Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)

Dico des invités depuis 1990

VIOTTE Michel

France

Les Autres Hommes (Arte France, 2006) / Maori (Per Diem Films, 2011)

Biographie

Ayant exercé différents postes dans l’audiovisuel (opérateur de prises de vues, monteur, producteur), Michel Viotte est le réalisateur de nombreux films documentaires abordant des genres très différents, portant principalement sur l’aventure, la découverte, la mémoire et la création artistique (qu’elle soit picturale, littéraire, cinématographique ou musicale).
Il a tourné dans de nombreuses régions du monde : Canada (Colombie Britannique, Alberta, Yukon), Afrique (Burkina Faso, Kenya, Tanzanie), Amérique Centrale et Caraïbes (Bahamas, Porto Rico, Costa Rica, Haïti, Mexique, Antilles françaises), Europe, Australie, Groenland …
Il est un spécialiste des Etats-Unis, où il a tourné de nombreuses fois (Alaska, Washington DC, New York, Massachussetts, Arizona, Utah, Illinois, Californie, Floride, Washington State, Kansas, Montana, Mississippi, Louisiane).
Ayant acquis une grande expérience de l’utilisation des archives audiovisuelles, il est familier du fonctionnement de nombreuses sources telles que l’INA, le British Film Institute, la Bundesarchiv, le NARA, le Library of Congress, le Smithonian Institute…
En documentaire, Michel Viotte a travaillé avec la plupart des chaînes françaises (ainsi que différentes chaînes étrangères), mais ses collaborations les plus fréquentes sont avec la chaîne ARTE pour laquelle il a conçu un grand nombre de soirées THEMA et avec France Télévision.
Il développe également depuis quelques années des projets de fiction, en écriture et en réalisation.


Filmographie sélective :

  • Maori (Per Diem Films, 2011)
  • La Route du Blues (2 épisodes) (2010)
  • Jean Malaurie, une passion arctique (2010)
  • Les Autres Hommes (Arte France, 2006, 65’)
  • Gérard Philipe : un homme, pas un ange (2003)
  • Caméras Sauvages (2003)
  • De Superman à Spider-man : l’aventure des Super-héros (2001)
  • Jean Gabin : Gueule d’amour (2001)
  • Les amants de l’aventure (1999)

Synopsis de Maori :

Le film propose une immersion dans la société maorie contemporaine de Nouvelle-Zélande, dans sa diversité.
Il rappelle les grandes lignes de l’histoire de ce peuple, de ses origines polynésiennes au renouveau culturel amorcé dans la deuxième moitié du XXe siècle. Il fait également découvrir son extraordinaire patrimoine artistique : sculpture sur bois (wakas – pirogues traditionnelles, marae – maisons de réunion) ou sur jade (pounamu), Ta Moko (art du tatouage), chants et danses (haka, poi, karanga).
Tourné dans les plus beaux sites de Nouvelle Zélande, le film fait entendre de nombreuses voix maories d’aujourd’hui, dont celles des spécialistes du musée Te Papa Tongarewa de Wellington (Rhonda Paku, Arapata Hakiwai) ou d’artistes contemporains de renom, comme l’écrivain Witi Ihimaera (auteur du célèbre « Paï, the Whale Rider ») et la chanteuse Moana Maniapoto.


Synopsis de Les autres hommes :


Réunissant des images d’archive exceptionnelles, documents scientifiques ou artistiques, M. Viotte retrace l’histoire édifiante du regard porté sur l’"Autre" depuis les descriptions du "bon sauvage" et du "chasseur de têtes" jusqu’aux travaux d’ethnologues comme Marcel Griaule ou Claude Lévi-Strauss qui, au XXe siècle, ont remis en cause bien des préjugés. Il nous remémore les grandes étapes de l’expansion européenne, qui débutèrent avec les conquêtes maritimes du XVe siècle et dont les guerres coloniales du XIXe siècle marquèrent l’apogée. Le cinéma et la photographie ont joué un grand rôle, fixant les ultimes confrontations entre les sociétés traditionnelles et l’Occident triomphant. Devant cette avancée dévastatrice de l’homme blanc, l’Autre devait disparaître ou se soumettre, avant que ne s’amorce une lente évolution des mentalités. Adoptant une position critique et humaniste, ce film interroge avec force la place accordée aujourd’hui aux civilisations et aux arts dits “premiers”.


Synopsis de La Route du Blues

935 miles de Chicago à la Nouvelle-Orléans ! Une bande d’asphalte se déroulant sur toute la hauteur des Etats-Unis et reliant les grands lacs au golfe de Mexico, à travers l’Illinois, le Missouri, le Tennessee, l’Arkansas, le Mississipi et la Louisiane. Un mythe, une histoire de l’Amérique. C’est ce voyage que propose d’entreprendre le film, le long des highways 55 et 61, ou encore sur les rives du Mississipi, vers les sources d’une musique qui, partie de la communauté afro-américaine pour exprimer sa douleur et son appartenance, finit par gagner le monde entier et influencer la plupart des autres genres musicaux.
De Chicago à Memphis. Ladell Mc Lin, un jeune bluesman accompagne le téléspectateur dans un périple tout en musique. C’est à Chicago que commence ce long voyage. Cette ville internationale a attiré nombre de musiciens dès les années 40 : Muddy Waters, Willie Dixon, Buddy Guy,... Aujourd’hui encore, elle propose aux artistes de nombreux lieux où se produire. Plus au sud et sur une rive du Mississipi, Saint-Louis est à la croisée du blues et rock’n roll. Le toujours vivant, Chuck Berry, 80 ans, y est né et se produit encore une fois par mois dans un bar de la ville. Enfin, Memphis est indissociable de l’histoire du blues, avec les nombreuses maisons de disques qui signèrent les légendes du rhythm and blues. La cité est aussi un symbole de l’émancipation des Noirs avec la fin tragique de Martin Luther King au fameux Lorraine Motel. Ce lieu est devenu un musée des Droits civiques.


Synopsis de Jean Malaurie, une passion arctique.

Le parcours de Jean Malaurie est celui d’un scientifique atypique toujours
en marche pour défendre sa grande passion pour le peuple inuits mais pas
seulement.
A plus de 80 ans, il nous raconte avec l’ardeur du découvreur comment il
pris son propre chemin après sa première expédition avec Paul Emile
Victor, comment à 28 ans il fit l’apprentissage des coutumes et du langage
Inuits, établit la cartographie de plus de 300km de côte du Groenland ...
Suivront plus d’une trentaine d’expéditions, dont la plus part en solitaire, il
est fasciné par l’hyper- sensorialité des peuples du Nord et par leur mode
de pensée en accord total avec un environnement si extrême.
Tour à tour, témoin exalté et révolté, il n’a de cesse de mettre en lumière
la philosophie panthéiste du peuple inuit à travers plusieurs ouvrages
majeurs dont « les derniers rois de Thulé ». Il a aussi à son actif un
nombre important de parutions scientifiques et une douzaine de films
documentaires.
En 1955 il fonde la prestigieuse collection « Terre Humaine » qu’il dirige
encore aujourd’hui. A son actif des livres fondamentaux comme « Tristes
tropiques « de Claude-Levi Strauss, « le cheval d’orgueil » de Pierre-
Jakes-Hélias, « Les immémoriaux » de Victor Segalen. Son but reste
toujours identique : donner « des témoignages en faveur des minorités
ethniques, sociales, religieuses, intellectuelles. Autodidactes et savants,
autochtones et grands écrivains pour s’interroger sur les grands faits de
société ». C’est une « entreprise libertaire », hostile à tout terrorisme
intellectuel, un asile pour les livres engagés et libre, un oasis pour des
personnalités de tout bord ».

Il est aussi devenu un personnage incontournable en ce qui concerne
l’avenir des Pôles, enjeu déterminant pour l’avenir de la planète. Il est
actuellement consultant de plusieurs gouvernements (notamment
canadien et groenlandais), ambassadeur des Inuits dans de multiples
colloques internationaux et Président Fondateur de l’Académie Polaire de
St Petersbourg.

Jack London, images d'une vie

Jack London, images d’une vie

(Michel Viotte et Michel Le Bris, Gédéon- France 3, 1995, 45’) -

L’auteur californien Jack London était un symbole de tous les vertus et vices de la société américaine au tournant du siècle. Ses histoires, qu’il tirait de sa propre vie, brève et turbulente, apportaient au roman un réalisme nouveau et faisait de lui l’écrivain à grand succès le plus connu du monde.
Suivi d’une rencontre autour de l’oeuvre et vie de Jack London.


Le temps des Lumières

Le temps des Lumières

(Michel Viotte, Nestor Productions, La Cinquième, 2000, 51’) -

Le 13 février 1895, Auguste et Louis Lumière déposent le brevet du cinématographe. En plus d’un nouveau langage artistique et d’une industrie, ils offrent ainsi au XXe siècle naissant l’instrument de sa mémoire, qui fixera à jamais la marche du progrès.
Photographe confirmé, Louis Lumière réalise lui-même les premiers films de l’histoire du cinéma, puis forme différents opérateurs que l’entreprise familiale envoie aux quatre coins de la planète réaliser un catalogue de près de 1500 films.
Mais si le cinématographe reste leur invention la plus connue, les deux frères Lumière effectuèrent de nombreuses autres découvertes, ne cessant jamais de se soumettre l’avancée de leurs travaux respectifs.
Auguste se passionna pour la recherche médicale, tandis que Louis, concentra l’essentiel de ses travaux sur la photographie et le cinéma.
Le Temps des Lumière retrace le parcours de ces deux personnages singuliers, qui, selon leurs propres termes, passèrent leur vie à "s’amuser à inventer".


Les anges noirs de l'Utopie

Les anges noirs de l’Utopie

(Michel Viotte et Michel Le Bris, Nestor Productions, La Sept ARTE, 1997, 50’) -

L’extraordinaire épopée de la piraterie caraïbe du XVIIe siècle : des personnages à la réputation sanglante, des brutes féroces détruisant tout sur leur passage, mais aussi des révoltés, dressés contre l’injustice, désireux de s’affirmer comme alternative à la société.


Martin et Osa Johnson ; les amants de l'aventure

Martin et Osa Johnson ; les amants de l’aventure

(Michel Viotte et Michel Le Bris, Nestor Productions, La Sept ARTE, 1999, 80’) -

Martin Johnson (1884-1937) fut un des pionniers du cinéma documentaire et de la photographie de la vie sauvage. En compagnie de sa femme Osa (1894-1953), devenue à la fois sa partenaire et l’héroïne de ses films, sa vie fut un véritable roman digne des plus grands aventuriers.

Chasseurs d’images hors du commun, les Johnson explorèrent tout d’abord les mers du Sud, sur les traces de Jack London, à la recherche des cannibales et des chasseurs de tête.

Puis, commandités par le Musée d’Histoire Naturelle de New York, ils saisirent pendant près de quinze ans, au mépris du danger, des milliers d’images extraordinaires des splendeurs de l’Afrique sauvage. Ils réalisèrent ainsi les premiers films sur le roi des animaux, sur les pygmées de la forêt d’Ituri, les premières prises de vues aériennes du mont Kenya et du Kilimandjaro…

"Les Amants de l’Aventure" retrace la vie incroyable de Martin et Osa Johnson, qui, dans la première moitié du XXe siècle, permirent à des millions d’américains de s’ouvrir à l’inconnu.


Les anges noirs de l'utopie

Les anges noirs de l’utopie

(Michel Le Bris et Michel Viotte, Nestor / ARTE France, 1996, 52’) -

Les pirates... Des personnages souvent terribles, de véritables monstres, que, pourtant, toute une mythologie rend fascinants. Barbe Noire, Rackham Le Rouge, Francis Drake, où s’arrête l’histoire et où commence la légende ?
Présents à toutes les époques et sur toutes les mers du globe, ils connaîtront leur âge d’or au XVIIème siècle, aux Antilles, dans la mer des Caraïbes et le golfe du Mexique. La piraterie s’est, au fil des années, organisée et est devenue une véritable société parallèle égalitaire.
C’est l’extraordinaire épopée de la piraterie Caraïbe que le film propose de revivre.


Louons maintenant les grands hommes

Louons maintenant les grands hommes

(Michel Viotte, Néria Productions / France 5, 2004, 52’) -

En 1972, Terre humaine publiait un ouvrage bouleversant sur les petits Blancs du Sud. Retour sur la genèse d’un livre-culte, pour le cinquantenaire de la collection fondée par l’ethnologue Jean Malaurie. Cet excellent documentaire de Michel Viotte s’inspire du livre de James Agee et Walker Evans, dont la collection Terre humaine a publié en 1972 la première traduction, prélude à une carrière internationale. Depuis la parution des deux premiers titres en 1955, les Derniers Rois de Thulé, de Jean Malaurie lui-même, et Tristes Tropiques, de Claude Lévi-Strauss, chaque ouvrage a servi d’instrument pour la défense des minorités contre le mépris et l’injustice, le but étant d’exprimer le témoignage le plus véridique sur une société ou un groupe humain, d’atteindre au noyau dur de l’Esquimau, du Bédouin, du petit Blanc de l’Alabama ou de la coiffeuse japonaise. Définie par Jacques Lacarrière comme un melting-pot de toutes les expériences et les regards possibles, Terre humaine a donné la parole à des chercheurs illustres et à de parfaits inconnus. Tous, outre le souci de rendre compte de l’essentiel, ont en commun avec le fondateur de la collection dont on fête aujourd’hui le cinquantenaire un fort caractère.


De Superman à Spiderman

De Superman à Spiderman

(Michel Viotte, Kalamazoo International / Arte France / Ideacom / 13ème Rue, 2001, 100’) -


Batman, Spiderman et les autres racontés par les plus grands créateurs. Comment les super-héros de papier sont devenus une vraie mythologie de notre temps. Mutants, demi-dieux, vengeurs masqués ou extraterrestres, les super-héros sont différents, extrêmes. Ils cristallisent nos peurs, mais aussi nos idéaux. Nés entre la grande dépression et la Seconde Guerre mondiale, ils ont d’abord colonisé les comics (bandes dessinées) puis les feuilletons radio et enfin le cinéma et la télévision, jusqu’à devenir une véritable industrie. L’Amérique du XXe siècle a engendré avec eux son propre Olympe. Dans un New York de papier, les créateurs revisitent les grands thèmes de la mythologie. Superman, Batman et Spiderman sont des héros urbains, générés par la jungle des villes et les névroses du monde moderne. Plaçant leurs pouvoirs surnaturels au service d’un destin collectif, ils constituent à la fois un formidable univers de fiction et d’évasion et un véhicule de propagande pour les valeurs de l’Amérique.

A la rencontre des autres hommes

La compagnie des Indes - 2006

À la rencontre des autres hommes Grande figure de la recherche polaire française avec une oeuvre scientifique considérable au CNRS et à l’EHESS, Directeur-fondateur de la célèbre collection Terre Humaine aux éditions Plon, le parcours de Jean Malaurie est celui d’un scientifique atypique, toujours en marche pour défendre sa passion pour les espaces du Grand Nord et la civilisation inuit. Il évoque pour nous, au Groenland et dans son domicile parisien, les événements majeurs d’une vie riche en péripéties, du Groenland à la Sibérie.

Rencontre avec Michel Viotte autour de son film “Jean Malaurie : une passion arctique”

Saint-Malo 2010
Avec Michel VIOTTE. Animé par Pascal Dibie.