme a disparu. Sa voiture est retrouvée au départ d’un sentier de randonnée qui fait l’ascension vers le plateau où survivent quelques fermes habitées par des hommes seuls. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste et que l’hiver impose sa loi, plusieurs personnes se savent pourtant liées à cette disparition. Tour à tour, elles prennent la parole et chacune a son secret, presque aussi précieux que sa propre vie. Et si le chemin qui mène à la vérité manque autant d’oxygène que les hauteurs du ciel qui ici écrase les vivants, c’est que cette histoire a commencé loin, bien loin de cette montagne sauvage où l’on est séparé de tout, sur un autre continent où les désirs d’ici battent la chamade.

Avec ce roman choral, Colin Niel orchestre un récit saisissant dans une campagne où le monde n’arrive que par rêves interposés. Sur le causse, cette immense île plate où tiennent quelques naufragés, il y a bien des endroits où dissimuler une femme, vivante ou morte, et plus d’une misère dans le cœur des hommes.

Prix Polar en séries de Quais du Polar 2017
Prix Polar Landerneau 2017

Adaptation cinématographique par Dominik Moll, déc. 2019


Revue de presse

« Pas de manigances ni de préméditations : ici tout n’est en fait qu’un assemblage de malentendus, de quiproquos, d’espoirs, de maladresses, de solitude, d’amour. Bref, de nature humaine. » Maëlig Hamard, ActuaLitté

« De la mélancolie des campagnes, il vire à une noirceur humaine à plusieurs visages, plusieurs violences. Et le lecteur qui se glissait, le nez enhardi par l’air frais et l’odeur du foin, dans un polar rupestre, déboule dans un suspense multipolaire à l’intrigue vertigineuse, cascade d’actes aux conséquences dramatiques. » Le Temps


Obia

Obia

Le Rouergue - 2015

Clifton Vakansie court dans les rues de Saint-Laurent, sa ville natale, sur les rives du Maroni, en Guyane. Il court dans un paysage de tôles et de parpaings, en direction de Cayenne et de son aéroport, dont le séparent des fleuves qu’il faudra franchir à la nage, des barrages de gendarmerie, des pistes tracées à travers la forêt. Il court pour l’avenir de sa petite Djayzie, sa fille qui vient de naître, lui qui est à peine un homme. Il court à travers sa peur et des jeunes de son âge tombent autour de lui. Mais plus tu es déchiré, plus les chiens te déchirent, c’est ce qu’on dit. Et Clifton a beau être sous la protection de l’obia, rendu invincible par la magie des Noirs-Marrons, à sa poursuite il y a le major Marcy, un Créole, un originaire comme on dit, colosse né ici qui sait tout des trafics et des hors-la-loi, homme emporté qui n’a pas volé sa réputation de tête brûlée. Et il y a aussi le capitaine Anato, un Ndjuka comme Clifton, un type étrange, aux yeux jaunes, dont personne pas même lui ne sait d’où il vient vraiment. Clifton l’ignore encore, mais dans sa fuite vers l’est il ne va pas tarder à croiser des fantômes. Ceux de la guerre du Suriname. Des fantômes qui tuent encore. Qui ne cessent pas de tuer.

En ranimant les souvenirs de la guerre civile qui provoqua à la fin des années 1980 le passage de milliers de réfugiés sur les rives françaises du Maroni, Colin Niel nous plonge dans une Guyane qui voudrait tout oublier des spectres de cet oppressant passé. Alors qu’au Suriname les gros bonnets de la drogue ont remplacé les Jungle Commando, le destin de trois jeunes hommes va se trouver pris dans le double piège des cartels de la cocaïne et des revenants d’une guérilla perdue.

Prix Quais du Polar / 20 Minutes 2016
Prix Polar Michel Lebrun 2016


Revue de presse

  • « La Guyane, un nouvel eldorado pour le polar ? C’est probable grâce à Colin Niel. (...) N’hésitez pas à vous plonger dans ce palpitant thriller, il vous transportera sur des rives inconnues et fascinantes. » François Lestavel, PARIS MATCH