ROBIN Titi

France

Je t’ai bue sans sucre, mon amertume (Riveneuve, 2019)

Multi-instrumentiste, compositeur, improvisateur et poète, il enregistre son répertoire en Europe mais également en Inde, en Turquie et au Maroc. Sa musique aux influences européennes, gitanes et orientales fait le tour du monde et séduit par son originalité. Sa quête d’harmonie entre des cultures de différents horizons fait de lui un « musicien voyageur » à part entière. Alors que la poésie a toujours été au cœur de son art musical, il nous livre aujourd’hui son premier recueil de poèmes. Imprégné d’émotions et d’effluves méditerranéennes, cet ouvrage au style épuré promet de nous surprendre.

Titi Robin a construit très tôt un univers musical unique, inspiré des cultures gitanes d’Inde, d’Europe de l’Est ou encore d’Espagne. Sa quête d’harmonie entre des cultures de différents horizons fait de lui un « musicien voyageur » à part entière. Sa musique s’est notamment construite à travers l’admiration qu’il porte au cantaor flamenco Camaron de la Isla et au maître irakien du ‘oud, Munir Bachir.

C’est à l’aube des années 1980 qu’il effectue ses débuts sur la scène des musiques du monde, se produisant (à la guitare, au ‘oud et au bouzouq) en duo avec Hameed Khan, joueur de tablâ indien originaire de Jaipur. En 1987, il crée le groupe « Johnny Michto », qui mêle rythmique berbère marocaine, bouzouq électrifié, basse, clarinettes et cornemuses. Il fonde ensuite « Trio Erik Marchand » avec Hameed Khan et Erik Marchand, chanteur traditionnel breton. Ensemble, ils sortent le disque Les Trois Frères au tout début des années 1990.

Alors que le nom de Titi Robin devient peu à peu un incontournable de la scène internationale des musiques du monde, ses disques (Le Regard Nu, Payo Michto, Kali Gadji ou encore Un ciel de cuivre) connaissent un succès retentissant. La vie artistique de Titi Robin est marquée, tout au long de sa carrière, par de multiples collaborations dans le cadre de ses enregistrements discographiques mais aussi de ses productions scéniques.

En 2008 sort Kali Sultana, l’ombre du ghazal, un album-fleuve qui se traduit par une épopée scénique de deux heures dans l’ombre de Kali Sultana, reine noire qui symbolise la quête infinie de la beauté et de l’amour.

C’est en novembre 2011 que paraît le fabuleux triptyque Les rives, projet de longue haleine qui lui tient particulièrement à cœur. Il enregistre en effet un disque en Inde, en Turquie et au Maroc avec des musiciens locaux, produit par des maisons de disques locales et à destination des populations environnantes. C’est une manière pour l’artiste de rendre hommage aux cultures qui l’inspirent tant.

Il revient en 2015 avec Taziri, album produit en collaboration avec Medhi Nassouli et aux notes teintées de blues, présenté dans le cadre du festival Etonnants Voyageurs. Une soirée mémorable !

Cette fois, c’est un recueil de poésie que nous invite à découvrir Titi Robin. Je t’ai bue sans sucre, mon amertume est une oeuvre chargée d’émotions, dans laquelle les mots du poète s’expriment dans toute leur nudité.


Bibliographie

  • Je t’ai bue sans sucre, mon amertume (Riveneuve, 2019)
  • Rajasthan, voyage aux sources gitanes (Le Garde Temps, 2003)

Discographie

  • Rebel Diwana ( Music Development Company, 2018), avec Shuheb Hasan et Mural Ali Khan
  • Un ciel de cuivre (Naïve, 2017)
  • Taziri (WorldVillage / harmonia mundi , 2015) avec Medhi Nassouli.
  • L’Ombre d’une source (Molpe music, 2014) avec Michael Lonsdale
  • Anita ! - live (Naïve, 2006) - "Top of the World" Songlines
  • Ces vagues que l’amour soulève (Naïve, 2005) - Choc du Monde de la Musique
  • Alezane (Naïve, 2004) - Sélection FIP
  • Rakhî (Naïve, 2002) - Choc du Monde de la Musique, "Top of the World" Songlines
  • Un ciel de cuivre (Naïve, 2000) - Choc 2000 du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Sélection FIP