Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)

Dico des invités depuis 1990

GAUDÉ Laurent

France

La dernière nuit du monde (Actes Sud, 2021)

En visio
Grande plume contemporaine française, le dramaturge, nouvelliste et romancier, salué entre autres par le Goncourt pour son roman Le Soleil des Scorta (2004), poursuit une œuvre dense et habitée, ouverte aux problématiques de notre monde, et toujours incarnée. Il s’aventure dans le futur cette année, et nous plonge dans un monde où l’humanité a réduit le temps de sommeil à 45 minutes, bouleversant le fonctionnement de nos sociétés… mais l’absence de nuit pourrait conduire le protagoniste à perdre la femme qu’il aime. Dans cette ode douce et mélancolique aux rêves, qui inspirent l’imaginaire humain depuis la nuit des temps, l’auteur oppose au profit économique le sommeil, moment précieux où l’on s’écarte du monde. Une pièce captivante !

« Que l’ardeur revienne/Que l’Europe s’anime/ Change,/Et soit/ À nouveau,/ Pour le monde entier,/le visage lumineux/ De l’audace,/De l’espoir,/De l’esprit,/Et de la liberté. » (Le Point)

« J’écris pour avoir des milliers d’années, connaître des foules de sentiments contradictoires (…) J’écris pour vivre sous des paysages étranges, à des époques passées (…) Pour plonger dans des vies qui me sont étrangères, et être solidaire des frères éloignés »

Laurent Gaudé est un dramaturge et un romancier dont les mots humbles, vivants et chauds respirent la poésie et la pudeur. Après des études de Lettres Modernes et d’Études Théâtrales à Paris, il publie à vingt-cinq ans sa première pièce, Onysos le furieux et poursuit l’écriture théâtrale avec Pluie de cendres, Combat de Possédés, Médée Kali et Les Sacrifiées.

Parallèlement à son œuvre théâtrale, il se lance dans l’écriture romanesque. Un an après son premier roman en 2001, Cris, plongé dans les atrocités de la Première Guerre mondiale, La Mort du roi Tsongor publié en 2002 lui vaut le Prix Goncourt des Lycéens et le Prix des Libraires. Ce roman raconte l’histoire du Roi de Massaba, Tsongor, qui s’apprête à marier sa fille, lorsque plusieurs événements surviennent : un nouveau prétendant surgit, la guerre éclate, et le roi meurt mais ne peut reposer en paix dans sa cité dévastée.

Le voyage est pour l’auteur une nécessité et écrire est, peut-être, une façon de faire retentir le cri de ceux qui ont disparu, morts trop tôt ou trop brutalement. Cette idée de voyage, ce besoin de vouloir s’installer ailleurs, aboutit souvent à l’échec, tandis que l’arrachement se fait dans l’urgence. L’immigration est ainsi l’un des motifs récurrents de ses romans.
Avec Le Soleil des Scorta, Laurent Gaudé remporte le Prix Goncourt en 2004. Ce roman relate l’histoire d’une famille de l’Italie du sud, née dans l’opprobre, dont les enfants quittent le pays pour les États-Unis et reviennent, toujours aussi démunis, mais avec les richesses immatérielles que sont l’expérience et le souvenir. Dans son œuvre suivante, Eldorado (2006), consacrée elle-aussi au sort des migrants, deux frères s’apprêtent à entreprendre un dangereux voyage vers un eldorado européen. L’auteur a également écrit un opéra sur le même thème, Daral Shaga, en tournée en France et en Europe jusqu’en 2016.

D’autres éléments de l’actualité alimentent ses écrits. Après l’ouragan Katrina qui inspire son roman Ouragan, le séisme qui frappe Haïti en 2010 et son voyage sur les lieux en 2013 le poussent à publier un nouveau roman, Danser les ombres (2015). Port-au-Prince est ici le théâtre épique d’un récit polyphonique, une tragédie dans laquelle plusieurs destins s’unissent et se croisent jusqu’au moment où tout bascule, quand le séisme éclate. En suivant la route de son héroïne Lucine, Laurent Gaudé écrit sur ce peuple pour lequel « il fallait toujours tout recommencer », sur ces hommes et ces femmes qui doivent se battre quotidiennement pour survivre. Ainsi, il fait ressortir la beauté de ceux qui luttent et qui continuent malgré tout à croire, peut-être plus que jamais, à la fraternité et à la possibilité de l’amour.

En 2016, il signe Écoutez nos défaites, un roman inquiet et mélancolique qui constate l’inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu’on meure pour elles. Après la publication de son premier recueil de poésie poignant De sang et de lumière, il signe Salina en 2018. Au travers de cette remarquable fable sur l’exil et la vengeance, teintée d’Homère et d’Anouilh, de Grèce et d’Afrique, l’auteur nous plonge dans le monde de Salina, petite fille abandonnée, promise à un tortueux destin de combats, d’errances et de rages. Dans une langue riche et brûlante, pétrie de drames antiques et de scènes symboliques, il interroge notre rapport à la mort, à l’Histoire, ses vainqueurs et ses vaincus, à la violence de la guerre et au poids des traditions.

Il s’aventure dans le futur dans La dernière nuit du monde (Actes Sud, 2021), et nous plonge dans un monde où l’humanité a réduit le temps de sommeil à 45 minutes, bouleversant le fonctionnement de nos sociétés… mais l’absence de nuit pourrait conduire le protagoniste à perdre la femme qu’il aime. Dans cette ode douce et mélancolique à la rêverie, qui inspire l’imaginaire humain depuis la nuit des temps, l’auteur oppose au profit à tout prix le sommeil, moment précieux où l’on s’écarte du monde. Une pièce captivante !


Lien

Site de Laurent Gaude


Bibliographie

Romans

  • Nous, l’Europe (Actes Sud, 2019)
  • Salina (Actes Sud, 2018)
  • Écoutez nos défaites (Actes Sud, 2017)
  • Danser les ombres (Actes Sud, 2015)
  • Ouragan (Actes Sud, 2010)
  • Eldorado (Actes Sud, 2006)
  • Le Grand faiseur (A vue d’oeil, 2005)
  • Le Soleil des Scorta (Actes Sud, 2004)
  • La Mort du roi Tsongor (Actes Sud, 2003)
  • Cris (Actes Sud, 2001)

Théâtre

  • La dernière nuit du monde (Actes Sud, 2021)
  • Salina (Actes Sud-Papiers, 2003)
  • Médée Kali (Actes Sud-Papiers, 2003)
  • Le Tigre bleu de l’Euphrate (Actes Sud-Papiers, 2002)
  • Cendres sur les mains (Actes Sud-Papiers, 2002)
  • Pluie de cendres (Theâtre Ouvert, 1997 ; Actes Sud-Papiers, 2001)
  • Onysos le furieux (Actes Sud-Papiers, 2000)
  • Combats de possédés (Actes Sud-Papiers, 1999)

Recueil de nouvelles

  • Dans la nuit Mozambique (Actes Sud, 2007)`

Poésie

  • De sang et de lumière (Actes Sud, 2017)

Beau-livre

  • Je suis le chien pitié avec le photographe Oan Kim (2009)

Album pour enfants

  • La tribu de Malgoumi illustré par Frédéric Stehr (Actes Sud Junior, 2008)
La dernière nuit du monde

La dernière nuit du monde

Actes Sud - 2021

La société a trouvé le moyen de supprimer le sommeil. Les hommes et les femmes “gagneront” alors quasiment onze heures par jour à occuper. À travers cette pièce, douce et mélancolique, Laurent Gaudé s’inscrit dans une réflexion qui a, de tout temps, parsemé le monde de la pensée philosophique et l’univers artistique. Par le biais d’une approche singulière et originale, il rappelle l’importance et la nécessité de protéger le dernier espace de pleine liberté de l’homme : son sommeil, ses rêves, ses nuits.

Nous, l’Europe. Banquet des peuples

Actes Sud - 2019

L’Europe, l’ancienne, celle d’un Vieux Monde bouleversé par la révolution industrielle, et l’Union européenne, belle utopie née sur les cendres de deux grandes guerres, sont l’alpha et l’oméga de cette épopée poétique, sociopolitique et humaniste relatant un siècle et demi de constructions, d’a rontements, d’espoirs, de défaites et d’enthousiasmes. Ce long poème en vers libres rappelle qu’une mémoire commune, même douloureuse, est un ferment d’avenir, et appelle ardemment à la réalisation d’une Europe des di érences, de la solidarité et de la liberté.


Salina

Salina

Actes Sud - 2018

Qui dira l’histoire de Salina, la mère aux trois fils, la femme aux trois exils, l’enfant abandonnée aux larmes de sel ? Elle fut recueillie par Mamambala et élevée comme sa fille dans un clan qui jamais ne la vit autrement qu’étrangère et qui voulut la soumettre. Au soir de son existence, c’est son dernier fils qui raconte ce qu’elle a été, afin que la mort lui offre le repos que la vie lui a défendu, afin que le récit devienne légende.
Renouant avec la veine mythique et archaïque de La Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé écrit la geste douloureuse d’une héroïne lumineuse, puissante et sauvage, qui prit l’amour pour un dû et la vengeance pour une raison de vivre.


  • « Beau, puissant et émouvant. Entre le conte africain et la tragédie antique, teinté d’accents universels et très actuels, Laurent Gaudé signe un court roman d’une puissance folle. » RTL
  • « Un texte dense et lumineux. Le romancier donne à sa plume un souffle épique et intemporel, comme une prière sans âge, qui s’élève du cœur de l’Afrique ancestrale. Une magnifique fable d’amour et de haine, qui fait résonner nos instincts les plus profonds… » France Inter
  • « Comme dans Le Soleil des Scorta, on retrouve dans Salina une lignée soumise à la cruauté du sort. Mais c’est sur tout à sa veine homérique - qui faisait la singularité de La Mort du roi Tsongor— que revient ici l’auteur. Une fois encore, on se laisse emporter par son lyrisme et ses thèmes légendaires. » Le Nouveau Magazine
  • « Immense poète. Dans sa langue puissante, colorée, charnelle, il nous entraîne dans le voyage de Salina, ses exils, ses pertes, en se faisant la voix de ceux qui, aujourd’hui, souffrent, fuient, subissent. » Happinez

De sang et de lumière

De sang et de lumière

Actes Sud - 2017

Ces poèmes engagés à l’humanisme ardent, à la sincérité poignante, se sont nourris, pour la plupart, des voyages de Laurent Gaudé. Qu’ils donnent la parole aux opprimés réduits au silence ou ravivent le souvenir des peuples engloutis de l’histoire, qu’ils exaltent l’amour d’une mère ou la fraternité nécessaire, qu’ils évoquent les réfugiés en quête d’une impossible terre d’accueil ou les abominables convois de bois d’ébène des siècles passés, ils sont habités d’une ferveur païenne lumineuse, qui voudrait souffl er le vent de l’espérance.


Revue de presse

  • "Renouant avec la tradition de la poésie engagée, il s’attaque tour à tour à notre passé de français colonialiste, à la situation des réfugiés au Kurdistan irakien et au sort des « engloutis », des « petites gens qui auraient pu devenir destin »." (Le Figaro)
  • "Laurent Gaudé transforme son art et son succès en démarche admirable d’humanisme et d’humilité." (La Montagne)
  • "Dans une langue vibrante et habitée, il fait sortir de l’ombre ces oubliés de l’histoire – hier esclaves, aujourd’hui migrants ou réfugiés. Des hommes et des femmes à la recherche d’une terre d’accueil qui leur est refusée…"(France Inter)

Écoutez nos défaites

Écoutez nos défaites

Actes Sud - 2016

Un agent des services de renseignements français gagné par une grande lassitude est chargé de retrouver à Beyrouth un ancien membre des commandos d’élite américains soupçonné de divers trafics. Il croise le chemin d’une archéologue irakienne qui tente de sauver les trésors des musées des villes bombardées. Les lointaines épopées de héros du passé scandent leurs parcours – le général Grant écrasant les Confédérés, Hannibal marchant sur Rome, Hailé Sélassié se dressant contre l’envahisseur fasciste... Un roman inquiet et mélancolique qui constate l’inanité de toute conquête et proclame que seules l’humanité et la beauté valent la peine qu’on meure pour elles.


Danser les ombres

Danser les ombres

Actes Sud - 2015

En ce matin de janvier, la jeune Lucine arrive de Jacmel à Port-au-Prince pour y annoncer un décès. Très vite, dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations étudiantes quelques années plus tôt, elle sait qu’elle ne partira plus, qu’elle est revenue construire ici l’avenir qui l’attendait.
Hébergée dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance d’un groupe d’amis qui se réunit chaque semaine pour de longues parties de dominos. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne l’envie d’aimer et d’accomplir sa vie. Mais, le lendemain, la terre qui tremble redistribue les cartes de toute existence…
Pour rendre hommage à Haïti, l’île des hommes libres, Danser les ombres tisse un lien entre le passé et l’instant, les ombres et les vivants, les corps et les âmes. D’une plume tendre et fervente, Laurent Gaudé trace au milieu des décombres une cartographie de la fraternité, qui seule peut sauver les hommes de la peur et les morts de l’oubli.

Revue de presse

« Laurent Gaudé signe un roman envoûtant. (...) au sommet de son art. Du sang haïtien coulerait-il dans les veines du Parisien Laurent Gaudé ? (...) Les morts se mêlent aux vivants dans un crépuscule surréaliste et magique »
Marianne Payot, L’Express

« L’écriture de Laurent Gaudé respire la poésie et la pudeur. Les mots sont humbles, vivants, chauds. »
Martine Laval, Télérama


Pour seul cortège

Pour seul cortège

Actes Sud - 2012

Pour seul cortège Alexandre le Grand va mourir. Qui lui succédera à la tête du royaume ? Qui perpétuera l’insatiable esprit de conquête qui l’a animé ? Qui saura apaiser son âme ? Le devoir et l’ambition, l’amour et la loyauté, le deuil et l’errance mènent les personnages vers ce qui doit advenir, avec une puissance tragique qui se mêle ici au rêve et même au fantastique. Dix ans après La mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé renoue avec le souffl e épique qui a fait son succès et s’empare d’une fi gure qui le fascine depuis toujours pour prolonger son aventure. Son Alexandre n’est jamais si grand que dans la mort, de même que l’Histoire n’est jamais si belle que transfi gurée par la poésie du mythe.


Ouragan

Ouragan

Actes Sud - 2010

A La Nouvelle-Orléans, alors qu’une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville. Ceux qui n’ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d’un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s’est dissous dans la peur ?
Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au coeur de la tourmente, en quête de Rose, qu’il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu’il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence…
Dans un saisissant décor d’apocalypse, Laurent Gaudé met en scène une dizaine de personnages qui se croisent ou se rencontrent. Leurs voix montent collectivement en un ample choral qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort. Roman ambitieux à l’écriture empathique et incantatoire, Ouragan mêle la gravité de la tragédie à la douceur bienfaisante de la fable pour exalter la fidélité, la fraternité, et l’émouvante beauté de ceux qui restent debout.


La Porte des enfers

La Porte des enfers

Actes Sud - 2008

Au lendemain d’une fusillade à Naples, Matteo voit s’effondrer toute raison d’être. Son petit garçon est mort. Sa femme, Giuliana, disparaît. Lui-même s’enfonce dans la solitude et, nuit après nuit, à bord de son taxi vide, parcourt sans raison les rues de la ville.
Mais, un soir, il laisse monter en voiture une cliente étrange qui, pour paiement de sa course, lui offre à boire dans un minuscule café. Matteo y fera la connaissance du patron, Garibaldo, de l’impénitent curé don Mazerotti, et surtout du professeur Provolone, personnage haut en couleur, aussi érudit que sulfureux, qui tient d’étranges discours sur la réalité des Enfers. Et qui prétend qu’on peut y descendre…
Ceux qui meurent emmènent dans l’Au-Delà un peu de notre vie, et nous désespérons de la recouvrer, tant pour eux-mêmes que pour apaiser notre douleur. C’est dans la conscience de tous les deuils – les siens, les nôtres – que Laurent Gaudé oppose à la mort un des mythes les plus forts de l’histoire de l’humanité. Solaire et ténébreux, captivant et haletant, son nouveau roman nous emporte dans un “voyage” où le temps et le destin sont détournés par la volonté d’arracher un être au néant.


Le Soleil des Scorta

Le Soleil des Scorta

Actes Sud - 2004

L’origine de leur lignée condamne les Scorta à l’opprobre. A Montepuccio, leur petit village d’Italie du Sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait vœu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. Et en dehors du modeste bureau de tabac familial, créé avec ce qu’ils appellent "l’argent de New York", leur richesse est aussi immatérielle qu’une expérience, un souvenir, une parcelle de sagesse, une étincelle de joie. Ou encore un secret. Comme celui que la vieille Carmela confie au curé de Montepuccio, par crainte que les mots ne viennent très vite à lui manquer. Roman solaire, profondément humaniste, le livre de Laurent Gaudé met en scène, de 1870 à nos jours, l’existence de cette famille des Pouilles à laquelle chaque génération, chaque individualité, tente d’apporter, au gré de son propre destin, la fierté d’être un Scorta, et la révélation du bonheur.


La mort du roi Tsongor

La mort du roi Tsongor

Actes Sud - 2003

Au cœur d’une Afrique ancestrale, le vieux Tsongor, roi de Massaba, souverain d’un empire immense, s’apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c’est Troie assiégée, c’est Thèbes livrée à la haine. Le roi s’éteint mais ne peut reposer en paix dans sa cité dévastée. A son plus jeune fils, Souba, échoit la mission de parcourir le continent pour y construire sept tombeaux à l’image de ce que fut le vénéré — et aussi le haïssable — roi Tsongor.
Roman des origines, récit épique et initiatique, le nouveau livre de Laurent Gaudé déploie dans une langue enivrante les étendards de la bravoure, la flamboyante beauté des héros, mais aussi l’insidieuse révélation, en eux, de la défaite. Car en chacun doit s’accomplir, de quelque manière, l’apprentissage de la honte. Telle est en effet la vérité cachée, celle qui s’impose par-delà les élans du cœur et les lois du clan. Telle est peut-être l’essence même de la tragédie.

L’Europe et la place des langues

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec BESSORA, Laurent GAUDÉ, Grégoire POLET -

Animé par Julien BISSON

L’Europe ne se résume pas à des institutions : elle est d’abord une histoire, faite d’affrontements épouvantables et de flamboiements extraordinaires, de créativité artistique et de spiritualité, à travers lesquelles se sont inventées des valeurs, une certaine idée de l’homme et de l’art, qui sont notre bien le plus précieux : notre patrie commune. Nous sommes, tous, les héritiers de Rabelais, Dante, Cervantès, Shakespeare, Goethe ou Hugo. Quel rôle la littérature joue-t-elle dans la construction de cette patrie commune ? Penser un « être ensemble » européen, c’est penser nécessairement à une « maison commune », une manière singulière à inventer, de concevoir une appartenance vécue et assumée par chacun à une communauté de destin qui se tisserait d’une pluralité de cultures vécue comme richesse et non problème – bref, de concevoir une manière nouvelle de conjuguer l’un et le multiple. La langue de l’Europe : non pas une novlangue commune, mais la traduction ? La maison commune européenne : une maison des identités plurielles, des appartenances multiples, hybrides, dont les fondations seraient aussi la perception des valeurs communes de ce qui a été l’Europe de la culture ? Rencontre avec trois écrivains-monde, résolument européens.


L’écriture de l’oralité

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec Seyhmus DAGTEKIN, Brigitte SMADJA, Nathalie PAPIN -

Animé par Julien BISSON

Comment la parole, le souffle, le style, débordent continument la langue, et la gardent vivante, en la recréant. Etre écrivain, quelque soit la langue d’écriture, c’est inventer sa propre langue. Par oralité on peut entendre les contes, récits, légendes qui ont nourri l’imagination populaire, témoignent de sa créativité et sont constitutives en cela des communautés humaines – par opposition pense-t-on parfois à la création savante, écrite, œuvre de créateurs individuels. Mais est-on si sûr que l’une ne nourrit pas l’autre ? Et, au-delà, ne peut-on pas tenir que la littérature (écrite) est cette création paradoxale qui par le rythme, le style, le souffle, réintroduit l’oralité au sein même de l’écrit ?


La langue française et moi

Théâtre des Jeunes Créateurs - Cafés Littéraires
Avec Ali BECHEUR, Azza FILALI, Laurent GAUDÉ -

Animé par Maëtte CHANTREL, Sonia FITOURI

Romancier, essayiste et nouvelliste, par ailleurs professeur de droit et avocat, Ali Bécheur est l’un des écrivains les plus acclamés de la littérature tunisienne contemporaine d’expression française. Il dit son amour de la langue française et de ses grands auteurs et déplore le déclin de la culture francophone en Tunisie. Son dernier roman Les Lendemains d’hier (Elyzad, 2017) conte l’absence, l’imposture de la mémoire et l’impossibilité pour deux générations de concilier leur vision du monde et leurs combats. Azza Filali partage cet amour de la langue. Après L’heure du cru et Ouatann, Azza Filali poursuit dans Les Intranquilles le portrait acéré et ironique d’une société qui, changeant de normes, garde intacte sa force d’oppression. Son dernier livre part d’une enquête policière pour nous conduire progressivement dans une quête identitaire bouleversante… Laurent Gaudé lui aussi aime cette langue vivante qui bouge et évolue sans cesse. S’il faut la préserver, « Il faut aussi la de ?fendre contre ceux qui veulent retirer des mots pluto ?t que d’en inventer. Les offusque ?s permanents qui ont de ?cide ? d’e ?radiquer les mauvaises herbes. Oui, il y a, dans notre champ lexical, de vieux mots qui ne sentent pas bon, trai ?nent avec eux leur sale odeur de racisme, de culture coloniale, mais les effacer, c’est gommer l’histoire, c’est se peindre en plus beau que nous ne sommes. »


Y-a-t-il des valeurs universelles ?

Théâtre de l’Opéra - Grands débats
Avec Rachel KHAN, Souleymane Bachir DIAGNE, Laurent GAUDÉ, Maïssa BEY -

Animé par Maya KSOURI

Masque de l’impérialisme occidental, disent les uns – et vive donc le relativisme généralisé. Quid alors de la Déclaration universelle des droits de l’Homme ? L’Homme : un et multiple, toujours. Un défi d’humanité sans cesse à relever. L’universalisme des droits de l’homme est-il compatible avec la diversité des cultures ? Comment les mettre en dialogue ? Peut-être en cessant de considérer les valeurs universelles comme un corpus de valeurs figées, et en acceptant l’idée d’une universalisation des valeurs découlant processus de mise en mouvement. La construction d’un espace-monde, espace de dialogue et de partage entre les cultures, credo du festival Étonnants Voyageurs depuis sa création.


Que signifie écrire en français

Théâtre de l’Opéra - Grands débats
Avec Laurent GAUDÉ, Leïla SLIMANI -

Animé par Ahlem Ghayaza

Ouverture du congrès.
Quel rapport intime l’écrivain entretient-il avec sa langue d’écriture ? Lorsque celle-ci n’est pas la langue maternelle, pourquoi choisit-on d’écrire français ? Ce choix peut-être le fruit de l’histoire, un choix d’amour, un legs familial. Le français est vivant, chaque auteur en fait sa propre langue, le tord pour lui donner de multiples accents. Le mot francophonie porte certes le poids de l’histoire mais porte aussi les œuvres de grands hommes : Fanon, Césaire, Yacine, Glissant… : leurs imaginaires n’auront cessé de se croiser, de s’enrichir, au point de dessiner un territoire commun, où se déploie toute la complexité de leur rapport à l’Histoire, à l’identité, à l’origine, au paysage.


Penser les temps présents

Grands débats
Avec : Pierre CASSOU-NOGUÈS, Étienne KLEIN, Laurent GAUDÉ - Saint-Malo 2021

Animé par : Yann NICOL

Alors que les faits laissent peu à peu leur place à une réalité dite « alternative », qu’une pandémie venue d’Asie se répand à l’échelle de la planète et que le climat s’emballe. Un monde bascule, et avec lui nos repères, un autre s’annonce, dont nous ne savons rien, bouleversant nos catégories mentales. Dans l’incapacité à nous projeter, nous devons apprendre à penser l’instable, l’inconnu, le mouvant. Cette crise modifie aussi notre rapport au temps et nous met face à une question essentielle, celle du fondement de notre humanité et du rapport que nous entretenons avec notre environnement. Trois penseurs se livrent à nécessaire décentrement du regard pour penser les temps présents. Pour le philosophe Pierre Cassou-Noguès la réalité ressemble à un film parce que notre monde se modèle désormais sur la fiction. Bruno Latour voit dans ces épreuves l’opportu- nité de changer nos cadres de pensée pour enfin prendre en compte la question de l’urgence climatique. Étienne Klein, interroge notre rapport au monde, la place de la science dans notre société et notre rapport à l’incertitude.

Avec Bruno Latour, Pierre Cassou-Noguès, Étienne Klein


Entre conte et roman

Les cafés littéraires en vidéo
Avec Muriel BARBERY, Laurent GAUDÉ - Saint-Malo 2019

Avec Muriel BARBERY, Laurent GAUDÉ
Animé par Maëtte CHANTREL, Pascal JOURDANA


Les hommes qui font l’histoire

Les cafés littéraires en vidéo
Avec : Jean-Pierre PERRIN, Jean-Marie BLAS DE ROBLÈS, Yahia BELASKRI, Laurent GAUDÉ - Saint-Malo 2017

Avec : Jean-Pierre PERRIN, Jean-Marie BLAS DE ROBLÈS, Yahia BELASKRI, Laurent GAUDÉ.
Animé par Maëtte CHANTREL et Michel ABESCAT


L’esprit des lieux

Revivre le festival : Cafés littéraires
Avec : Michel DEL CASTILLO, Alain DUGRAND, Laurent GAUDE, Pierre PELOT, Patrick RAMBAUD - Saint-Malo 2005

Le temps des mythes

Avec Tristan Garcia, Laurent Gaudé, Alan Lee, Michel Le Bris, Claude Aziza - Saint-Malo 2019

Avec Tristan Garcia, Laurent Gaudé, Alan Lee, Michel Le Bris, Claude Aziza
Animé par Claudine GLOT


Grand entretien avec Laurent Gaudé

Saint-Malo 2019

Avec Laurent Gaudé
Animé par Jean-Luc HEES


La culture, langue commune de l’Europe ?

Avec L. GAUDÉ, A. KOURKOV, C. SCHNEIDER, F. MELANDRI - Saint-Malo 2019

Avec L. GAUDÉ, A. KOURKOV, C. SCHNEIDER, F. MELANDRI
Animé par Xavier DE BONTRIDE


Haïti, vu d’ailleurs

Avec Laurent Gaudé et Gisèle Pineau - Saint-Malo 2015


Avec Laurent Gaudé et Gisèle Pineau, une rencontre animée par Emmanuelle Dancourt