Téléchargez le Catalogue 2019
(Fichier PDF - 7 Mo)
Téléchargez la grille horaire
(Fichier PDF - 2.5 Mo)

Dico des invités

SARR Felwine

Sénégal

Restituer le patrimoine africain (Philippe Rey, 2018)

© Antoine Tempé

Agrégé d’économie, co-fondateur avec Boubacar Boris Diop de Jimsaan, la première maison d’édition de Saint-Louis, Felwine Sarr n’écrit pas à la légère : il fait de la littérature une nécessité vitale, œuvre de lumière et de liberté. Après un essai remarquable, Afrotopia, hommage à l’Afrique nouvelle et célébration optimiste de la pensée universelle, il créé à Dakar aux côtés d’Achille M’Bembé les Ateliers de la pensée, dont les actes Écrire l’Afrique-Monde sont publiés en 2018. Aujourd’hui, dans le cadre du projet de restitution du patrimoine africain à l’Afrique et sous la demande du Président Emmanuel Macron, il nous livre un inventaire des collections africaines conservées dans les musées publics français. Ce rapport permet de prendre conscience de l’ampleur des spoliations dont l’Afrique a été victime au cours de l’Histoire et évoque les multiples défis liés à la réappropriation du patrimoine africain.

Né en 1972 à Niodior au Sénégal, il a été enseignant-chercheur à l’Université d’Orléans avant de revenir en 2007 au Sénégal, où il dirige aujourd’hui la faculté d’économie et de gestion de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. En février 2012, il est parmi les leaders du mouvement "Devoir de Résistance", un rassemblement d’universitaires opposés au coup d’État constitutionnel que constituait la candidature du Président sortant Abdoulaye Wade à sa propre réélection. Désireux de faire bouger les lignes au Sénégal, il est également le co-fondateur, avec Boubacar Boris Diop, de la première maison d’édition de Saint-Louis : Jimsaan.

Également musicien et guitariste, ce brillant touche-à-tout évite les poses, les postures, et les faux-semblants. Contre le bavardage, Felwine Sarr s’emploie à « plonger sa plume au plus profond de soi » cherchant à toucher à l’essentiel de l’expérience humaine.

En 2009, c’est en appelant au Jihad que Felwine Sarr entre en littérature... Non pas à la guerre sainte mais au véritable Jihad, "effort intense" selon le sens premier mais moins connu du Coran, qui est d’abord une guerre contre soi-même, contre sa propre part d’ombre. Son premier texte, Dahij n’est pas un essai, une autobiographie, un roman ou un poème mais tout ça à la fois. C’est “une guerre intérieure. Un jihad pour sortir de soi-même, de ma race, de mon sexe, de ma religion, de mes déterminations.” Avec Dahij, il partage son cheminement intellectuel en rendant hommage à ses écrivains fétiches : « voilà les phares qui ont éclairé mes nuits, voici ceux qui, par une opération de transmigration derrière la paroi d’un texte, m’ont transmis force et lumière. Je me suis incorporé leurs mots, et ils sont devenus de la vie en moi ».

Il reprend en 2012 le jihad intérieur dans ses Méditations africaines, recueil d’aphorismes lumineux préfacé par le grand philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne.

En mars 2016, l’auteur nous offre un nouvel ouvrage, Afrotopia, essai résolument optimiste et ode à l’Afrique. Une réelle contribution à la pensée universelle qui donne les pistes d’une Afrique nouvelle et autonome, riche de son histoire et prête à assumer et porter son avenir, face au monde. La même année, il organise avec Achille M’Bembé la toute première édition des Ateliers de la pensée, à Dakar et Saint-Louis, réunion d’artistes, universitaires, intellectuels d’Afrique et de la diaspora. Des rencontres pour réfléchir à la fois à la place de l’Afrique, aux réponses qu’elle peut apporter aux défis contemporains en ces temps d’ouverture et d’enfermement, mais aussi aux formes de la création et la pensée Afro-diasporique. Les actes de ces Ateliers, dont la 2e édition a eu lieu en octobre 2017, ont été publiés dans un ouvrage collectif, Écrire l’Afrique-Monde.

Dans la juste lignée d’Afrotopia, il signe l’essai Habiter le monde. Il y fait le constat des défis auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés : une triple crise, à la fois écologique, économique et politique ; et nous invite surtout à l’action, en proposant de nouvelles façons d’habiter le monde, dans le respect des autres et de notre environnement. Un essai de politique relationnelle dont il met la pensée en pratique dans le recueil Ishidenshin, de mon âme à ton âme, magnifique invitation à habiter le monde ensemble, par-delà les différences culturelles, géographiques ou temporelles. Il participe également au recueil Osons la Fraternité, coordonné par Michel Le Bris et Patrick Chamoiseau en soutien au GISTI (Groupe d’Information et de Soutien aux Immigrés).

En novembre 2017, à Ouagadougou, le Président Emmanuel Macron a déclaré souhaiter que « d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ». Il a ensuite commandé à Felwine Sarr et Bénédicte Savoy un "Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain", qui lui a été remis le 23 novembre 2018. C’est ce même rapport que nous livre aujourd’hui l’universitaire aux éditions Philippe Rey. Avec l’historienne de l’art Bénédicte Savoy, il dresse un inventaire des collections africaines conservées dans les musées publics français. Ce projet de restitution concerne également les documents photographiques, cinématographiques et sonores, et prend en compte les enjeux de la numérisation. Cet ouvrage permet de prendre conscience de l’ampleur des spoliations dont l’Afrique a été victime au cours de l’Histoire et évoque les multiples défis liés à la réappropriation du patrimoine africain.


Découvrir le travail musical de Felwine Sarr sur son myspace


Bibliographie

  • Restituer le patrimoine africain (Philippe Rey, 2018)
  • Osons la Fraternité !, collectif (Philippe Rey, 2018)
  • Écrire l’Afrique-Monde, collectif (Philippe Rey, 2017)
  • Habiter le monde. Essai de politique relationnelle (Mémoire d’Encrier, 2017)
  • Ishidenshin. De mon âme à ton âme (Mémoire d’Encrier, 2017)
  • Afrotopia (Philippe Rey, 2016)
  • Méditations africaines (Mémoire d’encrier, 2012)
  • 105, rue Carnot (Mémoire d’encrier, 2011)
  • Dahij (Gallimard, 2009)

Discographie :

  • Bassaï (2007)
  • Les mots du récit (2005)
  • Civilisation ou barbarie (2000)
Restituer le patrimoine africain

Restituer le patrimoine africain

Philippe Rey - 2018

Les guerres ont toujours entraîné des spoliations d’objets et de trésors au détriment des pays vaincus. La France quant à elle a été particulièrement active au cours de ses conquêtes coloniales au xixe siècle. Dès cette époque, de prestigieuses voix s’élèvent en Europe pour condamner ce que la prétendue " civilisation " inflige à la " barbarie ". Victor Hugo " espère qu’un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée " renverra ses butins.

On compte actuellement dans les collections publiques françaises au moins 88 000 objets provenant de l’Afrique subsaharienne. Malgré de nombreuses réclamations de pays africains depuis les indépendances, l’État français n’a pas jugé bon d’évoluer sur cette question, arguant de l’inaliénabilité du patrimoine national. Jusqu’au discours du 28 novembre 2017 du président Emmanuel Macron à Ouagadougou, qui annonça la mise en œuvre dans un délai de cinq ans de " restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique ". Il confia alors à Felwine Sarr et Bénédicte Savoy la mission de consulter les spécialistes en Afrique et en France, et de mener une large réflexion sur ce sujet. Le fruit de cette mission est le présent ouvrage, qui reprend le contenu du rapport remis le 23 novembre 2018 au président de la République.

Il raconte les spoliations à travers l’histoire mondiale, évalue la part de la France, dresse un premier inventaire des œuvres spoliées, fait le récit des tentatives des pays africains pour se réapproprier leur patrimoine, analyse les questions juridiques qui se posent, et énonce un certain nombre de recommandations pratiques pour la mise en œuvre des restitutions, un des chantiers les plus audacieux de ce XXIe siècle.
Un ouvrage passionnant, qui fera date. Car le mouvement de restitution du patrimoine vise non seulement à redonner accès aux Africains à leurs œuvres, mais aussi à fonder une nouvelle ère dans les relations entre l’Afrique et la France, à écrire une nouvelle page d’histoire partagée et pacifiée.


  • « Les deux auteurs ont rencontré une centaine d’experts (directeurs de musées, juristes, historiens...), et se sont rendus au Sénégal, au Mali, au Cameroun ainsi qu’au Bénin. Leurs recherches se sont concentrées sur l’Afrique Subsaharienne, principale concernée par les pillages et les spoliations à l’époque coloniale. Selon les experts, 90% du patrimoine historique africain aurait été "emporté" en France à partir du milieu du dix-neuvième siècle. » La Croix
  • « Comment s’organiserait, concrètement, ce retour des biens culturels africains ? Bénédicte Savoy et Felwine Sarr proposent de définir, dans l’année qui vient, entre les parties concernées, une méthodologie des restitutions, avec un calendrier donnant la priorité aux objets réclamés par les pays déjà prêts à leur accueil dans de bonnes conditions. » L’Humanité
  • « À qui rendre ? Comment ? Combien ? Les préconisations des deux intellectuels sont radicales. » Télérama
Ishindenshin. De mon âme à ton âme

Ishindenshin. De mon âme à ton âme

Mémoire d’Encrier - 2017

M’adresser au coeur, à l’âme et à l’esprit de l’Homme. Lui conter ma souffrance et ma beauté, sans oppression ni viol. Mon viatique n’est point une conquête. Le paradis est en moi et les soubresauts de mon âme m’y mènent. Mon métier : exhiber mon âme pour vous rappeler à sa nostalgie. Être, m’apposer. Être simplement.

Ishindenshin, de mon âme à ton âme rassemble la pièce de théâtre « Sur la barrière », des poèmes, des textes de chansons, et l’essai « Pourquoi je suis poète ! La tentation d’être ». Ce recueil hybride témoigne des multiples facettes de l’œuvre de Felwine Sarr qui se retrouve au carrefour des formes, des genres et des savoirs.


Revue de presse

  • “Recueil parsemé, selon les contextes, de mots en wolof aussi bien qu’en kinyarwanda, cette œuvre nous invite à une communion durable pour mieux habiter ce monde, plus que jamais, ensemble.” (Amiante Aidara, Africultures)

Habiter le monde. Essai de politique relationnelle

Habiter le monde. Essai de politique relationnelle

Mémoire d’Encrier - 2017

Habiter le monde, c’est se concevoir comme appartenant à un espace plus large que son groupe ethnique, sa nation… c’est pleinement habiter les histoires et les richesses des cultures plurielles de l’humanité. 
Repenser notre présence au monde est le défi de notre époque. Cet essai de politique relationnelle invite à renouveler les imaginaires de la relation que nous établissons avec nos semblables et le vivant. L’auteur y appelle à une réinvention du politique et du langage afin d’habiter l’infini du monde.


Revue de presse

  • “L’auteur d’Afrotopia poursuit ainsi son travail d’écriture et de réflexion autour de la manière d’être et d’habiter son espace et son temps.” (Aminata Aidara, Africultures)

Écrire l'Afrique-Monde

Écrire l’Afrique-Monde

Philippe Rey - 2017

En ce début de siècle, l’Afrique apparaît comme l’un des théâtres principaux où se jouera l’avenir de la planète. Pour ses habitants et ses diasporas – tous ceux qui pendant longtemps ont été pris dans les rets du regard conquérant d’autrui –, le moment est propice de relancer le projet d’une pensée critique, confiante en sa propre parole, capable d’anticiper et de créer des chemins nouveaux à la mesure des défis de notre époque. 
Il nous a semblé qu’il fallait inventer une plate-forme libre, qui favorisât l’énonciation d’une parole plurielle, ouverte sur le large. C’est pour cette raison que s’est tenue du 28 au 31 octobre 2016 à Dakar et à Saint-Louis- du-Sénégal la première édition des Ateliers de la pensée. Une trentaine d’intellectuels et d’artistes du Continent et de ses diasporas se sont réunis pour réfléchir sur le présent et les devenirs d’une Afrique au cœur des transformations du monde contemporain. 
Leurs textes, présentés dans cet ouvrage, traitent de questions liées à la décolonialité, à l’élaboration d’utopies sociales, à la condition planétaire de la question africaine, à la quête de nouvelles formes de production du politique, de l’économique et du social, à l’articulation de l’universel et du singulier, à la littérature et à l’art, à la reconstruction de l’estime de soi, à la pensée de l’en-commun… Des regards croisés qui éclairent d’un jour nouveau les enjeux d’une Afrique en pleine mutation, ouverte à l’univers de la pluralité et des larges. 
Ce livre est un appel général et pressant à reprendre de vieux combats jamais clos et à en engager d’autres qu’appellent les temps nouveaux.
Achille Mbembe et Felwine Sarr.


Revue de presse

  • “Ecrire l’Afrique-Monde est un ouvrage majeur qui sera discuté plusieurs décennies encore, au même titre que la première session des Ateliers qui l’ont fécondé.” (Hamidou Anne, Africultures)

Afrotopia

Afrotopia

Philippe Rey - 2016

L’Afrique n’a personne à rattraper. Elle ne doit plus courir sur les sentiers qu’on lui indique, mais marcher prestement sur le chemin qu’elle se sera choisi. Son statut de fille aînée de l’humanité requiert d’elle de s’extraire de la compétition, de cet âge infantile où les nations se toisent pour savoir qui a accumulé le plus de richesses, de cette course effrénée et irresponsable qui met en danger les conditions sociales et naturelles de la vie.
Sa seule urgence est d’être à la hauteur de ses potentialités. Il lui faut achever sa décolonisation par une rencontre féconde avec elle-même. Dans trente-cinq ans, sa population représentera le quart de celle du globe. Elle en constituera la force vive. Un poids démographique et une vitalité qui feront pencher les équilibres sociaux, politiques, économiques et culturels de la planète. Et pour être cette force motrice, positive, il lui faut accomplir une profonde révolution culturelle avant d’accoucher de l’inédit dont elle est porteuse.
Elle doit participer à bâtir une civilisation plus consciente, plus soucieuse de l’équilibre entre les différents ordres, du bien commun, de la dignité.
Ce livre est un acte de foi de cette utopie active : une Afrique qui contribue à porter l’humanité à un autre palier.


Revue de presse :

  • « L’essai coup de poing de Felwine Sarr fustige l’héritage de la colonisation et incite le continent noir à inventer ses propres modèles de société. »
    Les Inrocks
  • « Refusant la nostalgie d’un passé traditionnel mais cherchant à construire un futur ancré dans les cultures locales, l’essayiste sénégalais dénonce l’aliénation intellectuelle des élites qui pensent le continent à l’aune du modèle occidental. »
    Jeune Afrique
  • « Dans trente-cinq ans, la population africaine représentera le quart du globe. Comment ce changement démographique influera-t-il sur les équilibres sociaux, politiques, économiques et culturels de la planète ? Les Africains parviendront-ils se réapproprier les discours sur l’Afrique ? »
    émission à écouter sur France Culture en présence de l’auteur
  • Felwine Sarr présente Afrotopia

Méditations Africaines

Mémoire d’Encrier - 2012

Méditations Africaines Dans les bras du fleuve de Saint-Louis du Sénégal, un être pense lentement au fil de l’eau, ruminant mot après mot, phrase après phrase ; et l’existence se confond avec le fleuve, tout coule alors en pensées et en actions. C’est à cet exercice de méditation et de parole que nous convie Felwine Sarr. L’ouvrage Méditations africaines est en ce sens un livre atypique : une flânerie dans les autres livres, dans les grandes et petites idées qui nous interpellent. Une suite de formes brèves, si concises et lumineuses que l’on oublie et l’acte de lire et celui de penser. On accepte la promenade et on traverse encore le fleuve pour mieux voir le monde. En plus de cette plongée dans le savoir-faire et le savoir-vivre africain, on retrouve dans ces Méditations un savoir-être passionnant. Un véritable plaidoyer pour une Afrique intériorisée et vraie. L’ouvrage Méditations africaines est un livre d’aphorismes et de sagesses africaines : une flânerie dans les autres livres, dans les grandes et petites idées qui nous interpellent. Une suite de formes brèves, si concises et lumineuses que l’on oublie et l’acte de lire et celui de penser. On accepte la promenade et on traverse encore le fleuve pour mieux voir le monde. Dans les bras du fleuve de Saint-Louis du Sénégal, un être pense lentement au fil de l’eau, ruminant mot après mot, phrase après phrase ; et l’existence se confond avec le fleuve, tout coule alors en pensées et en actions. C’est à cet exercice de méditation et de parole que nous convie Felwine Sarr. En plus de cette plongée dans le savoir-faire et le savoir-vivre africain, on retrouve dans ces Méditations un savoir-être passionnant. Un véritable plaidoyer pour une Afrique intériorisée et vraie. Avec une préface du philosophe Souleymane Bachir Diagne.


105 rue carnot

Mémoire d’Encrier - 2011

Dahij

Dahij

Gallimard - 2009

« Ce livre est un jihad. Une guerre intérieure. Un jihad pour sortir de soi-même, de ma race, de mon sexe, de ma religion, de mes déterminations. Un jihad pour aller vers moi-même. C’est un désir de naissance, donc de mort. Exister par ma volonté de vie, comme Ptah l’émergent. Ce livre, c’est le mot qui déborde. Celui que je ne contiens plus. Celui que n’étouffent pas mes préoccupations quotidiennes. Ce mot qui résiste au trajet du tram, à la journée de travail, à la prose quotidienne, aux vicissitudes quotidiennes. Écrire comme par débordement, comme par excès. Ce mot qui survit. Ce qui résiste à l’assignation au temps social, à la confiscation du présent, à la dilapidation du temps, à la résignation, à la fatigue, à l’abdication, à la mort lente. Ces mots rescapés qui se tiennent la main pour résister à la prochaine bourrasque. Ce livre est une promesse tenue. Une potentialité qui finit par advenir. Un postmaturé, un tard né. Ce livre, ce n’est pas Zugafar, l’épée à deux têtes d’Ali qui tranche les têtes des infidèles à la bataille de Badr. Ce n’est pas non plus une confession, car il n’y a rien à avouer. C’est un combat spirituel. Pas celui que mènent les anachorètes ni les ascètes. Il ne vise pas à libérer l’âme du corps, l’esprit de la chair. Il est tentative de "posséder la vérité dans une âme et un corps". Ce livre est une kalachnikov. L’arme du désir de liberté. Celle qui envoie des rafales contre le tank social. Contre ses chenilles qui aplatissent, nivellent et asservissent les corps et les esprits. »

Dépasser les traumas de l’Histoire

Avec Pascal Blanchard, Felwine Sarr, Abd Al Malik, Patrick Chamoiseau, Wilfried N’Sondé, Jean-Marc Ayrault - Saint-Malo 2018

Après la projection du documentaire Sauvages. Au cœur des zoos humains.
Avec Pascal Blanchard, Felwine Sarr, Abd Al Malik, Patrick Chamoiseau, Wilfried N’Sondé et Jean-Marc Ayrault.
Animé par Yann Nicol.


Habiter le monde

Avec Felwine Sarr, Kossi Efoui, Anna Moï et Hubert Haddad - Saint-Malo 2018

Avec Felwine Sarr, Kossi Efoui, Hubert Haddad et Anna Moï.
Rencontre animée par Yann Nicol.


Habiter la frontière

avec Pascal Blanchard, Felwine Sarr, Jean Viard, Cédric Herrou et J.-M G Le Clézio - Saint-Malo 2018

Animé par Yann Nicol
Avec Pascal Blanchard, Felwine Sarr, Jean Viard, Cédric Herrou et J.-M G Le Clézio.


Culture et développement

avec Erik Orsenna, Felwine Sarr, Patrick Chamoiseau et Jean-Christophe Rufin - Saint-Malo 2018

Animé par Sophie Ekoué
Avec Erik Orsenna, Felwine Sarr, Patrick Chamoiseau et Jean-Christophe Rufin.


Nouveau roman africain : entre exil et mégapoles

Nouveau roman africain : entre exil et mégapoles

Saint-Malo 2011

“Pendant presque 40 ans, la littérature africaine a été assignée à résidence.” Felwine Sarr

Les écrivains Felwine Sarr et Sami Tchak dialoguent avec le politologue Achille Mbembe. La littérature du continent est-elle à la hauteur de l’Afrique qui naît ? . Présenté par Jean-Claude Le Brun. (1h)
 


Pour le plaisir des mots

Saint-Malo 2011

Avec le collectif 129H, Amkoullel, Jean-Pierre Verheggen, Felwine Sarr, Wilfried N’Sondé


Pour un dictionnaire unique des langues françaises

Saint-Malo 2011

Avec Jean-Pierre VERHEGGEN , Emmelie PROPHÈTE, Rodney SAINT-ELOI, Felwine SARR. Un débat animé par Géraldine Delauney

Programme


Samedi

14h30
Qu’est-ce qui nous arrive ?
Théâtre Chateaubriand

Invités : SARR Felwine, TEMELKURAN Ece, DELMAS-MARTY Mireille, WEITZMANN Marc


16h05
Signatures

17h30
La construction de soi
Magic Mirror 2 - Grands débats

Invités : SARR Felwine, ORLEV Itamar, WILLIAMS Thomas C., VERZEMNIEKS Inara


19h05
Signatures
 

Dimanche

10h00
Entre mémoire et Histoire, une relation à construire
CCI - Salle La Petite Hermine

Invités : BLANCHARD Pascal, SARR Felwine, JENNI Alexis, DIOP David


15h45
Signatures

17h45
Un monde en crise
Magic Mirror 2 - Grands débats

Invités : SARR Felwine, DIAGNE Souleymane Bachir, AGIER Michel


19h00
Signatures