Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)

Bibliothèque

Le cœur est un muscle fragile

L’École des Loisirs

Simon Peretti, quinze ans et demi, photographe de nuages, amateur de hard métal, d’Erik Satie et d’Eminem, a des centaines d’amis sur Facebook depuis qu’il est devenu le type le plus populaire du lycée. Celui qui a réussi à conquérir la fille la plus mystérieuse du quartier, une terreur, une légende. Nul doute, on les a vus, on les a pris en photo.

Ils veulent tous la connaître, réclament à Simon leur dose d’images et de commentaires. Surtout Léonard et Nessim. Ne se connaissent-ils pas depuis toujours, ne sont-ils pas frères ? Simon refuse d’en dire davantage, protège une histoire qui n’appartient qu’à lui et à la fille qu’il vient de rencontrer. Bientôt, il parlera à ses amis d’enfance, mais pas maintenant.

Pourtant, il suffit d’un week-end pour que le monde de Simon Peretti s’effondre. Pour qu’il assiste, impuissant, à son lynchage numérique. Pire, Léonard et Nessim ne font rien pour arrêter ce carnage.

Comment en sont-ils arrivés là tous les trois et justement ce lundi où il s’apprêtait à leur présenter la fille qu’il aime le plus au monde ?

Le jour où tout a failli basculer

Le jour où tout a failli basculer

L’École des Loisirs - 2021

Dans mon pays, la Valpaisie, chacun salue à sa manière la Lune et le Soleil. Il y a des Frotte-Oreilles comme mon ami Navid, des Plumes-Jaunes comme mon amie Paloma, des Sur-Un-Pied comme mon amie Suzanne et des C’est-Selon, comme moi, Raymond. Avant les événements qui nous ont tous bouleversés, les différentes salutations à la Lune et au Soleil ne nous avaient jamais empêchés de pique-niquer tous ensemble au bord du fleuve, de tomber amoureux et de participer à toutes les fêtes des uns et des autres. Ma fête préférée, c’est la fête des fleurs, la plus belle, la plus joyeuse, la seule qui débute au coucher du soleil et dure toute la nuit. Et c’est justement quelques jours avant cette fête que commence cette histoire qui a changé ma vie. Trois mois auparavant, j’avais rencontré Suzanne.

Le cœur est un muscle fragile

Le cœur est un muscle fragile

L’École des Loisirs - 2016

Simon Peretti, quinze ans et demi, photographe de nuages, amateur de hard métal, d’Erik Satie et d’Eminem, a des centaines d’amis sur Facebook depuis qu’il est devenu le type le plus populaire du lycée. Celui qui a réussi à conquérir la fille la plus mystérieuse du quartier, une terreur, une légende. Nul doute, on les a vus, on les a pris en photo.

Ils veulent tous la connaître, réclament à Simon leur dose d’images et de commentaires. Surtout Léonard et Nessim. Ne se connaissent-ils pas depuis toujours, ne sont-ils pas frères ? Simon refuse d’en dire davantage, protège une histoire qui n’appartient qu’à lui et à la fille qu’il vient de rencontrer. Bientôt, il parlera à ses amis d’enfance, mais pas maintenant.

Pourtant, il suffit d’un week-end pour que le monde de Simon Peretti s’effondre. Pour qu’il assiste, impuissant, à son lynchage numérique. Pire, Léonard et Nessim ne font rien pour arrêter ce carnage.

Comment en sont-ils arrivés là tous les trois et justement ce lundi où il s’apprêtait à leur présenter la fille qu’il aime le plus au monde ?

L’écriture de l’oralité

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec Seyhmus DAGTEKIN, Brigitte SMADJA, Nathalie PAPIN -

Animé par Julien BISSON

Comment la parole, le souffle, le style, débordent continument la langue, et la gardent vivante, en la recréant. Etre écrivain, quelque soit la langue d’écriture, c’est inventer sa propre langue. Par oralité on peut entendre les contes, récits, légendes qui ont nourri l’imagination populaire, témoignent de sa créativité et sont constitutives en cela des communautés humaines – par opposition pense-t-on parfois à la création savante, écrite, œuvre de créateurs individuels. Mais est-on si sûr que l’une ne nourrit pas l’autre ? Et, au-delà, ne peut-on pas tenir que la littérature (écrite) est cette création paradoxale qui par le rythme, le style, le souffle, réintroduit l’oralité au sein même de l’écrit ?


La traduction, migration d’une langue vers une autre

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec Georgia MAKHLOUF, Brigitte SMADJA, Seyhmus DAGTEKIN -

Animé par Hatem BOURIAL

Comment transposer une œuvre dans une autre langue, une culture étrangère, un imaginaire différent. Rester au plus près de l’œuvre tout en sachant s’en éloigner. Comment traduire ce qui est dit sans être écrit ? Finalement il s’agit de construire une autre œuvre. Langue, traduction, identité, rapport entre les langues dont est fait notre monde. Langue de la tradition, langue du quotidien, langue maternelle, langue, langue de bois et langue du plaisir… nous sommes tous multilingues. Comment pourrions-nous être, à bien y réfléchir, monolingues ? L’œuvre littéraire dit quelque chose qui ne peut être dit autrement – bref, s’affirme intraduisible dans sa propre langue. Paradoxe : elle peut l’être dans une autre ? La traduction, notre langue commune, expérience d’un passage a l’autre ?


L’invention de la langue

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec Néhémy PIERRE-DAHOMEY, Ali BECHEUR, Azza FILALI, Brigitte SMADJA -

Animé par Samia KASSAB

Être écrivain, quelle que soit la langue d’écriture, c’est inventer sa propre langue, sculpter la langue pour lui donner forme et visage. Faire trembler le mot écrit, faire surgir au cœur de l’écrit ce qui fait la force même de l’oralité ? Pouvoir du rythme, présence du souffle, puissance du son, plénitude du silence, aussi : quatre écrivains, pour dire la musique des mots, la capacité de transfiguration de l’imaginaire. Sans les poètes, les écrivains, pour les réveiller sans cesse les mots s’useraient, se banaliseraient, bientôt mourraient…