Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)

Bibliothèque

Voix d’écrivaines francophones

Regain de lecture

Coordonnée par Fawzia Zouari, préface de Youma Fall.
Elles viennent des quatre coins du monde mais elles ont une seule passion, l’écriture. Elles sont issues de diverses cultures mais elles ont choisi de s’exprimer publiquement dans une seule langue, le français. Elles s’estiment libres de toute obédience mais elles ont accepté de faire partie du Parlement des écrivaines francophones, une plate-forme inédite destinée à faire entendre la voix des femmes auteures. Ce livre présente quelques unes d’entre-elles en retraçant brièvement leur parcours et en donnant à découvrir leurs œuvres.

Marie-Rose Obomo-Maurin, Maram Al-Masri, Ysiaka Anam, Safiatou Ba, Emna Belhaj Yahia, Nassira Belloula, Sophie Bessis, Tanella Boni, Chahla Chafiq, Sonia Chamkhi, Miniya Chatterji, Bettina de Cosnac, Catherine Cusset, Nafissatou Dia Diouf, Suzanne Dracius, Rocío Durán-Barba, Alicia Dujovne Ortiz, Sedef Ecer, Lise Gauvin, Laurence Gavron, Flore Hazoumé, Françoise James Ousénie, Fatou Keïta Fatoumata Keïta Dora (Carpenter-)Latiri Liliana Lazar, Sylvie Le Clech, Catherine Le Pelletier, Madeleine Monette, Marie-Soeurette Mathieu, Hala Moughanie, Cécile Oumhani, Émeline Pierre, Gisèle Pineau, Michèle Rakotoson, Édith Serotte, Shumona Sinha, Leila Slimani, Élizabeth Tchoungui, Audrée Wilhelmy, Hyam Yared, Fawzia Zouari

Voix d'écrivaines francophones

Voix d’écrivaines francophones

Regain de lecture - 2019

Coordonnée par Fawzia Zouari, préface de Youma Fall.
Elles viennent des quatre coins du monde mais elles ont une seule passion, l’écriture. Elles sont issues de diverses cultures mais elles ont choisi de s’exprimer publiquement dans une seule langue, le français. Elles s’estiment libres de toute obédience mais elles ont accepté de faire partie du Parlement des écrivaines francophones, une plate-forme inédite destinée à faire entendre la voix des femmes auteures. Ce livre présente quelques unes d’entre-elles en retraçant brièvement leur parcours et en donnant à découvrir leurs œuvres.

Marie-Rose Obomo-Maurin, Maram Al-Masri, Ysiaka Anam, Safiatou Ba, Emna Belhaj Yahia, Nassira Belloula, Sophie Bessis, Tanella Boni, Chahla Chafiq, Sonia Chamkhi, Miniya Chatterji, Bettina de Cosnac, Catherine Cusset, Nafissatou Dia Diouf, Suzanne Dracius, Rocío Durán-Barba, Alicia Dujovne Ortiz, Sedef Ecer, Lise Gauvin, Laurence Gavron, Flore Hazoumé, Françoise James Ousénie, Fatou Keïta Fatoumata Keïta Dora (Carpenter-)Latiri Liliana Lazar, Sylvie Le Clech, Catherine Le Pelletier, Madeleine Monette, Marie-Soeurette Mathieu, Hala Moughanie, Cécile Oumhani, Émeline Pierre, Gisèle Pineau, Michèle Rakotoson, Édith Serotte, Shumona Sinha, Leila Slimani, Élizabeth Tchoungui, Audrée Wilhelmy, Hyam Yared, Fawzia Zouari

Valentine d'Arabie : La nièce oubliée de Lamartine

Valentine d’Arabie : La nièce oubliée de Lamartine

Le Rocher - 2020

Arrière-petite-nièce de Lamartine, d’un anticonformiste aussi affiché dans ses publications et ses chorégraphies que dans sa vie privée, elle fut l’égérie de l’avant-garde artistique et littéraire de la Belle Époque. La beauté et les provocations de Valentine de Saint-Point, tout comme ses liaisons illustres, lui offrirent l’image d’une scandaleuse à la mode. Elle posa pour Mucha et Rodin, Satie et Ravel mirent en musique ses vers. Apollinaire, Stravinski, Picabia, Chagall, Léger, Sonia et Robert Delaunay fréquentèrent son salon.

Mais la Grande Guerre fut pour cette idéaliste effrontée une prise de conscience du matérialisme et de la violence du monde occidental. Convertie à l’islam, elle s’installa au Caire, devint intime de René Guénon et fut l’une des premières voix européennes à dénoncer la colonisation et à militer pour l’indépendance des pays arabes. Dérangeante, combattue de tous les côtés, elle mourra dans la misère et l’anonymat.

Sa vie passionnante, sa pensée avant-gardiste et son parcours à la Lawrence d’Arabie méritent d’être redécouverts.


Le Corps de ma mère

Le Corps de ma mère

Joëlle Losfeld Editons - 2016

Il aura fallu le déclenchement de la révolution du Jasmin, en Tunisie, pour que la narratrice se décide à écrire sur sa mère. Elle revient sur ce printemps 2007, quand, au chevet de sa maman malade, elle n’a qu’une envie : percer l’énigme de cette femme rétive aux confidences et à la tendresse. S’engage une enquête qui a tout de la chasse au trésor... où l’on apprend que la vie de Yamna était loin de ce qu’en imaginaient ses enfants.

« Fawzia Zouari nous livre un récit familial extraordinaire, shakespearien dans sa trame, son ampleur et son style, dont on ne sort pas indemne. Le lecteur en est averti, le vertige le saisira dès les premières pages, il ne pourra échapper au désir, plein de risques, de tourner son regard sur lui-même et de s’interroger sur l’histoire de sa propre famille. Il lira le récit de Fawzia Zouari autant qu’il fouillera en lui, et de cette mise en parallèle sourdra un irrépressible malaise. »
Boualem Sansal.


Je ne suis pas Diam's

Je ne suis pas Diam’s

Stock - 2015

"Je ne suis pas Diam’s. Ni par la naissance, ni par le parcours, ni par la conception de l’islam. J’ai vu le jour en Tunisie, dans un petit village où mon père avait le titre de "cheikh" qui lui conférait une autorité religieuse. Ma mère a passé sa vie enfermée derrière les murs de sa maison et je n’ai aperçu sa chevelure que sur son lit de mort. Vers douze ans, mes soeurs aînées ont été interdites d’école et cloîtrées. Je me suis alors promis d’aller jusqu’au bout de mes études et de ne pas me voiler. Toutes les questions qui me tracassaient enfant, voilà que je les repose aujourd’hui à une jeune femme convertie à l’islam qui croit bien faire alors qu’elle me fait mal". Tunisienne, musulmane, Fawzia Zouari s’adresse avec vigueur et respect à la chanteuse Diam’s, qui incarnait une certaine modernité avant de s’exposer de nouveau au public, mais sous le voile. L’auteur s’engage avec passion en faveur d’un islam des Lumières, intégré dans le pays de la laïcité dont elle défend les valeurs.

Que signifie écrire en français aujourd’hui

Théâtre des Jeunes Créateurs - Cafés Littéraires
Avec Kamel DAOUD, Maïssa BEY, Fawzia ZOUARI -

Animé par Maëtte CHANTREL

De son père, instituteur, mort sous la torture de l’armée française pendant la guerre d’Algérie, Maïssa Bey dit avoir reçu en héritage la langue française, qu’il lui a enseigné avant même qu’elle aille à l’école. Ses livres racontent son Algérie natale et plus particulièrement la condition des femmes. Son nouveau roman, Nulle autre voix, se fait le témoignage bouleversant d’une femme qui soigne les maux avec les mots, après avoir commis l’irréparable aux yeux de la société. Chroniqueur engagé, journaliste et écrivain talentueux, la plume de Kamel Daoud suscite de nombreuses réactions parmi ses lecteurs : son discours sur l’Islam dérange car il en condamne les travers de façon cinglante, sans détour. Son dernier livre, il le dédie « Aux femmes qui, dans le monde dit « arabe » ou ailleurs, n’ont pas droit à leur propre corps ». Invité à passer une nuit dans le musée Picasso à l’automne 2017, Kamel Daoud en tire un récit dans lequel il confronte les représentations que peuvent avoir du corps, du désir, de la nudité, de l’amour, du plaisir ou de la liberté, un artiste et un djihadiste. Prix des Cinq Continents en 2016 pour Le corps de ma mère, Fawzia Zouari bâtit à travers romans et essais une œuvre plurielle où se dessine la soif d’émancipation. Elle livre notamment sa vision de la religion musulmane aujourd’hui et questionne le rôle des femmes dans la modernisation nécessaire, affirme-t-elle, de sa religion. Pour elle la langue française est son pays, car le seul pays réel est une langue.


La langue française comme espace d’émancipation

Théâtre de l’Opéra - Grands débats
Avec Azza FILALI, Fawzia ZOUARI, Emna BELHADJ YAHIA, Kamel DAOUD -

Animé par Samia KASSAB

« En ces temps de repli et de rejet, il est important de faire entendre la voix des écrivaines », plaide Fawzia Zouari, présidente du Parlement des écrivaines francophones. La langue française porte aussi en elle des rêves d’ailleurs, ouvre d’autres mondes… Une formidable expérience d’ouverture à l’autre.
Kamel Daoud a appris la langue par lui-même, elle représente pour lui la langue cachée, la langue de la digression et de la dissidence par opposition à l’arabe qui représentait l’autorité. Le français a été un territoire de libération. Quatre auteurs pour dire en quoi la langue française et la littérature ont participé à la construction de soi.

Café littéraire : Leçon de résistance

Avec Fawzia Zouari - Saint-Malo 2016


Avec Fawzia Zouari


Les sociologues sont-ils devenus fous ?

Avec F. ZOUARI, P. BLANCHARD, N. HEINICH, P. BRUCKNER, P. BERMAN - Saint-Malo 2016

Avec F. ZOUARI, P. BLANCHARD, N. HEINICH, P. BRUCKNER, P. BERMAN
Animé par Eduardo CASTILLO


L’Affaire Kamel Daoud

Avec Khadija AL SALAMI, Fawzia ZOUARI, Boualem SANSAL, Paul BERMAN, Malika BOUSSOUF - Saint-Malo 2016


Avec Khadija AL SALAMI, Fawzia ZOUARI, Boualem SANSAL, Paul BERMAN, Malika BOUSSOUF
Animé par Eduardo CASTILLO